Les coups de cœur #337

19 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les coups de cœur #337

Clara Abi Nader et Florian Perennes, nos coups de cœur #337, perçoivent tous deux la photographie comme un outil introspectif. Un instrument permettant d’interroger des faits sociétaux, comme de mettre en image son monde intérieur.

Clara Abi Nader

Son diplôme de l’Académie libanaise des Beaux-Arts en poche, Clara Abi Nader s’est envolée pour Paris, où elle développe aujourd’hui sa pratique photographique. Une démarche qui prend racine dans l’introspection. « Elle provient toujours de mes expériences personnelles. J’ai besoin de me retrouver dans un sujet pour me sentir légitime d’en parler », précise-t-elle. Paysage, architecture, essai social, portrait… L’artiste multiplie les influences pour raconter des histoires intimes et partager, avec autrui, son univers. « Il est important de partir du personnel pour finir, d’une certaine manière, dans l’universel. L’art, c’est fait pour nous rapprocher les uns des autres », poursuit-elle. C’est dans la capitale française que Clara Abi Nader débute On Hair (& Women), un projet féministe inspiré par la coiffure. « Au fil des années, j’ai compris combien la nature, la texture du cheveu peut en dire long sur une personne – sur ses origines, sa culture, sa religion… Tout comme la couleur de peau », confie l’autrice. Dans la rue, elle saisit, sur le vif, les coiffes anonymes des passantes, composant, en contrepoint, un récit engagé. « Un jour, j’ai croisé une connaissance au Liban, qui souffre d’alopécie, à seulement 17 ans : une maladie qui lui fait perdre tous ses cheveux. À cet âge, dans une société comme la nôtre, où l’image de la femme est omniprésente et vendue à la perfection, c’est traumatisant », raconte-t-elle. Récoltant divers témoignages, la photographe transforme alors son projet en un conte sociétal, interrogeant les notions de genre, de binarité, ou encore de beauté. « Mes modèles ont toutes été très réceptives : c’est une libération, une assertion, une affirmation de ce qu’elles veulent être, montrer, et dénoncer », affirme-t-elle enfin.

© Clara Abi Nader© Clara Abi Nader
© Clara Abi Nader© Clara Abi Nader
© Clara Abi Nader© Clara Abi Nader

© Clara Abi Nader

Florian Pérennès

« Je m’appelle Florian, mais on m’appelle flou en général. C’est parti d’un fourchage de langue, et c’est resté… Cela me convient bien – je suis quelqu’un de flou, qui vit ici et là, dans ses pensées, dans son monde. J’existe dans une sorte de mélancolie heureuse »,

confie Florian Pérennès. Après des études scientifiques, le photographe a rejoint l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. En parallèle, il exerce son œil à travers le 8e art. « Je dirais que je photographie les manifestations de mon propre monde dans la réalité. Peu importe le sujet, ou la thématique, je recherche une ambiance avant tout. J’essaie de provoquer les choses le moins possible, de les laisser venir à moi », explique-t-il. Influencé par le cinéma, l’auteur perçoit le médium comme un outil pour exprimer ses propres états d’âme, ses propres représentations de l’univers. « Décrire mes photos, c’est me décrire, à mi-chemin entre rêve et réalité, douceur et drame, relations intenses et solitude, sérénité et anxiété », confie-t-il. Privilégiant l’argentique – dont le procédé de développement lui évoque une certaine magie – Florian Pérennès compose des tableaux énigmatiques. Du paysage au portrait, des grands espaces à l’intérieur d’une chambre, il capte des fragments d’émotions aussi personnels qu’universels.

© Florian Pérennès© Florian Pérennès
© Florian Pérennès© Florian Pérennès
© Florian Pérennès© Florian Pérennès

© Florian Pérennès

Image d’ouverture : © Florian Pérennès

Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas