Les coups de cœur #445

12 juin 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #445

Cette semaine, Pauline Gallot et Georgia Ponirakou, nos coups de cœur #445, creusent dans leurs souvenirs pour créer des archives visuelles du quotidien. Pour l’une, c’est en s’évadant vers d’autres horizons qu’elle se retrouve. Pour la seconde, c’est avec ses proches que les possibles s’ouvrent.

Pauline Gallot

« J’ai toujours eu conscience du temps qui passe et de la nécessité de ne jamais tenir les autres et les instants d’existence pour acquis. Besoin de garder des moments de vie afin de les transformer en souvenirs et histoires intemporels », confie Pauline Gallot. Pour la designer et artiste originaire de Lyon, installée dorénavant à Sydney en Australie, c’est dans le voyage que sa passion pour la photographie a grandi. Visitant les capitales du monde, lâchant prise sur les côtes atlantiques de France, se défoulant dans les fêtes sans fin entre ami·es, elle s’émancipe et capture ce qui passe. « Le souvenir prend tout son sens dans ma photographie, j’ai besoin d’enregistrer ou d’immortaliser au quotidien des scènes pour être sûre de me rappeler de la « couleur » ambiante de ce que j’expérimente. Je suis amoureuse du moment présent et des mémoires qu’il peut engendrer. Je crois que l’utilisation presque systématique de l’argentique ajoute une dimension à cette idée d’éphémère et d’authenticité. J’associe volontiers mon travail à des accidents visuels. » Attrapant ces instants de bonheurs fragiles en plein vol, elle les fait perdurer en dehors du cadre, et diffuse sur la durée la joie d’un moment révolu.

© Pauline Gallot© Pauline Gallot
© Pauline Gallot© Pauline Gallot
© Pauline Gallot© Pauline Gallot

© Pauline Gallot

Georgia Ponirakou

Chez l’artiste plasticienne, performeuse et poète Georgia Ponirakou, la photographie protège du monde, tel un espace rassurant pour se délester du tumulte journalier. C’est en intégrant un club culturel à la fac que tout a commencé. Pellicule noir et blanc, tirages à la chambre noire et les rues d’Athènes comme modèle. « J’adore voir quand les personnes essaient d’être ce qu’iels ne sont pas, de jouer un autre personnage, de nouvelles mimiques, lorsque je m’apprête à faire un portrait d’elleux. Mais d’une manière ou d’une autre, je parviens à changer cela et à mettre leur vérité – et par la même occasion, la mienne — en lumière », explique-t-elle. Fouillant dans les bons ou mauvais romans, les vers de poésie, les paroles d’une chanson, les voyages ou encore dans son quotidien de mère, Georgia Ponirakou puise son inspiration partout où son « subconscient l’attire ». Chaussettes trouées, verres brisés, tâche de sang et bobos aussi vite soignés par une douce étreinte maternelle… L’élan vital qu’infusent les images de l’artiste nous plonge dans ce qui la touche et la mue au plus profond d’elle-même. « Cela ne m’arrive plus très souvent d’être nostalgique. Mais je chéris mes souvenirs d’enfance et conserve tout ce qui peut être considéré comme des archives. Je collectionne également de vieilles photos et lettres trouvées », comme pour retomber dessus les jours de pluie…

© Georgia Ponikarou© Georgia Ponikarou
© Georgia Ponikarou© Georgia Ponikarou
© Georgia Ponikarou© Georgia Ponikarou

© Georgia Ponikarou

Image d’ouverture © Georgia Ponirakou

Explorez
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La...
17 juin 2024   •  
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
© Kourtney Roy
Last Paradise : l’odyssée cinématographique de Kourtney Roy et Mathias Delplanque
Lauréat·e·s de la 6e édition du Prix Swiss Life à 4 mains, la photographe Kourtney Roy et le compositeur Mathias Delplanque lèvent le...
22 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
21 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin