Les coups de cœur #453 : Gal Shahar et Luis Carmo

07 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #453 : Gal Shahar et Luis Carmo
© Luis Carmo
© Gal Shahar
© Gal Shahar
© Gal Shahar

Nos coups de cœur de cette semaine, Gal Shahar et Luis Carmo, créent avec une grande sensibilité d’esprit. Chez l’une, la photographie est pareille à un voyage initiatique, quand l’autre la perçoit également comme une manière de partager des énergies.

Gal Shahar

« À travers l’émerveillement et la déconnexion, j’explore l’interaction entre l’imagination et la réalité par le biais de la photographie. En tant qu’artiste, je photographie le corps humain pour exprimer des émotions et des sentiments. Je trouve la forme humaine captivante. J’aime représenter le corps féminin comme un ensemble magnifique qui combine à la fois le physique et le spirituel. Par conséquent, je veux souligner l’intimité de la connexion entre ces deux aspects », confie Gal Shahar. Née à Tel-Aviv, en Israël, c’est à l’âge de 12 ans qu’elle découvre pour la première fois au collège le concept de la chambre noire. Fascinée par la magie du processus, elle entame alors son périple photographique, capturant avec simplicité son monde tel qu’il lui apparaît. De ses inspirations littéraires et poétiques, comme Paul Auster ou Fernando Pessoa, naissent des images chargées d’une douceur onirique, où ombre et lumière révèlent des histoires enchevêtrées. « Je cherche à capturer des histoires inexprimées, celles qui n’ont peut-être pas été partagées auparavant. Elles me ramènent à des endroits que j’ai visités ou rencontrés, et dont je ne me suis peut-être pas souvenue consciemment. Un souvenir fugace peut faire surface, déclenché par un détail apparemment sans importance, comme un pli dans un drap. L’origine de ces souvenirs reste souvent un mystère, mais le processus de réflexion est ce qui rend chaque voyage photographique profond et captivant », conclut-elle.

© Gal Shahar
© Gal Shahar
© Gal Shahar

© Luis Carmo
© Luis Carmo
© Luis Carmo
© Luis Carmo

Luis Carmo

Artiste visuel portugais originaire d’Algarve, Luis Carmo s’est épris de la photographie de manière instinctive. De son enfance passée à contempler les paysages maritimes de Tavira – sa ville natale –, à décortiquer les mouvements de la nature et le langage corporel des passant·es, il a finalement trouvé dans le médium l’art de figer le monde avec authenticité. D’une grande ouverture d’esprit, et d’un profond intérêt pour le vivant, il capture ainsi ce qu’il voit ou ressent afin de prendre davantage conscience de ce qui l’entoure, tout comme ce qui le dépasse. Après des études au London College of Fashion (UAL), d’où il s’initie à la photographie de mode, il étend son champ de créativité et de possibilités en développant sa spiritualité grâce à une formation de reiki – une technique de guérison par l’énergie. Poète à ses heures perdues, il nous livre ici un aperçu de son univers photographique, où les couleurs irradient le passage des êtres :

« Orange »

Lointaine,
Pourtant si affectueuse. 
Goût amer,
Mais si doux.
Force terrestre,
Avec un côté obscur.
Irradie l’espoir,
Par une lumière temporaire.
Si peu familière,
Et assez familière
Comme c’est étrange
De brûler la mer,
Dans ce feu aquatique ?

© Luis Carmo
© Luis Carmo
À lire aussi
Les coups de cœur #452 : Maria Catuogno et Florian Coëlo
© Florian Coëlo
Les coups de cœur #452 : Maria Catuogno et Florian Coëlo
Cette semaine, Maria Catuogno et Florian Coëlo, nos coups de cœur #452, interrogent les ailleurs. L’une s’aventure dans les choses du…
31 juillet 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #451 : Hélène Mastrandréas et Benoît Arridiaux
© Benoît Arridiaux
Les coups de cœur #451 : Hélène Mastrandréas et Benoît Arridiaux
Hélène Mastrandréas et Benoît Arridiaux, nos coups de cœur #451, partagent un intérêt pour les questions d’ordre social. La première…
24 juillet 2023   •  
Explorez
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
© Pauline Herlent
Les coups de cœur #486 : Cyril Laroche et Pauline Herlent
Cyril Laroche et Pauline Herlent, nos coups de cœur de la semaine, utilisent leur boîtier à des fins d’expérimentation du réel. Les deux...
01 avril 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet