Les coups de cœur #452 : Maria Catuogno et Florian Coëlo

31 juillet 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #452 : Maria Catuogno et Florian Coëlo
© Florian Coëlo

Cette semaine, Maria Catuogno et Florian Coëlo, nos coups de cœur #452, interrogent les ailleurs. L’une s’aventure dans les choses du sacré, quand l’autre navigue sur des horizons rêvés.

© Maria Catuogno
© Maria Catuogno
© Maria Catuogno
© Maria Catuogno

Maria Catuogno

« Depuis l’adolescence, je dessine, puis sculpte ou modèle des corps nus. Ces mêmes corps devaient tout naturellement passer par le médium photographique. Le corps raconte l’histoire de l’autre. Comme une géographie, les cicatrices sont des coutures de la pensée qui retracent le supplice ou la beauté de l’âme. Je peux y lire ma propre histoire. C’est un moyen d’explorer mon intérieur et libérer la mémoire occulte », confie Maria Catuogno. Installée dans le sud de la France, l’auteure, sculptrice et photographe autodidacte oscille entre mises en scène et captations intuitives du quotidien. Fascinée par la force de photographie documentaire, et par la liberté de la dramaturgie, elle trouve dans le 8e art le moyen de conjuguer le réel à la fiction. « La description de l’humain et de ses problèmes sociétaux sont au cœur de mon travail. Je ressens de l’empathie pour les autres. Dans la rue, je capture les regards sensibles, tissant l’histoire d’une actualité omniprésente et puissante. Les rites, les traditions, le sacré sont autant de questionnements qui apparaissent dans chacune de mes séries », ajoute-t-elle. Sorcières contemporaines se baignant dans des lacs perlés, corps en transe, danses éblouies… Dans les images de Maria Catuogno, l’ombre et la lumière s’entrecroisent pour ainsi créer l’illusion, et voyager au-delà des possibles.

© Maria Catuogno

© Maria Catuogno

© Florian Coëlo
© Florian Coëlo
© Florian Coëlo

Florian Coëlo

D’une enfance passée à la campagne, sur les bords paisibles de la Loire, pédalant dans les chemins boisés, Florian Coëlo a conservé un regard curieux sur son environnement. Vagabondant, observant le dehors à l’affut du sauvage, il tombe dès lors amoureux des Pyrénées et en fait son terrain de jeu photographique. « Lecteur et écrivain, je suis fasciné par le pouvoir des mots, leur capacité à créer de nouvelles réalités et permettre aux lecteurices de s’échapper page après page dans l’extraordinaire d’un conte ou d’un récit. Tel un prolongement de l’écriture, la photographie m’autorisait à inventer mon propre monde, à y bâtir ma norme et à l’expérimenter », confie-t-il. Quant à ses inspirations, il part les puiser autant dans la prose de Jack London que dans l’humanisme de Sebastião Salgado, vantant l’interconnexion et la richesse des influences multiples. Alors en s’émerveillant d’un rien, il cherche à caresser nos ressentis, à faire éclore les émotions dans les reliefs montagneux ou sur les ombres projetées d’un corps, et compose ainsi ses propres rêves. « S’attarder sur la percée d’un rayon de soleil à travers la cime des arbres, capter le regard furtif d’un bouquetin, ce sont ces brefs instants qui transforment un paysage ordinaire en une composition fascinante. C’est cette quête du détail capable d’inviter le mystère ou l’étrange au cœur d’un territoire brut que je recherche. J’ai l’impression de quitter le réel un court moment pour plonger dans un monde intemporel et inconnu.»

© Florian Coëlo
© Florian Coëlo
À lire aussi
Les coups de cœur #451 : Hélène Mastrandréas et Benoît Arridiaux
© Benoît Arridiaux
Les coups de cœur #451 : Hélène Mastrandréas et Benoît Arridiaux
Hélène Mastrandréas et Benoît Arridiaux, nos coups de cœur #451, partagent un intérêt pour les questions d’ordre social. La première…
24 juillet 2023   •  
Les coups de cœur #450 : Tybald Jaud et Vincent Binant
© Vincent Binant
Les coups de cœur #450 : Tybald Jaud et Vincent Binant
Tybald Jaud et Vincent Binant, nos coups de cœur #450, diffusent la lumière dans l’ombre. Chez l’un, elle s’immisce partout dans le…
17 juillet 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet