Les coups de cœur #463 : Mikaël Lafontan et Fanny Lamolinairie

16 octobre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #463 : Mikaël Lafontan et Fanny Lamolinairie
© Fanny Lamolinairie
© Mikaël Lafontan

Passionné·es par la photographie argentique, Mikaël Lafontan et Fanny Lamolinairie, nos coups de cœur de la semaine, s’attachent à créer des images brutes et naturelles. Tandis que l’un partage la relation intime qu’il entretient avec la nature à travers des paysages fantasmagoriques, l’autre construit un conte visuel sur fond d’onirisme. 

Mikaël Lafontan

À l’adolescence, alors en conflit avec le langage écrit, Mikaël Lafontan se tourne naturellement vers les arts visuels où il se sent plus à sa place. Le médium s’immisce ensuite dans son quotidien comme un « espace de liberté et de jeux ». Issu d’une culture partagée entre la France et la Suède, il devient photographe professionnel dès ses 25 ans. « Je m’inscris dans la lignée des artistes paysagistes, à cheval entre la photographie, l’art pictural et le Land Art », explique Mikaël Lafontan. Ses paysages semblent sortir tout droit d’un univers utopique où d’étranges lumières se manifestent. Et pourtant, l’artiste n’effectue aucune modification numérique sur ses œuvres. « J’ai grandi avec l’argentique et je suis très attaché à l’acte photographique, le vécu. La transformation du paysage se fait pendant l’enregistrement de la photo, à l’aide de lumières appliquées pendant un temps de pause particulièrement long, c’est le principe du light painting », précise-t-il. Ces illuminations surnaturelles modifient la perception de la nature et permettent la création d’un monde enchanteur à contempler infiniment.

© Mikaël Lafontan
© Mikaël Lafontan
© Mikaël Lafontan
© Mikaël Lafontan
© Mikaël Lafontan
© Fanny Lamolinairie

Fanny Lamolinairie 

« En tant qu’hypersensible, je pense que la photographie est un moyen pour moi d’exprimer mes émotions. J’aime qu’il y ait un peu de poésie, de mystère, de mélancolie parfois, et de l’espace pour penser, imaginer », confie Fanny Lamolinairie. Installée dans l’Aveyron, l’artiste de 32 ans ne cesse de voyager afin de découvrir de nouvelles cultures. Alors qu’elle trouve une forme d’apaisement dans la nature, c’est aussi dans l’être humain qu’elle perçoit la beauté de notre univers. « J’apprécie beaucoup l’idée de transmettre quelque chose, que ce soit un point de vue, une manière de vivre, une façon de voir le monde », explique la photographe. À l’aide de ces multiples boitiers numériques et argentiques, Fanny Lamolinairie saisit des paysages et des instants de vie, souvent en noir et blanc, et constitue un récit visuel où les songes se meuvent avec délicatesse. « Parfois, je me dis qu’en dépit d’avoir un talent pour l’écriture, je dessine des images avec la lumière. Et chacun·e est libre de les interpréter », ajoute celle qui est passionnée par le monde onirique. Afin de valoriser ses clichés, elle corrige avec parcimonie les contrastes et les couleurs, mais utilise que très peu les logiciels de retouche. « Quand bien même certain·es photographes s’en servent davantage, c’est toujours l’âme de l’artiste qui voyage sur ses images », conclut-elle. 

© Fanny Lamolinairie
© Fanny Lamolinairie
© Fanny Lamolinairie
© Fanny Lamolinairie
Explorez
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
18 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
De la série Illustrated People, 2013 © Thomas Mailaender
Thomas Mailaender à la MEP : « Des images à la fois stupides et intelligentes »
Jusqu’au 29 septembre, la Maison européenne de la Photographie laisse carte blanche à Thomas Mailaender. Un pari réussi pour l’artiste...
17 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
Ces séries de photographies qui prennent vie en musique
En ce premier jour de l’été, partout en France, la musique est à l’honneur. À cet effet, nous vous avons sélectionné une série de...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
© Jamie Harley, « Kamanja Ice » de Hanaa Ouassim (2023)
Found footage et IA : Jamie Harley met en musique les images schizophrènes
Réalisateur de clips depuis une quinzaine d’années, Jamie Harley propose des formes alternatives d’association entre image et musique...
21 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
© Lena Maria
Léna Maria : les femmes, au cœur du vivant
De la pointe des cimes à l’œil d’un cheval ou d’un loup, Léna Maria, photographe du tellurique et du sensible, poursuis son exploration...
21 juin 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
© Mark McKnight, Him, Shadow (2020)
Åsa Johannesson : « Je cherche à diversifier la méthodologie queer dans la photographie »
Maîtresse de conférences à l’université de Brighton, en Angleterre, l’artiste suédoise multidisciplinaire Åsa Johannesson vient de...
20 juin 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti