Les coups de cœur #470 : Shiori Ota et Lena Bühler

04 décembre 2023   •  
Les coups de cœur #470 : Shiori Ota et Lena Bühler
© Shiori Ota
© Shiori Ota

Tourmentées par des souvenirs de leur enfance, Shiori Ota et Lena Bühler, nos coups de cœur de la semaine, ont choisi la photographie comme thérapie. Tandis que l’une dresse un portrait inclusif du monde souvent impitoyable du mannequinat, l’autre dévoile avec poésie ses émotions, ses peurs et ses rêves. 

Shiori Ota

« Lorsque j’étais adolescente, je ne me sentais pas à l’aise avec la vision que j’avais de mon corps, car je ressentais une forte pression pour devenir plus mince et ressembler aux “normes de beauté de la société”, qui sont représentées dans les magazines de mode, les publicités et bien d’autres choses encore », se souvient Shiori Ota. Officiant aujourd’hui dans cette industrie, la photographe japonaise essaye, au travers de chacune de ses séries, de « [se] prouver que, quelle que soit son apparence, on peut toujours briller à sa manière ». Aussi Giant Pink Star, imaginée en collaboration avec la styliste tokyoïte Yuna Kume, ne fait-elle pas exception à la règle. À l’image, des mannequins de diverses corpulences se révèlent telles qu’elles sont, dans des espaces familiers aux nuances édulcorées. Bien loin du stress que peuvent occasionner les métropoles et leur quotidien affairé, le bien-être domine et le temps passé en ligne se multiplie. « Je m’inspire souvent de mes expériences négatives pour les transformer en œuvres qui me donnent une énergie plus positive. Ici, je souhaitais créer une sorte d’évasion », achève l’artiste.

© Shiori Ota
© Shiori Ota
© Shiori Ota
© Shiori Ota
© Lena Bühler

Lena Bühler

À travers The Wall of Silence, Lena Bühler interroge le malaise qui l’a envahie suite à un événement douloureux, les souvenirs qui restent et les émotions refoulées. Originaire de Suisse, la photographe quitte son pays en 2022 pour déménager en Suède afin d’explorer sa pratique artistique et ses racines suédoises. « À l’âge de 7 ans, un professeur m’a dit que je pleurais trop. Depuis, j’ai tout intériorisé, mais les émotions bouillonnaient encore en moi. Dès que j’ai rejoint la Suède, mon cœur s’est étonnamment détendu, la peur et la colère se sont lentement calmées. Avec la distance, j’ai réalisé que je devais revenir à la haine que je ressentais pour briser l’armure que j’incarnais. C’est ainsi que j’ai enfin trouvé la paix », confie l’artiste. Se définissant elle-même comme une personne silencieuse, réservée et observatrice, Lena Bühler compose un univers imprégné d’une lumière vive et blanche pour mieux conter l’isolement, les rêves et la douleur. « Capturer une image est un exercice intuitif et sensible qui me permet de libérer ma voix. Je mémorise des moments et des pensées pour en faire des images calmes et poétiques. Les impressions floues, les figures qui s’estompent et les paysages lumineux me captivent », précise-t-elle. En s’inspirant des projets liés à l’identité et à l’invisible de SMITH, Lena Bühler partage à cœur ouvert des visuels aussi doux que percutants qui agissent pour elle comme une thérapie. 

© Lena Bühler
© Lena Bühler
© Lena Bühler

© Lena Bühler
© Lena Bühler
À lire aussi
Les coups de cœur #469 : David Shortland et Olha Lobazova
© David Shortland
Les coups de cœur #469 : David Shortland et Olha Lobazova
David Shortland et Olha Lobazova, nos coups de cœur #469, utilisent leur boîtier pour figer leurs observations du monde.
27 novembre 2023   •  
Focus #23 : Matilde Søes Rasmussen et la capitalisation des corps
Focus #23 : Matilde Søes Rasmussen et la capitalisation des corps
Comme tous les mercredis, voici le rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Matilde Søes Rasmussen, mannequin et…
05 octobre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
SMITH, artiste indisciplinaire
SMITH, artiste indisciplinaire
À Arles, à l’occasion de la 52e édition des Rencontres d’Arles, SMITH, artiste plasticien, expose Désidération, un projet au long…
06 juillet 2021   •  
Écrit par Anaïs Viand
Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill