Les coups de cœur #491 : Vincent Duluc-David et Izia Falourd

Les coups de cœur #491 : Vincent Duluc-David et Izia Falourd
© Vincent Duluc-David
© Vincent Duluc-David

Nos coups de cœur de la semaine, Vincent Duluc-David et Izia Falourd, transcendent leur sujet pour explorer une réalité plus globale – un rapport au monde. Alors que les images de Vincent Duluc-David interrogent la construction de la masculinité à travers de jeunes membres d’un club de lutte, celles d’Izia Falourd convoquent la puissance d’évocation des forêts pour raviver sa propre enfance.

Vincent Duluc-David

C’est à l’occasion d’un voyage au Kirghizistan, réalisé en 2023, que Vincent Duluc-David franchit la porte d’un club de lutte« Dans les anciens pays du bloc soviétique, presque tous les enfants ont pratiqué ou pratiquent cette discipline. Beaucoup nourrissent le rêve de devenir champions, un peu comme le football en France », nous renseigne-t-il. Fasciné par ce qu’il découvre, le photographe entame alors Le Seul Rêve, une série au long cours prenant place dans plusieurs territoires de l’ex-URSS. Ses images saisissent « la frontière contradictoire où se heurtent douceur et violence » et révèlent une ambition qui dépasse le sport, témoignant d’un désir d’ascension sociale. « Ces jeunes sont à la fois innocents comme des enfants et sérieux comme des adultes. Leurs yeux reflètent l’enthousiasme ou la timidité, tandis que leur corps porte les stigmates de la lutte : oreilles en chou-fleur, égratignures et cicatrices », poursuit-il. Par ce biais, il interroge finalement cet apprentissage qui va de pair avec la construction de la masculinité.

© Vincent Duluc-David
© Vincent Duluc-David
© Vincent Duluc-David
© Vincent Duluc-David
© Vincent Duluc-David
© Izia Falourd

Izia Falourd

Loin d’être une évidence – n’ayant pas grandi dans un milieu artistique – la photographie ne s’est imposée à Izia Falourd que pas à pas, au fil des expériences et des découvertes. C’est en particulier celle du travail de Chris Killip – témoin engagé de la désindustrialisation des années 1970 et 1980 dans le Nord de l’Angleterre – il y a deux ans qui l’incite à s’acheter son premier argentique, et à capturer celleux qui entretiennent avec elle une relation de proximité. Mais aussi « les paysages, et surtout les forêts », ainsi que les détails souvent négligés de la nature, qui ont, pour la jeune artiste, un pouvoir extraordinaire de réminiscence de sa propre enfance. Précisément, « ancrer les choses dans la réalité tangible, lutter contre l’oubli et préserver les moments précieux » semblent être les priorités de son œuvre, tant ses observations photographiques touchent au sensible et au personnel. 

© Izia Falourd
© Izia Falourd
© Izia Falourd
© Izia Falourd
© Izia Falourd
À lire aussi
Les coups de cœur #490 : Guillaume Nedellec et Simona Pampallona
© Guillaume Nedellec
Les coups de cœur #490 : Guillaume Nedellec et Simona Pampallona
Nos coups de cœur de la semaine, Guillaume Nedellec et Simona Pampallona, nous plongent tous·tes deux dans une esthétique en…
29 avril 2024   •  
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le…
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 10 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas