Les coups de cœur #492 : Louise Faure et Lyra Morvant

13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #492 : Louise Faure et Lyra Morvant
© Louise Faure
© Louise Faure

Nos coups de cœur de la semaine, Louise Faure et Lyra Morvant, explorent toutes deux une poésie du mouvement de la nature. Si la première investit le charme magnétique du monochrome, la seconde laisse opérer le pouvoir du hasard propre au processus de la photographie argentique.

Louise Faure

« Je regarde le monde éclairé par le spectre des soleils apocalyptiques et déréglés de notre époque », déclare Louise Faure. Étudiante aux Beaux-Arts de Paris, cette jeune photographe capture ses proches dans une esthétique envoûtante en noir et blanc, qui garde les traces d’une fascination enfantine pour le fantastique et le monstrueux. Une manière de dévoiler, de manière figurée, les contours de l’existence contemporaine. Celle qui a toujours capturé les instants fragiles, à l’aide du 8e art, de la poésie et de la vidéo puise dans un véritable kaléidoscope mental, « un immense musée imaginaire », confie-t-elle. « Je puise à tout moment dans cette ruche fluide et vivante dans laquelle les choses, les œuvres et les esprits circulent », poursuit-elle. Au crépuscule de notre monde – entraîné par les humains dans une trajectoire infernale – les photographies de Louise Faure restituent une aura d’apocalypse, qui sublime la noirceur de la disparition. 

© Louise Faure
© Louise Faure
© Louise Faure
© Louise Faure
© Louise Faure
© Lyra Morvant

Lyra Morvant

« Je suis une passionnée des lueurs et des ondes que reflètent l’eau, et des lignes des belles voitures de collection. Celles-ci m’inspirent les courbes qui me permettent de construire, avec un doux sourire, mon propre monde », raconte Lyra Morvant avec sensibilité. Conserant en mémoire des choses aussi éparses que l’allure des carrosseries et les reflets de la mer, cette étudiante en design artistique fait de son appareil argentique son allié dans l’existence, capable de retranscrire ses impressions et de l’aider à poser son œil doux sur les choses. « Je me rate souvent, c’est parfois même très approximatif, je fais beaucoup d’images floues, mais finalement, c’est cela qui me plaît », assume-t-elle. De plus en plus tournée vers les genres du portrait et de la photographie de danse, « afin de capter de nouvelles émotions », Lyra Morvant continue de s’exprimer dans son propre langage, empreint de lyrisme et de lumières ardentes.

© Lyra Morvant
© Lyra Morvant
© Lyra Morvant
© Lyra Morvant

© Lyra Morvant
À lire aussi
Les coups de cœur #490 : Guillaume Nedellec et Simona Pampallona
© Guillaume Nedellec
Les coups de cœur #490 : Guillaume Nedellec et Simona Pampallona
Nos coups de cœur de la semaine, Guillaume Nedellec et Simona Pampallona, nous plongent tous·tes deux dans une esthétique en…
29 avril 2024   •  
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le…
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas