Lumière sur les finalistes du Prix Fisheye de la création visuelle : Matthias Pasquet, Cristobal Ascencio et Elsa Leydier

04 août 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Lumière sur les finalistes du Prix Fisheye de la création visuelle : Matthias Pasquet, Cristobal Ascencio et Elsa Leydier
© Cristobal Ascencio
© Matthias Pasquet

Raconter, inspirer, révéler… La trilogie qui nous sert de boussole pour composer chaque numéro de Fisheye a été précieuse pour départager les quelque 1 300 dossiers reçus pour la première édition du Prix Fisheye de la création visuelle. Lumière aujourd’hui sur Matthias Pasquet, Cristobal Ascencio et Elsa Leydier, trois finalistes.

Matthias Pasquet

C’est à l’issue d’une séance d’hypnose, en 2012, durant laquelle Matthias Pasquet s’est vu emporté sur les rivages de la plage de son enfance Damgan – dans le sud de la Bretagne –, que son projet Dynamique des plages est né. « Ce lieu occupait une place importante dans mes représentations mentales et constituait également un cadre de référence familial en étant le lieu de villégiature privilégié de mes grands-parents. Il s’agit ici d’envisager la déambulation photographique comme un jeu exploratoire d’images mentales, de récits, de réactiver des gestes et des itinéraires déjà empruntés, de questionner la notion d’attachement à un lieu et de tenter de faire émerger des mémoires convoquant plusieurs générations », explique-t-il. À mesure que Matthias Pasquet traverse les écumes du bord de mer en ramassant les coquillages, ou chine dans les tiroirs de sa maison familiale, il construit ce corpus fragmentaire allant de la photographie à l’impression 3D. En résulte un ensemble onirique, où errent des visages et des mirages d’antan.

© Matthias Pasquet
© Matthias Pasquet

© Cristobal Ascencio

Cristobal Ascencio

Cristobal Ascencio avait 15 ans lorsqu’il a perdu son père. Mais ce n’est qu’à 30 ans qu’il apprend que sa mort était en fait un suicide. Bouleversé par la nouvelle, le photographe mexicain se plonge dans les lieux, les instants de bonheur qui balisent son passé et nourrissent notre mémoire. « Je manipule ensuite les données structurelles de ces clichés. Je les déconstruis – ainsi que les récits qui leur sont associés – en utilisant le glitch, l’erreur numérique », explique-t-il. Une transformation qui fait partie intégrante de son processus créatif et lui permet d’interroger le principe même d’une image. Comment conversons-nous avec nos souvenirs ? Peut-on se fier à ces photographies d’un temps révolu ? Ou sont-elles condamnées à se détruire, à se fondre dans les méandres d’un « avant » abstrait, comme les pixels de ses créations ?

© Cristobal Ascencio
© Cristobal Ascencio

© Elsa Leydier

Elsa Leydier

Elsa Leydier se joue de nos idées préconçues en mettant à mal les images dominantes. Une volonté qu’elle conjugue dans son projet symboliquement fort et visuellement impactant, Les Désobéissances, rassemblant plusieurs travaux autour du concept d’écoféminisme (courant des éthiques environnementales qui pose au centre de sa réflexion la question des relations de genre et de domination, ndlr). « Les Désobéissances prend, sur le fond et dans sa forme, l’apparence et le fonctionnement d’une permaculture. Ainsi, les œuvres qui composent l’ensemble ne sont pas organisées en « séries ». L’exposition de l’œuvre s’apparente à un écosystème structuré autour d’installations et de pièces issues de cinq œuvres : Flora Brasiliensis 3.0, Les Marques, Infinita, Toujours la liberté, LUTOA », explique-t-elle. Changer de prisme, filer les métaphores dans les couleurs ou sur les négatifs, déconstruire nos regards pour fabriquer de nouveaux chemins de pensées… Il y a dans l’œuvre d’Elsa Leydier, une propension au changement, une envie furieuse d’enclencher la suite.

© Elsa Leydier
© Elsa Leydier
À lire aussi
Lumière sur les finalistes du Prix Fisheye de la création visuelle : Florent Tanet, Gabriele Cecconi et Étienne Francey
© Étienne Francey
Lumière sur les finalistes du Prix Fisheye de la création visuelle : Florent Tanet, Gabriele Cecconi et Étienne Francey
Raconter, inspirer, révéler… La trilogie qui nous sert de boussole pour composer chaque numéro de Fisheye a été précieuse pour…
28 juillet 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #54 : Elsa Leydier et les dissonances de l'Amérique latine
06:37
Focus #54 : Elsa Leydier et les dissonances de l’Amérique latine
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, avec Transatlántica, un corpus photographique de trois séries, Elsa Leydier dévoile…
26 juillet 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 10 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet