Maxime Michelet célèbre les relations entre frères et sœurs 

12 juillet 2023   •  
Écrit par Anaïs Viand
Maxime Michelet célèbre les relations entre frères et sœurs 
© Maxime Michelet
Annabelle et Margaux © Maxime Michelet

Le photographe français Maxime Michelet nous entraîne dans l’intimité des relations entre frères et sœurs. De la complicité joyeuse aux conflits silencieux, il immortalise la complexité de ces liens avec un mélange d’humour, de vérité sociologique et de réalisme narratif. 

« Une image qui amuse et qui dérange en même temps ». C’est cela une bonne photo selon Maxime Michelet. Alors pour tendre vers cet idéal, le photographe français construit ses images selon une méthode de « bricolage », autrement dit avec « des modèles amateurices, des objets trouvés ou empruntés, des lieux aux contextes lumineux ou météorologiques imposés ». C’est à l’adolescence que la magie pour le 8e art s’est opérée. « Je réalisais des mises en scène humoristiques avec mon meilleur ami Sacha. On faisait des romans-photos, on inventait des couvertures de magazine. On riait beaucoup en faisant les images ainsi qu’en les retouchant, et en les nommant », se souvient-il. Depuis, il assume un genre photographique hybride : un pied dans la mise en scène, un autre dans le documentaire. « Les sujets que je donne à voir portent tous une part de vérité sociologique, un réalisme narratif », ajoute celui qui a choisi de photographier des frères et sœurs. « Comment définiriez-vous les relations vous unissant ? » C’est ainsi que démarraient les shootings de Maxime Michelet. Face à son objectif, ses ami·es, puis les ami·es d’ami·es et ensuite celles et ceux de leurs frères et sœurs. « Je me suis retrouvé au centre d’un réseau de frères et sœurs. J’ai eu l’impression d’être le frère de toutes les personnes qui ont participé à ce projet », confie-t-il. 

Virgile, Attila et Darius © Maxime Michelet

Immortaliser la course folle du temps

Parmi elles, on retrouve Virgile, Attila et Darius. Trois frères particulièrement complices. « Le rituel du bain, qu’enfant on nous fait prendre à plusieurs, était pertinent pour retranscrire le chahut que ces trois frères, proches en âge, savent causer ensemble depuis petits ». On retrouve aussi une complicité forte devant le portrait de Rémi et Lucie. « Iels se sont construit·e·s ensemble, notamment en opposition à certaines figures adultes les entourant. Iels partagent un sixième sens, sont capables de se comprendre sans même se regarder – en particulier lors d’un repas ». Et puis, il y a celles et ceux qui se retrouvent malgré la différence, comme Adèle et Adrien. « L’un est installé à Paris, l’autre en Normandie. Cette différence de modèle de vie peut induire des enjeux de domination au sein de la fratrie et dans la famille, tel que le suggère leur pose, mais ces liens de pouvoir sont facilement inversables, voire renversants, comme une piscine gonflable », commente le photographe.

Maxime Michelet s’est lui-même pris au jeu, et a interrogé le lien à sa sœur.  Pour ce faire, il nous emporte au beau milieu d’un lac gelé, Marine et lui sont entouré·es de bouteilles de sang. « Celui qui nous unit. Quant aux bouteilles de Cristaline, elles évoquent notre milieu social et familial ». Si sa première intention est de rendre compte de la nature des liens unissant les frères et sœurs, Maxime Michelet constitue avec ce projet une archive familiale, immortalise la course folle du temps ou encore s’essaye (consciemment ou non) à la psychanalyse. Un travail qui renvoie au chef-d’œuvre de Nicholas Nixon, qui depuis 1975, photographie les sœurs Brown. Si la temporalité et l’écriture diffèrent, le soin apporté aux liens avec les modèles se situe dans le même spectre… Cet espace où la fidélité et la la tendresse l’emporte sur la rivalité…

Sa série Mes sœurs et mes frères sera exposée à la galerie de la Fontaine Obscure à Arles (21 rue de la Liberté), du 17 au 30 juillet 2023. Elle sera par ailleurs exposée en Août au Chili lors du festival FotoArica, et en Octobre en Espagne lors du festival ArtPhotoBCN.

Rémi et Lucie © Maxime Michelet
© Maxime Michelet
Jacob et Lili © Maxime Michelet
Adèle et Adrien © Maxime Michelet
Maddy et Marilou © Maxime Michelet
Fanny, Lise, Tess et Emma © Maxime Michelet
Marine et Maxime © Maxime Michelet
Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina