Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine

Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
© Letizia Le Fur / Grande commande photojournalisme
© William Daniels / Grande commande photojournalisme

Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de photographies documentaires. Jusqu’au 19 août 2024, William Daniels, Letizia Le Fur, Julien Magre, et Grégoire Eloy, lauréat·es de la grande commande nationale Radioscopie de la France : regards sur un pays traversé par la crise sanitaire, offrent une lecture écologique et sociale des paysages en transformation marqués par l’intervention humaine.

Si la crise sanitaire de covid-19 a interrompu la planète par le confinement, les paysages eux n’ont cessé d’évoluer. La trace de l’activité humaine, qu’elle soit passée ou présente, se dessine de plus en plus crûment sous l’effet du réchauffement climatique. Mais la nature, toujours plus forte, n’hésite pas à reprendre ses droits. La faune et la flore se réapproprient les lieux. Les humain·es, en quête de mondes meilleurs, traversent les territoires marqués par les frontières physiques ou imaginaires. Divisée en deux parties, Au bord du monde au parc du Grand Blottereau et Au fond du temps au Centre Claude Cahun, l’exposition Paysages monstrueux questionne les notions de paysages et de territoires à l’heure où chaque centimètre de terre est répertorié sur Google Earth. William Daniels et Letizia Le Fur, dans leur écriture documentaire, dénoncent l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Du fait de la sécheresse ou de la pollution nucléaire, le paysage se dégrade, se vide, se contamine au point de devenir un monstre. Julien Magre, et Grégoire Eloy quant à eux, explorent les pas qui s’impriment sur les territoires et laissent leurs marques indélébiles. Le loup et ses mythes réinvestissent la Corrèze, et des militant·es écologistes et défenseur·euses des droits de l’Homme sillonnent la montagne pour venir en aide aux exilé·es. Au croisement de ses quartes séries photographiques, une ligne directrice : « Comment et pourquoi dénoncer l’inquiétante étrangeté quotidienne qui nous saisit lorsque sont évoqués les grands faits d’actualité qui cisèlent nos paysages en des monstres tapis dans l’ombre ? »

La montagne, témoin d’humanité

Grégoire Eloy, du collectif Tendance Floue, avec sa série le Beau geste, propose une approche sociale et humaine du paysage. Entre 2021 et 2023, il part documenter le parcours de celles et ceux qui foulent les sentiers de Briançon et de la Vallée de la Roya. Réfugié·es, citoyen·nes, maraudeur·euses, associations, tout·es écrivent sur le flanc de la montagne, à la frontière franco-italienne, l’histoire de la transformation silencieuse des territoires, ceux meurtris par la guerre ou le réchauffement climatique. L’engagement de Grégoire Eloy ne se limite pas à la photographie. Tout au long de son projet, il est devenu bénévole auprès de l’Association Tous Migrants, qui vient en aide à celles et ceux qui tentent de traverser la périlleuse montagne. Dans son journal de bord, il confie : « Vu la situation d’urgence et la précarité des personnes exilées, il me semble peu concevable de travailler sur un tel sujet dans la durée sans m’impliquer humainement. »

Cependant, la prise de vue s’avère complexe. Peu sont enclins à se laisser prendre en photo par peur de représailles des forces de l’ordre qui patrouillent constamment dans les parages. Au fur et à mesure de son parcours, les photographies s’impriment sur le capteur. Les paysages enneigés et les vestiges de campements témoignent des épreuves traversées. Le jeu du flou dissimule les acteurices engagé·es pour les droits humains, tandis que l’utilisation de la caméra thermique dévoile les heures nocturnes des traversées clandestines. Dans le travail de Grégoire Eloy, la montagne et la nuit deviennent le théâtre d’une rencontre humaine poignante. Il nous invite à porter un regard nouveau sur ces paysages marqués par l’histoire, à écouter les récits de celles et ceux qui l’aprentent, et à tendre la main vers l’autre.

© Julien Magre / Grande commande photojournalisme
À lire aussi
Focus #53 : Grégoire Eloy et la part artistique de l’image scientifique
06:30
Focus #53 : Grégoire Eloy et la part artistique de l’image scientifique
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Cette semaine, Grégoire Eloy, à travers Aster, nous emmène à bord d’un satellite de la NASA…
19 juillet 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
© Letizia Le Fur
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
Troisième et dernier chapitre de son projet au long cours, Mythologies III : Les métamorphoses, dévoile une nature foisonnante et…
21 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Julien Magre et Arina Essipowitsch au Château de Tours : déplier l'existence
© Julien Magre / Courtesy of the artist and Jeu de Paume
Julien Magre et Arina Essipowitsch au Château de Tours : déplier l’existence
Cet été, le Château de Tours accueille deux expositions personnelles captivantes, mises en avant par le Jeu de Paume. Un jeu explorant…
30 juin 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
© Zachary James / Instagram
La sélection Instagram #458 : terres mouvantes
Laissez-vous mettre à terre par notre sélection Instagram #458 ! Cette semaine, nous mettons à l'honneur les sols, terrestres ou...
11 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
© Wayan Barre
Dans l’œil de Wayan Barre : chez les habitant·es de la vallée du cancer
Cette semaine, plongée dans l’œil de Wayan Barre. Installé depuis plusieurs années en Louisiane, le photographe français s’est intéressé...
03 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec...
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l'œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
© Jérémy Appert / Courtesy of Circulation(s)
Dans l’œil de Jérémy Appert : la mer de toutes les mémoires
Jérémy Appert, dont le travail est exposé au festival Circulation(s) jusqu’au 2 juin prochain, a côtoyé pendant plusieurs années celles...
13 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas