#Photographe confiné(e) : Alexandre Le Mouroux

#Photographe confiné(e) : Alexandre Le Mouroux

Fisheye vous donne la parole durant le confinement. Chaque semaine, découvrez une photo et son auteur(e). Alexandre Le Mouroux se met à nu dans un autoportrait à huit clos.

Qui es-tu, en quelques mots ?

Je m’appelle Alexandre Le Mouroux, j’ai 33 ans, je suis né à Orléans et je vis à Paris. J’ai étudié et pratiqué la peinture, le dessin et la sculpture aux Beaux-Arts avec un maître peintre durant ma jeunesse. J’ai aussi étudié le son à l’École Supérieur de Réalisation Audiovisuelle et je travaille depuis en tant qu’opérateur son sur de nombreux tournages de documentaires.

J’ai toujours aimé faire des photos, au début, avec mon téléphone puis j’ai commencé à apprendre en autodidacte. Mon boîtier me suit partout, et notamment sur les tournages sur lesquels je travaille. Un jour, la production m’a proposé d’acheter mes clichés. J’ai ainsi pu réaliser ma première affiche de documentaire. Aujourd’hui, la photo est devenue une véritable passion.

Comment vis-tu ton confinement ?

Étant intermittent du spectacle, je ne vis pas trop mal le confinement. J’ai l’habitude d’avoir des périodes d’inactivités et de rester à la maison. Je voyage beaucoup de par mon métier, et cela commence à me manquer un peu. Voyager, rencontrer, découvrir… voici mes moteurs de créativité. Je vois le bon coté des choses : je profite de cette période pour apprendre de nouvelles choses, prendre du recul sur mon travail, et préparer mes prochains projets photos.

Qu’as-tu appris sur ta pratique photo en cette étrange période ?

N’ayant pas de sujets à photographier, je m’initie à l’autoportrait, avec pour thème le confinement. Je m’exerce aussi beaucoup au travail de retouche. Je regarde des tutoriels sur différentes techniques, et je me renseigne côté matériel puisque je souhaite acheter un nouvel appareil photo.

Si tu devais être confiné avec un ou une photographe, qui serait l’heureux/se élu(e) ?

J’aurais aimé être confiné avec Édouard Boubat. J’ai appris beaucoup en lisant son livre La photographie : j’aime ses compositions, son sens du cadre et de la lumière.

Et si je devais citer une photographe vivante, mon amie Maud Caeiro !  Nous avons posé l’un pour l’autre, et nous sommes assez fous tous les deux pour partager les mêmes des délires photographiques. Nous aimons le bon vin aussi !

Quel est ton mantra favori, histoire de rester optimiste ?

La vie a des possibilités infinies.

Un dernier mot  ?

Essayez de garder un rythme, programmez vos journées, faites de l’exercice, profitez du confinement pour élargir vos connaissances. C’est le moment de développer sa créativité, de cuisiner, ou d’apprendre ce morceau de guitare que vous n’avez jamais réussi à jouer. On se plaint souvent de ne pas avoir le temps… Profitez-en!

Et lavez-vous les mains !

© Alexandre Le Mouroux

© Alexandre Le Mouroux

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill