Quand les photographes utilisent la broderie pour recomposer le passé

25 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand les photographes utilisent la broderie pour recomposer le passé
© Carolle Bénitah
© Rocío Bueno

Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. Parmi les techniques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la broderie sur cliché. Par l’entremise du fil, des artistes tissent des liens avec un passé qui leur échappe. Aujourd’hui, lumière sur Diane Meyer, Brigitte Manoukian, Rocío Bueno et Carolle Bénitah. Cette dernière, récemment disparue, fut l’une des précurseurs de la pratique.

Il est désormais commun de découvrir des séries de clichés augmentés de broderies en tout genre. Pourtant, malgré l’engouement autour de cette pratique et la diversité de motifs créés, une tendance se dessine. Pour les photographes, le fil s’impose généralement comme une manière concrète de tisser des liens, de renouer avec des souvenirs qui s’étiolent ou de matérialiser le travail d’une quête d’identité. La précision du geste s’inscrit ainsi dans une démarche intime, souvent entreprise par des femmes. Au fil des ans, dans ses versions papier et numérique, Fisheye a mis en lumière l’œuvre de certaines d’entre elles. Dans des approches différentes, tantôt au cœur de leur projet, tantôt plus sporadiques, Diane Meyer, Brigitte Manoukian, Rocío Bueno et Carolle Bénitah se sont faites les porte-paroles de préoccupations universelles par l’entremise de cette technique.

© Diane Meyer
© Diane Meyer

Pallier l’absence

Quels que soient les projets qu’il vient agrémenter, le fil, objet de nombreuses métaphores, sert souvent à suturer une plaie de l’âme. Dans Photos-souvenirs, Carolle Benitah brodait ses archives personnelles afin de se réapproprier un passé qui lui échappait. « Je reconstruis la mémoire de ma famille qui m’a manqué, m’en invente une sur mesure où je ressuscite tous ces gens qui ont disparu, les territoires que je n’ai pas connus et qui m’ont été vantés », expliquait-elle. Rocío Bueno s’inspire également de ses proches pour composer Hilo, une série dont le titre signifie justement « fil » en français. « J’ai une très mauvaise mémoire, et lorsque ma mère est décédée, il y a cinq ans, j’ai eu peur d’oublier son essence. Cette inquiétude est omniprésente dans mon œuvre », nous confiait-elle en janvier 2021. Pour pallier l’absence, l’artiste joue avec les images qu’elle déchire, altère et habille d’un fil rouge qui lie le passé au présent. 

© Brigitte Manoukian
© Rocío Bueno
© Brigitte Manoukian

Les limites de la mémoire

Comme souvent, les souvenirs personnels trouvent un écho dans la mémoire collective. Brigitte Manoukian en témoigne notamment. Dans Les Fils de Burj Hamud, l’artiste aux origines arméniennes et espagnoles ornemente certains des tirages monochromes d’une couture solaire. À travers cette série prenant place à Beyrouth, elle s’intéresse alors aux récits qui se croisent et composent notre héritage. « Je l’ai pensé comme un travail de réparation, de valorisation ou d’embellissement de ce quartier [arménien] afin de le sortir de sa noirceur et d’ajouter une touche personnelle à l’histoire collective. […] Forcément, il y a cette symbolique de recoudre les morceaux, d’assembler les parties déchirées pour créer quelque chose de nouveau », assurait-elle. Variation sur le même thème, les œuvres de Diane Meyer gravitent autour de la disparation et de l’oubli. Dans Time Spent That Might Otherwise Be Forgotten comme dans Berlin, deux séries respectivement consacrées aux photos de famille et au mur de Berlin, l’artiste conçoit le point de croix comme une manière de matérialiser le flou, les réminiscences lacunaires. « Le motif créé emprunte au langage visuel de l’imagerie numérique et offre une vue pixelisée de ce qui se trouve derrière. Ainsi, il révèle et dissimule à la fois […] », indiquait-elle. 

La broderie se présente finalement comme une figure de la guérison de même qu’une forme de méditation. Ce procédé, qui nécessite de prendre son temps, invite à la réflexion. « Je souhaite interroger la nature de la photo de famille, son rôle de gardienne de la mémoire. Je perçois la surface d’une image comme un espace fragile, dans lequel on ne peut observer que le passé. Derrière, pourtant, se trouve un territoire qu’il nous faut découvrir, et ressentir », nous assurait Rocío Bueno. Ses mots et la démarche qu’ils cristallisent peuvent aisément s’apposer à n’importe quels tirages revêtant une dimension historique importante. Plus qu’un simple ornement à valeur purement esthétique, le fil attire le regard et, par sa matérialité, souligne ainsi les limites de la mémoire. 

À lire aussi
Marion Ellena : enchantements et (dés)illusions de la mémoire
Marion Ellena : enchantements et (dés)illusions de la mémoire
Au fil de ses expérimentations artistiques, Marion Ellena cherche à redessiner les contours de souvenirs qui s’étiolent. Habitée par…
25 juillet 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Namratha Thomas réveille sa mémoire
Namratha Thomas réveille sa mémoire
Animée par une force intuitive, Namratha Thomas immortalise par l’image un instant qui s’échappe. En entremêlant collages et photographie…
21 octobre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
À l'instant   •  
Écrit par Hugo Mangin
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
© Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas