Sculpter l’insensé

14 octobre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Sculpter l’insensé

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Sculptures ? Photographies ? Les créations de Nicolas Polli combinent humour, érotisme, fascination et dégoût pour notre plus grand plaisir.

Alors qu’il se destinait à être un snowboardeur professionnel, une blessure a conduit Nicolas Polli à se réinventer. Le photographe et designer venu de Suisse a depuis construit un univers bien à lui, inspiré par le surréalisme et l’humour. « Je suis très terre à terre, j’ai besoin de percevoir les matières, de créer des compositions audacieuses. J’ajoute un peu d’extravagance à tous mes shootings et mes projets », confie-t-il. Se nourrissant de sa double expérience professionnelle, l’artiste construit son décor et le capture ensuite, figeant ainsi des sculptures insensées et éphémères. « Je suis persuadé que nous voyons trop de choses au quotidien, et que nous ne prêtons par conséquent pas attention aux détails. Élaborer quelque chose d’inhabituel est une manière pour moi de captiver les gens. Si l’on crée une tension dans une œuvre, on suscite leur intérêt », explique-t-il.

© Nicolas Polli© Nicolas Polli

Un cabinet moderne de curiosités

Plans rapprochés, peaux nervurées, installations délirantes… Prises à l’aide d’un flash, les images de Nicolas Polli sont éclairées par une lumière éblouissante… et trompeuse. « Cette luminosité aide à créer une dimension surréaliste. La photographie est reconnue pour révéler la vérité – même s’il s’agit évidemment du médium le plus facile à manipuler. Mes mises en scène brouillent les frontières entre réel et fiction, et j’aime considérer la lumière comme un élément de plus à manipuler », raconte l’artiste.

Entre humour et cauchemar, érotisme et dégoût, ses créations s’imprègnent dans l’esprit du regardeur et laissent leur marque. Ensemble, elles forment une collection dépareillée de scènes saisissantes, qui s’équilibrent, malgré tout. Une expérience insolite, orchestrée par le photographe, qui imagine d’abord ses œuvres sous la forme de série, pour mieux les déconstruire sur Instagram. « J’adore ce procédé, qui permet d’appréhender mes images différemment. Sur les réseaux sociaux, elles sont plus drôles et douces, mais sous la forme d’un livre elles prennent une tout autre dimension », précise-t-il. Vibrantes, et parfois repoussantes, les créations de Nicolas Polli s’observent avec une fascination prudente. Un cabinet moderne de curiosités.

© Nicolas Polli© Nicolas Polli
© Nicolas Polli© Nicolas Polli
© Nicolas Polli© Nicolas Polli

© Nicolas Polli

Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet