Sculpter l’insensé

14 octobre 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Sculpter l’insensé

Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Sculptures ? Photographies ? Les créations de Nicolas Polli combinent humour, érotisme, fascination et dégoût pour notre plus grand plaisir.

Alors qu’il se destinait à être un snowboardeur professionnel, une blessure a conduit Nicolas Polli à se réinventer. Le photographe et designer venu de Suisse a depuis construit un univers bien à lui, inspiré par le surréalisme et l’humour. « Je suis très terre à terre, j’ai besoin de percevoir les matières, de créer des compositions audacieuses. J’ajoute un peu d’extravagance à tous mes shootings et mes projets », confie-t-il. Se nourrissant de sa double expérience professionnelle, l’artiste construit son décor et le capture ensuite, figeant ainsi des sculptures insensées et éphémères. « Je suis persuadé que nous voyons trop de choses au quotidien, et que nous ne prêtons par conséquent pas attention aux détails. Élaborer quelque chose d’inhabituel est une manière pour moi de captiver les gens. Si l’on crée une tension dans une œuvre, on suscite leur intérêt », explique-t-il.

© Nicolas Polli© Nicolas Polli

Un cabinet moderne de curiosités

Plans rapprochés, peaux nervurées, installations délirantes… Prises à l’aide d’un flash, les images de Nicolas Polli sont éclairées par une lumière éblouissante… et trompeuse. « Cette luminosité aide à créer une dimension surréaliste. La photographie est reconnue pour révéler la vérité – même s’il s’agit évidemment du médium le plus facile à manipuler. Mes mises en scène brouillent les frontières entre réel et fiction, et j’aime considérer la lumière comme un élément de plus à manipuler », raconte l’artiste.

Entre humour et cauchemar, érotisme et dégoût, ses créations s’imprègnent dans l’esprit du regardeur et laissent leur marque. Ensemble, elles forment une collection dépareillée de scènes saisissantes, qui s’équilibrent, malgré tout. Une expérience insolite, orchestrée par le photographe, qui imagine d’abord ses œuvres sous la forme de série, pour mieux les déconstruire sur Instagram. « J’adore ce procédé, qui permet d’appréhender mes images différemment. Sur les réseaux sociaux, elles sont plus drôles et douces, mais sous la forme d’un livre elles prennent une tout autre dimension », précise-t-il. Vibrantes, et parfois repoussantes, les créations de Nicolas Polli s’observent avec une fascination prudente. Un cabinet moderne de curiosités.

© Nicolas Polli© Nicolas Polli
© Nicolas Polli© Nicolas Polli
© Nicolas Polli© Nicolas Polli

© Nicolas Polli

Explorez
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 9 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet