Thomas Rousset raconte le fantastique quotidien des Prabérians 

13 décembre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Thomas Rousset raconte le fantastique quotidien des Prabérians 
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints

Au cœur de Prabert, dans la région grenobloise, Thomas Rousset immortalise une fable surréaliste avec comme protagonistes, les habitant·es de ce hameau agricole. Prenant la forme d’un livre, Prabérians illustre avec tendresse les us et coutumes propres à la vie rurale. 

Au pied du massif de Belledonne, non loin de Grenoble, se situe le petit village de Prabert. Là-bas, les habitant·es ne se comptent que par dizaines et leur principale activité se concentre sur l’agriculture. Dans ce cadre naturel où il a passé une partie de son enfance, Thomas Rousset puise son inspiration afin de raconter une histoire aussi réaliste que fantasque autour de la vie quotidienne du hameau. « J’ai scruté les moindres recoins de la ferme familiale pendant des années, parfois cela devenait comme une obsession. Mon travail décrit le quotidien d’une communauté fictive perdue dans le temps et l’espace », rapporte-t-il. Désormais installé à Lausanne, en Suisse, le photographe assemble des mises en scène insolites, des portraits farfelus, des natures mortes et même des clichés architecturaux pour composer une sorte de fable. Au fil des pages de cette docufiction, les lecteurices se laissent happer par une ambiance aussi tendre qu’illusoire. « Il y a un terme qui résume très bien mon approche photographique, c’est la notion du réalisme magique qui rend compte d’éléments considérés comme magiques, surnaturels ou irrationnels surgissant dans un environnement considéré comme réaliste », précise l’artiste né en 1984. 

En 2005, après un début en études de commerce peu convaincant, Thomas Rousset rejoint les rangs de l’ECAL, l’école cantonale d’art de Lausanne. Il s’intéresse alors sérieusement au médium grâce aux cours photo dispensés qui se sont avérés être rapidement ses préférés. Titulaire désormais d’un bachelor en communication visuel, l’artiste a fait du 8e art son métier. En parallèle de sa pratique artistique, il réalise diverses commandes pour des marques et magazines notamment dans le domaine du luxe à Paris, Londres et Milan. Bien que sa carrière lui ait permis de s’émanciper du petit village montagneux familial, l’auteur ne renie pas pour autant ses origines. Prabérians, sa première monographie, dévoile un récit où la magie s’empare de la vie quotidienne, mais rend également hommage au travail acharné et perpétuel de son entourage. 

© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints

Une histoire de famille

« Mon cousin, personnage essentiel de mon projet qui a repris l’exploitation agricole, a toujours eu un attrait très fort pour les machines et les outils. Il s’est mis à les chiner dès le plus jeune âge dans les fermes alentours, à les collectionner, les stocker, les réparer. Cela va dans le sens inverse de l’industrialisation forcée qu’ont vécu les paysans depuis la seconde guerre mondiale avec cette course effrénée vers une production de masse », constate Thomas Rousset. À l’instar de son cousin qu’il définit comme sa « muse », le photographe construit ses propres décors et objets à l’aide de matériaux récoltés de ci et de là. Une chaise à bascule sur le dos d’un âne duveteux ou une sculpture de tracteur réalisée à partir de bottes de paille… Les mises en scène de l’artiste nous plongent dans un univers pittoresque. Il explique : « j’avais envie de créer un microcosme indépendant vivant en autarcie, protégé par ses montagnes. »

La réalisation de Prabérians a permis au photographe de faire de belles rencontres. Comme « Tintin », un homme de prime abord rustre qui est devenu l’un de ses modèles. « En arrivant devant sa maison, un volet s’est entrouvert et le canon d’un fusil est sorti et s’est mis a nous pointer. Il n’était pas très enclin à converser avec nous. Après un petit moment de négociation, il a baissé sa garde et nous a accueillis chez lui. Il était 10h30 du matin, il a ouvert une bouteille de blanc et nous avons discuté. Il était très ému et je pense heureux de pouvoir partager des anecdotes sur son passé », se remémore l’artiste. À l’heure où les médias n’ont d’yeux que pour l’individualisme des grandes villes, Thomas Rousset se concentre à offrir des instants de vie sincères. Qu’ils soient réels ou imagés, ses clichés réchauffent le cœur et rappellent, à certain·es, de tendres souvenirs d’enfance, dans des champs de blé où galopent quelques troupeaux de vaches ou de moutons. 

Éditions Loose Joints
160 pages
58 euros
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
© Thomas Rousset courtesy Loose Joints
À lire aussi
Pascal Amoyel & Coline Jourdan : campagne altérée, campagne désirée
Pascal Amoyel & Coline Jourdan : campagne altérée, campagne désirée
Le centre d’art Le Point du Jour accueille jusqu’au 30 juillet une exposition qui met en lumière les travaux de deux jeunes artistes…
08 mars 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Pietro Bucciarelli trompe l’ennui
© Pietro Bucciarelli
Pietro Bucciarelli trompe l’ennui
Transformer l’ennui en un objet de tangible, voilà l’essence même de la photographie pour Pietro Bucciarelli. Photographe italien baigné…
21 novembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Le puissant héritage des revues érotiques gay des années 1970
Le puissant héritage des revues érotiques gay des années 1970
Fasciné par la faculté de l’image à évoluer au fil du temps, l’artiste visuel Pacifico Silano ne cesse d’explorer l’histoire. Dans I wish…
27 avril 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger