Une plateforme pour l’égalité des genres

01 juin 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Une plateforme pour l’égalité des genres

Fondée en 2001, l’association International Women in Photo multiplie les interventions, les projets et les plateformes pour aider les femmes photographes à faire entendre leur voix. Un combat au long cours contre la discrimination et les inégalités sociales mené aujourd’hui par ses deux codirectrices : Arantza Aramburu-Hamel et Laure Parise. Cet article est à lire en intégralité dans notre dernier Fisheye.

C’est en 2001 que tout a débuté. En mission en Malaisie, la photographe française Séverine Blanchet rencontre Chris Tan, venue de Chine, l’Indienne Nirmala Karuppiah et la Malaisienne Soraya Ismail. Alors que les liens d’amitié se tissent, Séverine Blanchet réalise que, pour elle comme pour ses consœurs, vivre de la photographie n’est pas chose aisée. « Toutes étaient de nationalités et de cultures différentes. Pourtant chacune rencontrait les mêmes difficultés à se faire une place dans un monde dominé par les hommes photographes », précise Sandra Saito, responsable du prix IWPA et rédactrice en chef au sein de l’association. Dans un élan de solidarité, elles imaginent alors une plateforme permettant aux autrices d’être vues et entendues. Un projet à l’envergure internationale s’attachant à soutenir les femmes photographes. De retour à Toulouse, quelques mois plus tard, Séverine Blanchet crée International Women in Photo (lWPA), lance un premier appel à projets et organise un festival.

Visibilité internationale

Si environ 200 candidatures sont reçues lors de cette première édition, l’association reste ensuite en sommeil quelques années. « Puis, Laure Parise et moi-même nous sommes rencontrées à Dubaï. À l’époque, je travaillais dans la culture et j’avais envie de me consacrer à autre chose. Laure connaissait Séverine et m’a parlé de ce projet que j’ai trouvé magnifique. Grâce à l’aide de l’Alliance française de Dubaï – qui nous a intégrées à son réseau ainsi qu’à celui de l’Institut français – nous avons pu doter notre prix et proposer une visibilité à l’international en organisant des expositions dans plusieurs villes du monde », raconte Arantza Aramburu-Hamel, codirectrice d’IWPA. En 2016, au moment de Paris Photo, l’association fait peau neuve. Animées par une énergie contagieuse, les directrices offrent à la plateforme une seconde vie. Elles multiplient les projets, élargissent leur équipe (qui compte aujourd’hui une quinzaine de femmes, tout aussi engagées que les photographes qu’elles soutiennent) et affirment leur engagement. « On s’est dit qu’on pouvait faire plus. On a commencé à intervenir dans le monde photographique. On a notamment réalisé une enquête, il y a deux ans, qui nous a fait prendre conscience du manque d’éducation et d’assistance aux femmes photographes. En réponse, nous avons lancé des partenariats avec des écoles photo pour faciliter l’accès à l’instruction », commente Sandra Saito.

© Snezhana von Buedingen

© Snezhana von Buedingen

Stimulation à agir

Des injustices auxquelles IWPA s’attaque à travers la création de son prix photo. Rétabli en 2016, lorsqu’Arantza et Laure prennent la tête de l’association, l’événement rencontre dès sa première édition un succès international certain : des femmes venues de 80 pays y participent. « Aujourd’hui, on compte environ 130 pays, et plus de 800 candidatures. Lors de la dernière édition, nous avons même reçu des projets venus d’Afghanistan, alors que les talibans avaient déjà repris le pouvoir », constate Sandra Saito. Ouvert aux femmes de tout âge et origine, professionnelles comme amatrices, le prix IWPA entend apporter l’espoir. « Ce n’est pas grave de perdre, c’est plus grave de ne rien faire. Ce prix est une stimulation à agir. Et si la participation européenne demeure importante, beaucoup de finalistes viennent de pays en voie de développement », rappelle la responsable. Guerres et conflits, féminicides, inégalités… Les finalistes de chaque édition révèlent les souffrances de leurs pays, traitant de « sujets douloureux d’une manière très artistique », précise Sandra Saito, avant de poursuivre : « Ce qui est fascinant, c’est qu’on découvre des histoires qui ne sont jamais racontées dans les médias. C’est une véritable ouverture sur l’état de notre planète. C’est ce qui captive toute l’équipe : cette variété totalement inattendue. » À la clé du concours ? La possibilité d’exposer dans de nombreux lieux internationaux, de l’Europe à l’Inde en passant par l’Arabie saoudite. « On a d’ailleurs vu le nombre de candidatures de femmes arabes augmenter suite à cet événement », se réjouit la responsable du prix.

En parallèle, des tables rondes – organisées lors de chaque accrochage – permettent d’enrichir l’échange, et de poursuivre la vocation première d’IWPA : s’imposer comme une plateforme qui diffuse les récits des femmes. « Ce sont souvent de grands moments de tension, de révélation, qui évoluent en fonction de la position de la femme au sein du territoire où l’on se trouve », confie Arantza Aramburu-Hamel. Et d’expositions en discussions, de formations en workshops collaboratifs, IWPA ne cesse de se battre pour (re)donner espoir à celles qui sont invisibilisées. Une vocation ancrée dans l’esprit des deux femmes, qui n’oublient pas : « La discrimination féminine est particulièrement forte dans le milieu de la photo. C’est d’autant plus alarmant qu’il s’agit d’un médium très diffusé. Il est donc nécessaire de continuer à se battre », déclarent-elles. Et si vous souhaitez ajouter votre pierre à l’édifice, l’appel à candidatures du prix IWPA 2023 est ouvert jusqu’au 30 juin. N’attendez pas pour candidater !

Cet article est à retrouver en intégralité dans le Fisheye #59 disponible en kiosque et sur le store.

© Soheila Sanamno

© Soheila Sanamno

© Soheila Sanamno

© Mara Sánchez Renero

© Ana Maria Arévalo

Image d’ouverture © Ana Maria Arévalo

Explorez
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
Le Parti pris des choses sublime les objets du quotidien
L'exposition collective Le Parti pris des choses au Centre de la Photographie Hauts-de-France, se nourrit de l'oeuvre du poète Francis...
28 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
© Annabelle Foucher
Annabelle Foucher dévoile l’étoffe de l’être à la Fisheye Gallery
Le temps de L’Étoffe de l’être, les œuvres d’Annabelle Foucher, lauréate du Grand Prix Picto de la Photographie de mode en 2023, se...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
L’écocide en ligne de mire
© Oleksandra Zborovska, When The River Left The Shores, 2023
L’écocide en ligne de mire
Ce terme est brutalement réapparu dans l’actualité avec la guerre en Ukraine et la destruction du barrage de Kakhovka, dans le sud du...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
05:04
© Fisheye Magazine
Focus #70 : Henri Kisielewski et les fictions qui naissent du réel
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Henri Kisielewski analyse, au cœur de Non Fiction, la puissance narrative de la...
28 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
© Abhishek Khedekar 2023 courtesy Loose Joints
Tamasha : le spectacle d’images d’Abhishek Khedekar 
Pendant plusieurs années, Abhishek Khedekar s’est immiscé dans le quotidien d’une communauté nomade indienne composée d’une centaine de...
28 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas