Vache rose, Jérôme Bosch et nœud papillon : le portrait chinois d’Étienne Francey

18 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Vache rose, Jérôme Bosch et nœud papillon : le portrait chinois d’Étienne Francey
© Étienne Francey
© Étienne Francey

« Chaque immersion dans la nature est une découverte et un émerveillement », explique Étienne Francey entre les pages du Fisheye #62, dont il signe la couverture. Finaliste de la première édition du Prix Fisheye de la création visuelle, initié à l’occasion du 10e anniversaire du magazine, le photographe se distingue par son écriture singulière. À la manière d’un poète dont la plume aurait substitué le boîtier, il dépeint l’environnement alentour en en sublimant les détails. Au fil de ses créations, les idées fleurissent et s’expriment comme des aquarelles. La netteté des traits ne trouve d’intérêt que si elle renouvelle le sujet immortalisé. Le réel se distille ainsi dans l’évocation du rêve où les nuances vives se révèlent sous les flashs. Les formes de la nature s’étirent et laissent les traces de leurs mouvements jusqu’à esquisser de nouveaux contours. Si le regard s’interroge d’abord, il s’accommode très vite à cet univers à l’allure picturale, et un sentiment de quiétude se dégage de l’harmonie des compositions. L’émerveillement opère de nouveau, changeant alors de point de vue. Seule la maîtrise du médium, du savoir-faire qui en découle, permet une telle fluidité des images, qui n’aura de cesse de fasciner les esprits les plus enclins à la rêverie. Aujourd’hui, Étienne Francey se prête à l’exercice du portrait chinois.

© Étienne Francey

Si tu étais…

Une de tes images ?

Celle qui présente le dos d’une vache rose. Un mélange de couleurs irréelles et un sujet bien ancré à la terre.

Une lumière ?

Un éclair de flash au crépuscule.

Une couleur ?

Rose. Même si c’est une porte ouverte au kitsch, je l’aime bien par petite touche.

© Étienne Francey
© Étienne Francey
© Étienne Francey

Un sujet à explorer ?

Une série sur les traces de mon grand-père Marcel. Photographe amateur, il m’a transmis sa passion pour la photo. Il aimait autant lever les yeux vers le ciel pour observer les étoiles que capturer les insectes les plus étranges pour les endormir dans le frigo et leur tirer le portrait.

Une émotion ?

La surprise.

Un personnage, historique ou fictif ?

P’tit Biscuit dans Shrek.

Un paysage ?

Un alpage, parce que le temps y passe lentement.

© Étienne Francey
© Étienne Francey

Un objet ou un décor ?

Un fond en papier.

Une musique ?

« Don’t be shy » de Cat Stevens.

Un livre ?

Un livre photo avec du papier rugueux mat.

© Étienne Francey
© Étienne Francey
© Étienne Francey
© Étienne Francey

Un vêtement ou un accessoire ?

Un nœud papillon.

Un genre, une écriture photographique ?

L’onirique.

Un métier ?

Photographe. Mais plus petit, je voulais être conducteur de train ou retraité.

© Étienne Francey
© Étienne Francey
© Étienne Francey

Un lieu culturel ?

Un musée d’art. Enfant, je me rappelle avoir été assez bousculé après mes premières visites d’expositions de peintures. Arrivé à la maison, je prenais une feuille et je dessinais ce qui m’avait marqué. J’ai toujours eu ce besoin de reproduire ce que je voyais.

Quelqu’un avec qui réaliser un projet en duo ?

Je rêverai d’échanger avec Jérôme Bosch. Il devait être assez déjanté.

À lire aussi
Harry Potter, aquarium du futur et boule de cristal : le portrait chinois de Lu Hong
© Lu Hong
Harry Potter, aquarium du futur et boule de cristal : le portrait chinois de Lu Hong
Aujourd’hui, Lu Hong, photographe qui signe la couverture du Fisheye #60, se prête à l’exercice du portrait chinois.
10 octobre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Agnès Varda, Lune et mélancolie : le portrait chinois de Juliette Alhmah
© Juliette Alhmah
Agnès Varda, Lune et mélancolie : le portrait chinois de Juliette Alhmah
Juliette Alhmah, première lauréate du Prix Fisheye et auteure de la couverture du Fisheye #60, se prête aujourd’hui à l’exercice du…
15 juillet 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
© Susanne Wellm
Susanne Wellm et ses tissages photographiques
La Galerie XII présente une exposition de l’artiste danoise Susanne Wellm. Par ses images, elle explore les drames de l’Europe...
21 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
© Tom Kleinberg
Forgotten in The Dark : l’hommage dansant de Tom Kleinberg
Le festival Circulation(s) n’en finit pas de faire briller la jeune photographie européenne. Dans l’un des cubes de l’espace central du...
20 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
20 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
À l'instant   •  
Écrit par Hugo Mangin
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
© Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas