Bottes de cowboy, garrigue sauvage et Vivienne Westwood : le portrait chinois de Kamila K Stanley

29 juin 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Bottes de cowboy, garrigue sauvage et Vivienne Westwood : le portrait chinois de Kamila K Stanley
© Kamila K Stanley

Récompensée par le prix Saif du festival Les femmes s’exposent le dix juin dernier avec Tehna Orgulho, Kamila K Stanley ne cesse de présenter des travaux traitant de thématiques engagées sous une forme esthétique et colorée. Dans cette série récemment primée, l’artiste capture la communauté LGBTQIA+ au Brésil où la moitié des meurtres homophobes dans le monde sont commis. En février 2022, la photographe britannico-polonaise signait également notre 37e épisode de Focus. Elle se confiait alors sur Declaring Independence, un projet percutant où elle proteste contre le Brexit à l’aide d’accessoires de mode. Aujourd’hui, avec un brin de poésie, Kamila K Stanley se dévoile à travers des images imprégnées de soleil et d’espoir. 

Si tu étais…

Une couleur ?

Un rouge brique.

© Kamila K Stanley

Un sujet à explorer ?

Au fond, dans mes travaux, je tourne souvent autour d’une même question : l’immigration, l’appartenance, le souvenir intergénérationnel. C’est très lié à l’histoire de ma famille, plus précisément la diaspora polonaise. Elle a beaucoup façonné mon regard sur le monde. Peut-être qu’un jour j’arriverais à l’aborder de manière plus frontale.

© Kamila K Stanley

Une de tes images ?

Ce lys qui brûle.

© Kamila K Stanley

Un shooting rêvé ?

Un jour, je rêve de shooter ma famille dans un grand édito mode.

© Kamila K Stanley

Une grande créatrice de mode ? 

Vivienne Westwood.

© Kamila K Stanley

Un vêtement ?

Mes bottes de cowboy chinées à la friperie de ma merveilleuse amie Mei Mei.

© Kamila K Stanley

Une émotion ?

L’indépendance.

© Kamila K Stanley

Un paysage ? 

La Méditerranée et la garrigue sauvage, là où j’ai grandi dans le sud de la France. 

© Kamila K Stanley

Une ville ?

Rio de Janeiro.

© Kamila K Stanley

Un animal ?

Un phoenix.

© Kamila K Stanley

Un objet à photographier ?

Les lumières néons, encore et toujours.

© Kamila K Stanley

Un livre ?

Un livre photo de Greg Girard.

© Kamila K Stanley

Un film ?

Spring Breakers de Harmony Korine.

© Kamila K Stanley

Un morceau de musique ?

En ce moment j’adore Child de B77.

© Kamila K Stanley

Une anecdote ?  

J’ai appris la photo ado, quand je voyageais toute seule en Amérique du Sud. C’était complètement bouleversant. J’essaye de toujours garder cette fougue dans mon regard.

© Kamila K Stanley

Un compte Instagram ? 

Je pense que je ne pourrais jamais être un compte Instagram.

© Kamila K Stanley
À lire aussi
Tilda Swinton, poisson et haute couture : le portrait chinois de Giulio Ghirardi
Tilda Swinton, poisson et haute couture : le portrait chinois de Giulio Ghirardi
Architecte de formation, Giulio Ghirardi, qui signe la couverture du Fisheye #59, a commencé sa carrière dans la photographie de mode…
06 juin 2023   •  
Sous-vêtement, Hockney et Nice : le portrait chinois de Christopher Barraja
© Christopher Barraja
Sous-vêtement, Hockney et Nice : le portrait chinois de Christopher Barraja
Dévoilé lors du Prix Picto de la mode 2022 – dont il était le grand lauréat – Christopher Barraja présentait à l’automne dernier à la…
10 mai 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet