Bottes de cowboy, garrigue sauvage et Vivienne Westwood : le portrait chinois de Kamila K Stanley

29 juin 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Bottes de cowboy, garrigue sauvage et Vivienne Westwood : le portrait chinois de Kamila K Stanley
© Kamila K Stanley

Récompensée par le prix Saif du festival Les femmes s’exposent le dix juin dernier avec Tehna Orgulho, Kamila K Stanley ne cesse de présenter des travaux traitant de thématiques engagées sous une forme esthétique et colorée. Dans cette série récemment primée, l’artiste capture la communauté LGBTQIA+ au Brésil où la moitié des meurtres homophobes dans le monde sont commis. En février 2022, la photographe britannico-polonaise signait également notre 37e épisode de Focus. Elle se confiait alors sur Declaring Independence, un projet percutant où elle proteste contre le Brexit à l’aide d’accessoires de mode. Aujourd’hui, avec un brin de poésie, Kamila K Stanley se dévoile à travers des images imprégnées de soleil et d’espoir. 

Si tu étais…

Une couleur ?

Un rouge brique.

© Kamila K Stanley

Un sujet à explorer ?

Au fond, dans mes travaux, je tourne souvent autour d’une même question : l’immigration, l’appartenance, le souvenir intergénérationnel. C’est très lié à l’histoire de ma famille, plus précisément la diaspora polonaise. Elle a beaucoup façonné mon regard sur le monde. Peut-être qu’un jour j’arriverais à l’aborder de manière plus frontale.

© Kamila K Stanley

Une de tes images ?

Ce lys qui brûle.

© Kamila K Stanley

Un shooting rêvé ?

Un jour, je rêve de shooter ma famille dans un grand édito mode.

© Kamila K Stanley

Une grande créatrice de mode ? 

Vivienne Westwood.

© Kamila K Stanley

Un vêtement ?

Mes bottes de cowboy chinées à la friperie de ma merveilleuse amie Mei Mei.

© Kamila K Stanley

Une émotion ?

L’indépendance.

© Kamila K Stanley

Un paysage ? 

La Méditerranée et la garrigue sauvage, là où j’ai grandi dans le sud de la France. 

© Kamila K Stanley

Une ville ?

Rio de Janeiro.

© Kamila K Stanley

Un animal ?

Un phoenix.

© Kamila K Stanley

Un objet à photographier ?

Les lumières néons, encore et toujours.

© Kamila K Stanley

Un livre ?

Un livre photo de Greg Girard.

© Kamila K Stanley

Un film ?

Spring Breakers de Harmony Korine.

© Kamila K Stanley

Un morceau de musique ?

En ce moment j’adore Child de B77.

© Kamila K Stanley

Une anecdote ?  

J’ai appris la photo ado, quand je voyageais toute seule en Amérique du Sud. C’était complètement bouleversant. J’essaye de toujours garder cette fougue dans mon regard.

© Kamila K Stanley

Un compte Instagram ? 

Je pense que je ne pourrais jamais être un compte Instagram.

© Kamila K Stanley
À lire aussi
Tilda Swinton, poisson et haute couture : le portrait chinois de Giulio Ghirardi
Tilda Swinton, poisson et haute couture : le portrait chinois de Giulio Ghirardi
Architecte de formation, Giulio Ghirardi, qui signe la couverture du Fisheye #59, a commencé sa carrière dans la photographie de mode…
06 juin 2023   •  
Sous-vêtement, Hockney et Nice : le portrait chinois de Christopher Barraja
© Christopher Barraja
Sous-vêtement, Hockney et Nice : le portrait chinois de Christopher Barraja
Dévoilé lors du Prix Picto de la mode 2022 – dont il était le grand lauréat – Christopher Barraja présentait à l’automne dernier à la…
10 mai 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet