Calques, la poésie plastique de Margaux Roy

Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy

Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des pros de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle dévoile la prose qui émane de l’ordinaire, toujours avec amusement et douceur.

Des couleurs irisées, un grain voluptueux et une narration tendre, sincère et brève. Voici les ingrédients de la « météorologie des sentiments » de Margaux Roy, comme elle l’appelle. La photographe et réalisatrice, tout droit sortie du département de Photographie des Gobelins, aime parler de la vie de tous les jours, à « travers les histoires personnelles où tout le monde peut trouver une partie de soi », détaille-t-elle. Si elle aborde le quotidien, elle le fait toujours avec une touche d’humour, le raconte de manière positive, même s’il ne l’est pas au premier abord. Elle se demande : « Comment se servir de ce qui nous fait défaut ? ».

L’intime se dessine dans l’attente marquée par le Covid, dans la nostalgie de l’été, dans la séparation amoureuse vue par nos objets, sur le corps et la peau. Aussi délicatement que les vers d’un poème qui s’écrivent sur le papier, Margaux Roy capture sa poésie du quotidien à la croisée des médiums photographiques et vidéos. « Avant de me lancer dans un nouveau projet, j’hésite souvent entre le photographier ou le filmer. Alors, il m’arrive d’en faire un film photographique pour combiner les deux approches, explique-t-elle. Travailler le son en décalage de l’image me permet presque de raconter une nouvelle histoire, cela ajoute une couche de poésie. » Sa série Calques s’inscrit dans une démarche organique, une façon de déceler le méticuleux derrière le geste répétitif du numérique. Une déviation abstraite qui reste enracinée dans son approche artistique.

© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy

Déconstruire la retouche

La notion de wabi-sabi (notion japonaise, esthétique et spirituelle qui célèbre la beauté dans l’imperfection et l’impermanence, ndlr) infuse dans le travail de Margaux Roy. Pour l’artiste, cela veut dire : « poser son regard sur les choses “petites” et “subtiles”, mettre en valeur les couleurs silencieuses et pas nécessairement flamboyantes, rester humble ». C’est certainement en cela que Calques résonne tout autant dans le corpus de l’œuvre de Margaux Roy. S’il transparaît comme un décalage abstrait de son travail, il reste ancré dans l’intime et le quotidien, « mais s’apparente davantage à un travail de plasticienne », ajoute-t-elle.

Alors qu’elle effectue un stage dans une entreprise de retouche numérique, elle découvre les dessous du métier de retoucheur·se, un univers enfoui dans l’ombre des pièces tamisées où vibrent les grésillements de radio. Dans cet environnement, détail, minutie, patience et humilité sont les maîtres-mots. « En analysant mes fichiers Photoshop pendant ce stage, je me suis rendu compte de tous ces petits gestes que j’avais pratiqués pendant la retouche. Je voulais mettre en avant ce travail manuel, de précision », raconte Margaux Roy. Pour Calques, elle décide de retranscrire toutes ces étapes une par une. Elle photographie les parties de corps de deux personnes, « pour rester dans l’abstrait », s’attelle à la retouche, puis sépare chaque calque de travail de Photoshop et les imprime individuellement sur du papier légèrement transparent et texturé « pour amplifier ce côté artisanal du geste de retoucheur·se » avoue-t-elle. Des taches de couleur, des traces semblables au fusain, le contraste ou la chaleur, se dévoilent délicatement, là où est passée la main de Margaux Roy. Ce lyrisme est une ode au quotidien des retoucheur·ses, un témoignage intime, car « la peau, ici retouchée, n’est-elle pas ce qu’on a de plus intime ? Et à la fois, le plus visible aux autres ? » s’interroge l’artiste. Un questionnement qui s’étend d’ailleurs jusqu’à la photographie de mode où les frontières entre sujet et objet se brouillent.

© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
© Margaux Roy
À lire aussi
Les créations minimalistes d’Eliot Lee Hazel
Les créations minimalistes d’Eliot Lee Hazel
Le créatif publicitaire Eliot Lee Hazel, installé à Los Angeles, a débuté la photographie il y a environ dix ans. « Avant cela, j’étais…
03 mai 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Focus #32 : Anaïs Boudot révèle les « Oubliées » de l'histoire
Focus #32 : Anaïs Boudot révèle les « Oubliées » de l’histoire
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Anaïs Boudot. La photographe française a imaginé Les…
28 décembre 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 4 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas