Caroline Ruffault : métamorphoses et gémellité cosmique

29 janvier 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Caroline Ruffault : métamorphoses et gémellité cosmique
© Caroline Ruffault
© Caroline Ruffault
© Caroline Ruffault
© Caroline Ruffault
À lire aussi
Caroline Ruffault et son « Female Gaze »
Caroline Ruffault et son « Female Gaze »
Pour Caroline Ruffault, la femme ne doit plus être considérée comme un simple objet de désir. La photographe s’interroge à travers Female…
25 janvier 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde : les mystères de la gémellité
Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde : les mystères de la gémellité
Le duo de femmes photographes Bénédicte Kurzen et Sanne de Wilde s’intéresse aux mythologies liées à la gémellité. Un travail au long…
25 février 2021   •  
Écrit par Benoît Baume
Retour à la poussière : les ruines cosmiques de Marguerite Bornhauser étincellent aux Rencontres d’Arles
Retour à la poussière [Back to dust] © Marguerite Bornhauser
Retour à la poussière : les ruines cosmiques de Marguerite Bornhauser étincellent aux Rencontres d’Arles
Au Musée départemental Arles antique, Marguerite Bornhauser convoque un cosmos hors du temps, inspiré par les fragments d’histoire…
25 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Greg Lin Jiajie reconstruit sa gémellité
Greg Lin Jiajie reconstruit sa gémellité
Dans Longyan Boys, le photographe chinois Greg Lin Jiajie retourne dans sa ville natale et recompose les souvenirs d’enfance partagés…
31 mai 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas

Dans Peau perméable, cœur poreux et gémellité cosmique, Caroline Ruffault explore une notion du philosophe Emanuele Coccia en photographie : celle de la gémellité universelle, la conscience d’être, au fond, des corps connectés au reste du vivant, accouchés par un même parent cosmique. Pour Fisheye, elle revient sur cette idée de découverte de soi à travers la nature.

« La gémellité n’est pas un rapport défini par une ressemblance physique ou génétique. Elle est le rapport qu’entretiennent deux ou plusieurs êtres qui ont partagé la naissance – même moment, même ventre, même mère » écrit le philosophe Emanuele Coccia, dans Métamorphoses, livre qui a inspiré le travail de la photographe Caroline Ruffault. Peau perméable, cœur poreux et gémellité cosmique est une enquête photographique sur la gémellité qui questionne aussi, étonnement, notre rapport au vivant. Cette notion, selon la photographe, ne se résume pas à une ressemblance physique : elle en dit bien plus sur le phénomène d’avoir été conçu·es par une même mère, d’avoir des racines communes et indissociables. La gémellité cosmique est donc le fait de reconnaître cet implicite commun chez tous·tes les êtres et de se sentir, au fond, les « jumeaux·lles » du vivant. « Loin d’être un fait paradoxal et rare, la naissance gémellaire est le paradigme même de la naissance, à l’échelle planétaire » écrit Emanuele Coccia. « Ce sentiment d’interconnexion à autre chose que soi est une évidence chez les jumeaux. Nous savons que nous aurions pu naître dans le corps de l’autre. Nous étions un seul corps qui devient deux » précise la photographe, en citant le philosophe. Si cette série se lit avant tout comme un récit intime de quête du soi et de son unicité, elle conte aussi l’histoire d’une recherche de résonances à travers la nature environnante. « Je crois à cette idée qu’il n’y a que la connexion à la terre qui peut nous guérir de nos frénésies d’humain·es, de nos compulsions d’achats, de nos besoins de réussite, de conquête » affirme-t-elle. Ainsi, par exemple, en cousant sur le support photographique des feuilles de lierre qui parcourent le corps d’une femme, Caroline Ruffault se connecte à plus grand qu’elle, se fond dans la magnificence et, in fine, en découvrant son être infiniment petit, elle parvient à atteindre une forme d’apaisement.

© Caroline Ruffault

Se fondre et disparaître dans quelque chose de plus grand que soi

« J’ai commencé par coudre et tisser mon corps et celui de mon frère jumeau ensemble pour représenter cette idée qu’il n’existait pas de barrière entre nous, entre nos émotions, explique Caroline Ruffault. Tout est partagé, tout nous traverse. Ce que l’on ressent ou ce que ressent l’autre, tout se mélange. En grandissant, j’ai gardé cette sensation d’être traversée par les lieux, les atmosphères et les êtres que je croise et c’est ce qui m’a amené à expérimenter le tissage photographique ». Marquée par son expérience de jumelle, elle recherche, par la photographie et la couture, de créer des liens qui libèrent en se connectant au cosmos: « c’est toujours cette idée de se fondre et de disparaître dans quelque chose de plus grand que soi et peut-être dans une certaine mesure vaincre la réalité physique de son corps. Ce corps qui a un début et une fin et qui pourtant intimement semble plutôt être un espace liminal mouvant ». Par la connexion au vivant, l’artiste se découvre, se dévoile, s’émancipe et atteint cette paix intérieure qui est à la base de la gémellité cosmique évoquée par Coccia. « Ce qui m’intéresse c’est de raconter comment nous habitons nos corps et quelles relations peuvent avoir nos corps avec notre environnement, poursuit-elle. C’est à la fois poétique, parce que les paysages sont des émotions qui nous traversent, et à la fois politique parce que notre lieu d’habitation est une partie de qui nous sommes. C’est l’air que nous respirons, la nourriture que nous ingérons et là cela prend une portée écologique ».

© Caroline Ruffault
© Caroline Ruffault
Explorez
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
24 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
© Melody Melamed
Melody Melamed : corps, peaux, âmes
Inspirée par une utopie où tout ne serait qu'harmonie, Melody Melamed compose Shangri-La: The Book of Skin, un ouvrage où les peaux...
23 mai 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
© Albertine Hadj
Les coups de cœur #493 : Albertine Hadj et Alessandro Truffa
Nos coups de cœur de la semaine, Albertine Hadj et Alessandro Truffa, emploient la photographie comme une manière de retranscrire et...
20 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas