Dans l’œil de Sander Coers : introspections imaginées

11 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Dans l'œil de Sander Coers : introspections imaginées
© Sander Coers

Cette semaine, plongée dans l’œil de Sander Coers. Ayant figuré à plusieurs reprises sur les pages du site web, fait la couverture d’un des numéros du magazine et présenté au cœur du Fisheye #60, le photographe néerlandais revient pour nous parler d’une image issue de sa série POST. Un projet réalisé à l’aide d’une intelligence artificielle, à partir de l’album de ses grands-parents. S’intéressant aux notions de genre et se focalisant sur la période du passage à l’âge adulte, l’artiste dévoile un univers réinventé, nimbé de nostalgie, dont cette image générée n’en témoigne qu’une infime partie.

SanderCoers
« Si ce personnage avait vraiment existé, son histoire aurait pu être celle d’un jeune homme naviguant entre la jeunesse et l’âge adulte tout en se débattant avec ses émotions, ses souvenirs et son identité personnelle.  »

« Lorsque je regarde cette image, je ressens un mélange de nostalgie, d’introspection et de réalisme. L’expression mélancolique du visage obscurci de l’homme me rappelle des moments personnels de réflexion et de contemplation. Le collage d’éléments naturels ajoute une couche de nostalgie pour le passé ou un désir de se connecter à la terre. L’entrelacement de la nature et du corps de l’homme évoque un lien fort entre les émotions intérieures et le monde extérieur. La façon dont le végétal est incorporé dans l’image suggère que ses sentiments ne sont pas isolés, mais plutôt interconnectés avec l’environnement qui l’entoure. Cette fusion souligne l’idée que les émotions humaines font partie du monde naturel dans son ensemble, qu’elles l’influencent et qu’elles sont influencées par lui. La composition en tant que telle crée une sensation douce-amère, capturant la complexité des émotions qui peuvent naître des moments de repli.

Si ce personnage avait vraiment existé, son histoire aurait pu être celle d’un jeune homme naviguant entre la jeunesse et l’âge adulte tout en se débattant avec ses émotions, ses souvenirs et son identité personnelle. Ses expériences en matière d’amour, d’amitié et de découverte de soi auraient façonnés son parcours. Le collage de montagnes, de fleurs et d’herbe pourrait symboliser son désir de s’accrocher à la beauté et à la simplicité de son passé alors qu’il est confronté aux complexités de l’âge adulte. En cachant son visage, on comprend alors qu’il est en plein apprentissage, lancé dans son voyage émotionnel intérieur. »

À lire aussi
Dans l’œil de Flora Nguyen : racisme et misogynie dans les cartes postales coloniales
© Flora Nguyen
Dans l’œil de Flora Nguyen : racisme et misogynie dans les cartes postales coloniales
Cette semaine, plongée dans l’œil de Flora Nguyen. À travers sa pratique pluridisciplinaire, l’artiste d’origine vietnamienne…
28 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Ralph Vaughan, Espagne et lever de soleil : le portrait  chinois de Sander Coers
Ralph Vaughan, Espagne et lever de soleil : le portrait chinois de Sander Coers
Réminiscences solaires, paysages étrangers, amours voués à s’éteindre… Dans les images de Sander Coers, les souvenirs d’un temps disparu…
09 septembre 2022   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
© Jana Sojka
Quand l’étranger devient intime : les dialogues ininterrompus de Jana Sojka
Jana Sojka imagine des diptyques afin de donner cours à un dialogue ininterrompu. Dans un nuancier crépusculaire lui inspirant sérénité...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
© Charlie Tallott
Charlie Tallott est le lauréat 2024 du prix Photo London x Nikon
Le 15 mai 2024, à la Somerset House, le Photo London x Nikon Emerging Photography Award a annoncé son nouveau lauréat : Charlie Tallott....
16 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
© Momo Okabe
Notre sélection de livres photo consacrés à la communauté LGBTQIA+
Dans le prolongement de Fisheye #65, tout juste sorti en kiosque, nous avons sélectionné une série d’ouvrages photographiques consacrés à...
14 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
© Pelle Cass
Dans l’œil de Pelle Cass : déchiffrer le chaos d’un terrain de sport
Cette semaine, plongée dans l’œil de Pelle Cass. Dans Crowded Fields, le photographe américain immortalise des terrains de sport sur...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
© Jana Sojka
Les images de la semaine du 13.05.24 au 19.05.24 : la fragilité de l’existence
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes donnent à voir les déclinaisons de la fragilité de l’existence.
19 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
© Jennifer McLain
Behind the Facade : l’étrange huis clos de Jennifer McLain
Dans Behind the Facade, Jennifer McLain compose un monde dans lequel elle tente de se soustraire à des évènements du quotidien qui...
18 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet