Dans l’œil de Valentin Folliet : le chant des oiseaux morts

18 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Dans l'œil de Valentin Folliet : le chant des oiseaux morts
© Valentin Folliet

Cette semaine, plongée dans l’œil de Valentin Folliet. Découvert dernièrement sur sa série bouleversante Tokyo Limbo, relatant un dépaysement géographique et intérieur suite au décès d’un ami, il revient nous parler d’une image où le chant d’oiseaux disparus raisonne encore dans le vent…

ValentinFolliet
« Dans ce monde immobile et silencieux, un des seuls liens avec l’extérieur avait été le chant des oiseaux qui n’avait jamais été aussi intense. »

« J’ai pris cette photo en 2020, pendant le premier confinement. J’habitais à la campagne chez mes parents. J’ai un jour trouvé cet oiseau sur la terrasse, et, bien qu’il soit mort, je l’ai trouvé magnifique et j’ai voulu garder son image. J’avais à l’époque 22 ans et n’étais pas encore sûr de vouloir devenir photographe, les photos que j’avais faites jusqu’alors avaient toujours demandé un excès de mise en scène et d’artifices. Cette photo est minimaliste, à moitié spontanée, je tiens l’oiseau à bout de bras face au ciel. Prise à l’argentique, avec un flash pour révéler les couleurs de l’oiseau à contre-jour et intensifier la profondeur du ciel, je n’ai pas eu besoin de la retravailler. Ça a inauguré une nouvelle direction plus épurée qui est celle que j’ai suivie par la suite.
Le contexte épidémique était lourd et difficile pour tout le monde. J’ai perdu des gens que j’aimais, j’ai traversé une période douloureuse avant ça. Paradoxalement, c’était aussi une période de reconstruction pour moi. Coupé du monde, j’ai pu me rapprocher de ma famille. A posteriori, j’ai pensé que cette photo exprimait mon état émotionnel de cette période : le renouveau après le marasme, une forme de résilience face à la fatalité.

Dans ce monde immobile et silencieux, un des seuls liens avec l’extérieur avait été le chant des oiseaux qui n’avait jamais été aussi intense. J’ai entendu plusieurs proches dire que malgré les soucis, grâce à ce monde figé, ils pouvaient enfin entendre les oiseaux. C’est pourquoi j’ai appelé cette photo « D’ici, je peux entendre les oiseaux », comme l’expression de la vie qui reprend le dessus. »

À lire aussi
« Des oiseaux » : un nid d’inventivité au Hangar
« Des oiseaux » : un nid d’inventivité au Hangar
Jusqu’au 17 décembre, le Hangar, centre d’art de Bruxelles, présente Des Oiseaux, une exposition collective reprenant l’ensemble atypique…
19 septembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d'un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce...
20 février 2024   •  
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
© Jacques Sonck / Courtesy Gallery FIFTY ONE
PhotoBrussels : la capitale belge fait son festival
La 8e édition du Photo Brussels Festival vient d’ouvrir dans la capitale européenne. Avec au menu 56 expositions réunissant 300 artistes...
07 février 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
© Karolina Wojtas
Kidnapping, animaux-espions et bad trip au LSD : la séance de rattrapage Focus !
Paysages japonais, matchs de catch mexicains, guerre centenaire, religions futuristes, soirées érotiques, amitiés artificielles… Comme...
07 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
© Bec Wood
Bec Wood : le féminisme comme combat, la maternité comme armure
Depuis l'Australie, l’artiste émergeante et engagée, Bec Wood, capture la féminité en s’extrayant de toute injonction sociale.
Il y a 8 heures   •  
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
© Lee Shulman / Omar Victor Diop
Rendre visible le racisme : les photographes de Fisheye militent
Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. À...
27 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et...
27 février 2024   •  
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet