Édith Laplane et Michaël Serfaty : exploration du corps féminin

13 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Édith Laplane et Michaël Serfaty : exploration du corps féminin
© Édith Laplane
© Édith Laplane
© Michaël Serfaty

Édith Laplane et Michaël Serfaty font converger leurs pratiques artistiques dans l’exposition Ni tout à fait la même, ni tout à fait un autre au Musée du Pavillon de Vendôme d’Aix-en-Provence. Le couple explore l’univers féminin et raconte des histoires de corps et leurs histoires plurielles. Jusqu’au 28 avril.  

Édith Laplane et Michaël Serfaty ont chacun·e leur pratique artistique. Depuis des années, leurs œuvres se répondent et se complètent. Les deux partagent le même atelier, mais œuvrent différemment. Pour la première fois, le Musée du Pavillon de Vendôme d’Aix-en-Provence les réunit dans une exposition, Ni tout à fait la même, ni tout à fait un autre. Édith Laplane, plasticienne installée à Marseille, travaille avec des matériaux récupérés (tissus, dentelles, papiers, objets chinés…) pour explorer le féminin sous toutes ses formes. La vulve revient dans beaucoup de ses créations, stylisée et interprétée de plein de façons. En utilisant la broderie et la couture, l’artiste reproduit une esthétique qui évoque celle des cabinets de curiosités. Michaël Serfaty est, quant à lui, photographe. Ses images s’intéressent aux sens, aux perceptions et aux traces inscrites dans le corps féminin. « Matières, rugosités, accidents impriment ses photographies […] tel un patient archéologue de l’humain » écrit le galeriste Olivier Bourgoin, de l’agence révélateur. Dans ce parcours d’exposition, les pratiques des deux se rencontrent autour d’une thématique commune : la femme et son corps.

Une désobéissance joyeuse

Qu’est-ce que c’est être une femme ? Telle est la question qui guide le travail d’Édith Laplane, qui a exploré le corps féminin dans ses moindres recoins. Pour mieux le comprendre, elle s’est rapprochée du milieu scientifique et médical, afin de déconstruire la façon dont ces disciplines abordent le féminin. A travers ses formes de vulves, elle aborde frontalement la question du désir et de la sexualité. Dessins, broderies, vidéo, collage, autant de techniques mises au service d’une certaine colère vis-à-vis des inégalités de genre et les tabous qui continuent d’entourer l’existence des femmes et les étapes saillantes de leur vie. Par ces objets détournés, l’artiste donne vie à une désobéissance joyeuse et s’autorise à donner une voix à des récits trop souvent invisibilisés. Avec son compagnon Michaël Serfaty, avec qui elle approfondit l’expérience de « faire couple », Édith Laplane forge, selon les mots de la Conservatrice Élisabeth Chambon, « une relecture transversale du féminin, du corps et du sacré, des mots, source de leur travail et ce, à travers une diversité jubilatoire de médiums. »

© Édith Laplane
À lire aussi
Des images et des maux
Des images et des maux
Michaël Serfaty, gynécologue et photographe de 63 ans, nous ouvre les pages d’un livre poignant dont les femmes sont les héroïnes. Dans…
22 septembre 2022   •  
Écrit par Anaïs Viand
« Si tout le monde sait dessiner un pénis et des testicules, une vulve ou un clitoris posent problème. »
« Si tout le monde sait dessiner un pénis et des testicules, une vulve ou un clitoris posent problème. »
Avec Récupérer Nos Corps, un projet mêlant témoignages écrits et photographies, l’artiste La Fille Renne dénonce les violences…
11 juin 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Contenu sensible
PETAL : Bex Day fait fleurir les vulves
© Bex Day
PETAL : Bex Day fait fleurir les vulves
Premier livre de photographie de Bex Day, PETAL, fait l’éloge des vulves. Souhaitant abolir les représentations faussées de cet organe…
14 septembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
© Inuuteq Storch
Necromancer : Inuuteq Storch, mage noir au service des mythes groenlandais
Dans Necromancer, un récit monochrome aux frontières du monde spirituel, Inuuteq Storch illustre les coutumes de ses ancêtres, tout en...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet