Eva Vei : apaiser l’autisme en silence

12 juillet 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Eva Vei : apaiser l'autisme en silence
© Eva Vei

Avec Blyertspenna Eva Vei dépose un tendre regard sur sa cousine autiste non verbale. En se faufilant avec bienveillance dans son environnement, et dans ses gestes quotidiens ou éphémères, elle cherche à trouver un langage commun dépourvu de mots, seulement à travers l’image.

© Eva Ve

Pour Eva Vei, artiste visuelle, étudiante en dernière année de master de photographie et fine arts à Gothenburg en Suède, le médium a toujours été plus ou moins présent dans le décor familial et amical, perçu comme un moyen de se connecter aux autres, d’archiver les instants et le monde en changement. C’est dans cette démarche analogue qu’elle a souhaité entamer la série Blyertspenna. « Mon titre signifie « crayon » en suédois et c’est un projet sur lequel je travaille depuis deux ans. Il s’agit d’une étude sur la construction de l’intimité avec ma cousine Kristina, qui est autiste et non verbale. Kristina vit à Stockholm avec ses parents. L’élément clé de cette série est un crayon (ou plutôt plusieurs crayons) qu’elle tient toujours dans ses mains. En photographiant le langage de ses mains et son environnement, je cherche à approfondir ma relation avec elle en utilisant l’observation et la photographie comme outils de connexion lorsque la parole n’est pas une option », confie Eva Vei.

Photographier un handicap physiologique et moteur nécessite néanmoins de prendre en compte beaucoup de facteurs, tant d’un point de vue émotionnel que pratique. Comment se positionner en tant que cousine et photographe, comment parler de l’intime sans être intrusive, comment ne pas envahir son espace rassurant ni l’épuiser ? Autant d’interrogations soulevées et d’allers-retours entre la prise de vue et la construction de la série. « Je n’ai pas photographié Kristina directement, je faisais attention à la relation qu’elle entretenait avec ses parents et je cherchais des objets qui fonctionnent comme des symboles dans son cercle intime. Lorsque j’ai commencé à prendre des photos d’elle, je l’ai fait très lentement et j’ai vérifié si elle se sentait à l’aise avec le processus ou non. Elle était très calme et détendue. Je ne sais pas si elle les a aimées, mais je suis sûre qu’elle les a acceptées ; elle s’est reconnue et a souri pendant que je lui montrais les images. Je dirais donc que mon approche a été principalement visuelle, puisqu’elle m’a regardé la photographier et que je lui ai ensuite montré les résultats », explique-t-elle. Plus qu’une simple série documentaire sur les fluctuations du quotidien de sa cousine, ce projet en cours a pour vocation d’entamer une conversation personnelle et créative entre Eva Vei et Kristina. Une collaboration artistique, liant leurs âmes en douceur.

© Eva Vei
© Eva Vei
© Eva Vei
© Eva Vei
© Eva Vei
© Eva Vei

La linguistique du corps

Dans l’ensemble de l’œuvre, la proximité du corps, la focale sur les gestes et détails est omniprésente. Elle entend ici refléter non pas le cadre restreint de sa petite cousine, mais bien les lieux ou positions dans lesquels elle se sent protégée, ou à l’inverse quelques fois fragile. Cet attachement au langage du corps est extrêmement important dans la mesure où il est le principal moyen de communication avec Kristina. Qui plus est, le souci de capturer les choses avec parcimonie permet à Eva Vei de lui partager ses images, pour qu’elle puisse ainsi s’identifier et digérer aisément les informations dévoilées. « Elle peut être surstimulée par les endroits bondés, les sons et les voix. Mon intention était donc de la photographier dans des espaces sûrs pour elle, qu’il s’agisse de leur maison et de leur quartier dans la banlieue de Stockholm ou de leur maison d’été près de la plage en Grèce. » Les mains d’un père qui protègent, des ombres qui rassurent, des étreintes qui font grandir et un blyertspenna (crayon, ndlr) qui revient constamment. Un objet soulageant l’anxiété de Kristina, une amulette qu’elle tient partout avec elle. « C’est un outil qui a perdu son utilité première, puisque Kristina ne sait pas écrire. Je me souviens que son soignant a demandé à mon oncle ce qui se passerait si elle n’avait pas le crayon. Il a répondu : « Rien, c’est comme si vous n’aviez pas votre téléphone portable, vous pouvez vivre sans, c’est juste plus facile quand vous l’avez avec vous ». J’ai trouvé cela très intéressant qu’elle choisisse un objet qu’elle ne peut pas utiliser de manière courante (l’écriture) et je l’ai utilisé comme fil rouge de mon projet », raconte-t-elle. À mesure que la série avance, que le silence nous enveloppe et que les lieux clos ou naturels la couvrent d’amour, Kristina nous conte la poésie à la fois immense et discrète de sa vie, derrière le regard apaisé de sa cousine.

Encore en construction, le projet d’Eva Vei semble pour autant avoir eu l’effet escompté pour elle. Depuis le début du projet, l’artiste paraît avoir en effet trouvé une façon plus subjective et profonde de communiquer avec Kristina, lisant dans ses ressentis et son incommunicabilité parfois déroutante. Une conversation est bien née de cet échange photographique et tient à perdurer au-delà de sa série. « Une image me touche tout particulièrement : c’est celle de Kristina avec son père. Elle est allongée sur lui sur le canapé, il lui touche le front, ce qu’elle trouve relaxant. Ce n’est pas une photo mise en scène, j’en ai pris beaucoup, mais celle-ci m’a semblé la plus honnête. J’aime le fait qu’elle cache ses yeux, mais on peut voir les siens, sa bouche est également visible, mais pas la sienne. C’est comme s’ils se complétaient l’un l’autre d’une manière qui semble presque chorégraphique, un portrait des deux ensembles. Il y a trois mains sur cette photo et, bien sûr, toujours, le crayon. »

© Eva Vei
© Eva Vei
© Eva Vei
© Eva Vei
À lire aussi
« Lilou », un livre pour un frère et pour l'autisme
© Lucie Hodiesne Darras
« Lilou », un livre pour un frère et pour l’autisme
À l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, découvrez l’ouvrage Lilou de Lucie Hodiesne Darras, publié aux…
02 avril 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Focus #9 : Lucie Hodiesne Darras dépeint le quotidien de son frère autiste
Focus #9 : Lucie Hodiesne Darras dépeint le quotidien de son frère autiste
Découvrez le neuvième épisode de Focus, notre nouveau rendez-vous hebdomadaire ! À la croisée de la vidéo et du podcast, ce format…
27 avril 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Explorez
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
© Annabelle Foucher
Dans l’œil d’Annabelle Foucher : le pouvoir destructeur des mots
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Annabelle Foucher. La photographe de mode, dont nous vous avions déjà présenté le travail, maîtrise...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
© Edwige Lamy
Les Photographiques : illustrer le mystère du vivant
Comment capter le mystère au sein du vivant ? Comment retranscrire la mutabilité infinie de nos identités ? Cette année, du 16 mars au 14...
26 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
© Lauren Gueydon
Les coups de cœur #482 : Tetiana Tytova et Lauren Gueydon
Tetiana Tytova et Lauren Gueydon, nos coups de cœur de la semaine, s’intéressent toutes deux à la photographie de mode. La première s’en...
26 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
© Feng Li
Les images de la semaine du 19.02.24 au 25.02.24 : déclinaison d’archives
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes nous plongent dans des archives en tous genres.
25 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet