La matière dans tous ses états s’expose à la BnF

05 octobre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
La matière dans tous ses états s’expose à la BnF
SMITH, Sans titre, Série «Spectrographies», 2012 BnF, Estampes et photographie © SMITH, Courtesy Galerie Christophe Gaillard, 2022
Jean Luc Tartarin, Série « Re-prendre – Fleurs », 2018 BnF, Estampes et photographie © Jean-Luc Tartarin, 2018

Du 10 octobre au 4 février 2024, la Bibliothèque nationale de France présente Épreuves de la matière. La photographie contemporaine et ses métamorphoses, une exposition qui puise dans les collections contemporaines de l’institution. Avec pour questionnement les matières elles-mêmes de la photo ; mais aussi, ses capacités de métamorphose, voire leur possible disparition.

À l’ère des hybridations de la photographie avec la vidéo ou les arts graphiques, et des flux d’images mis à disposition sur Internet, Épreuves de la matière explore les représentations de cette dernière. Quatre chapitres, qui racontent les états possibles de la matière-image en photographie : l’image tangible, labile, hybride et précaire, qui s’appuie tour à tour sur la matière en tant qu’elle est incarnée, expérimentée, métamorphosée et fragilisée. Pour éprouver ces questionnements dans toute leur finesse, la BnF a choisi de présenter des œuvres d’artistes présent·es dans ses collections permanentes, et qui comptent parmi les plus grands noms de la photographie contemporaine. Curatée par Héloïse Conésa, historienne de l’art et cheffe du service de la photographie à la BnF, l’exposition pourra être visitée en Galerie 1, jusqu’au 4 février prochain.

Si Valérie Belin et Jean-Luc Tartarin parviennent à suggérer par les ressources propres de la photographie à suggérer des effets de matière picturale, graphique ou sculpturale, Michael Snow, par exemple, explore au contraire l’évanescence des images. Anne-Lise Broyer ou Paolo Gioli, quant à elleux, pratiquent l’hybridation des expressions artistiques, tandis que Smith – dont le travail fait l’objet de notre Focus #41 – , Rosella Bellusci ou Alain Fleischer – également cinéaste et philosophe du cinéma – se confrontent à la latence et la spectralité de l’image. Almudena Romero, artiste espagnole qui joue avec les supports et les propriétés du vivant, étudie quant à elle les techniques d’impressions sur végétaux. Du noir et blanc à la couleur, de l’argentique au numérique, des processus anciens aux technologies contemporaines, du matériel brut à l’abstraction la plus totale, Épreuves de la matière promet une très riche variété d’œuvres, de pratiques et de médiums, pour dire le paysage, le corps ou la nature – en partant de la matière et en revenant jusqu’à elle.

Ellen Carey, Série Zerogram, 2018 BnF, Estampes et photographie © Ellen Carey / Courtesy Galerie Miranda
Andreas Müller-Pohle, Digital Scores III (after Nicéphore Niépce), 1998 BnF, Estampes et photographie © Andreas Müller-Pohle, 2023
Maxime Riché, No Passing, 2020. Série « Paradise » BnF, Estampes et photographie © Maxime Riché, 2023
Payram, Deux ou trois choses que je sais d’elle, 1995-2021 Tirages argentiques couleur d’après négatif Polaroïd 55 noir & blanc (non lavé, non fixé), 35 x 25 cm BnF, Estampes et photographie © Payram, Courtesy Galerie Maubert
Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
12 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas