La part des choses : Harry Gruyaert rêve d’un monde en couleurs

25 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
La part des choses : Harry Gruyaert rêve d'un monde en couleurs
Harry Gruyaert, Belgique, Bruxelles, 1981, 24 x 36 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos
Harry Gruyaert, URSS, Moscou, 1989, 32 x 47,5 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos
Harry Gruyaert, Belgique, Anvers, 1988, 35 x 24 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos

Jusqu’au 24 septembre, le BAL accueille La part des choses, exposition dédiée à Harry Gruyaert. Une déambulation dans l’univers vibrant d’un photographe dont l’amour pour la couleur parvient à transformer l’ordinaire en art.

Des États-Unis au Maroc, en passant par l’Irlande, l‘Inde, l’Égypte ou même sa Belgique natale, Harry Gruyaert rapporte du monde entier des compositions d’une justesse frappante. C’est durant des études de cinéma que le photographe, né en 1941 à Anvers, aiguise son œil et perfectionne l’art de figer l’instant. Dans les années 1960, son lien avec de grandes figures du pop art – comme Roy Lichtenstein et Robert Rauschenberg – nourrit son amour des coloris, et son travail des nuances. Expérimentant avec la photographie couleur, alors réservée à l’illustration ou la publicité et dénigrée par les grands artistes, il s’impose comme l’un·e des premier·es auteurices européen·nes à expérimenter avec la créativité qu’elle lui permet, s’affranchissant ainsi d’une esthétique monochrome plus en vogue. À l’instar de Joel Meyerowitz, William Eggleston ou encore Stephen Shore, il développe alors une écriture aux tonalités vibrantes, sublimant l’ordinaire au moyen d’associations, d’éclats, de résonances colorisées. Une écriture l’aidant à illustrer sa perception du monde, les émotions que celui-ci lui fait ressentir. Comme un voile poétique se posant sur notre regard pour mieux nous guider vers le sensible.

L’inattendu qui coupe le souffle

« Je me jette dans les choses pour éprouver ce mystère, cette alchimie : les choses m’attirent et j’attire les choses », explique Harry Gruyaert à propos de ses sources d’inspiration. Réunissant 80 tirages d’époque, réalisés entre 1974 et 1996, l’exposition La part des choses (re)donne vie à cette formidable intuitivité au travers du procédé Cibachrome (un procédé inventé par le chimiste hongrois Bela Gaspar en 1933, qui se distingue par la netteté de l’image, l’intensité des couleurs et la saturation des aplats, ndlr). Sur les cimaises, les pigments colorés des tirages semblent presque respirer, projetant des scènes tirées du passé avec une contemporanéité chatoyante. Un dégradé captivant renforcé par les murs colorés, répondant aux détails des clichés.
Et, dans l’espace du BAL, les voyages se superposent, les instants de vie, de grâce improvisés se rencontrent pour nous happer dans un périple hors du temps. Les murs azur d’une salle de bain, les fleurs bariolées d’une robe d’été, le velours rouge des lourds rideaux d’un train lancé à pleine vitesse… Les couleurs deviennent des catapultes projetant sur notre iris des fragments d’histoire qu’on se plaît à dévorer. Des récits improvisés dont la part d’inconnu fait le charme. « Je me dis parfois qu’il serait tellement plus simple de mettre en scène mes images, de repeindre tel mur comme Antonioni ou de demander à tel personnage de s’habiller autrement. Mais je crois que j’y perdrais ce miracle instantané de l’inattendu qui coupe le souffle, de ce phénomène très physique de la photo qui soudain s’inscrit », confie le photographe. En se plongeant dans ses créations, il nous semble alors toucher à une connexion singulière. Comme si l’on saisissait l’essence d’un moment tout en le laissant glisser. Pareilles à de l’eau glissant le long des doigts, les images de Harry Gruyaert se lisent comme des bribes de pensées qu’il nous faut sans cesse réécouter pour apprivoiser. Comme des œuvres d’art dont les tons contrastés, les cadrages sensibles et le chaos contrôlé nous touchent en plein cœur.

Harry Gruyaert, Inde, Thiruvananthapuram, Congrès national du parti communiste, 1989, 33 x 49 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos
Harry Gruyaert, Belgique, Boom, 1988, 24 x 36 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos
Harry Gruyaert, Belgique, Bruxelles, Gare de Bruxelles – Midi, 1981, 32 x 47,5 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos

À lire aussi
Les yeux vers l’horizon
Les yeux vers l’horizon
Les éditions Textuel publient, le 26 septembre, une nouvelle édition du livre Rivages de Harry Gruyaert. L’occasion de se (re)plonger…
13 septembre 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Décollage imminent
Décollage imminent
Les espaces d’attente ou les tarmac constituent de précieux lieux graphiques. En témoigne l’ouvrage Last Call signé Harry Gruyaert. Une…
17 décembre 2019   •  
Écrit par Anaïs Viand
Harry Gruyaert, Belgique, Anvers, 1988, 31,5 x 47,5 cm © Harry Gruyaert / Magnum Photos
Explorez
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand...
09 avril 2024   •  
Le Japon dans l'œil des photographes de Fisheye
© Momo Okabe
Le Japon dans l’œil des photographes de Fisheye
Qu'iels y habitent, le visitent, où l'imaginent dans des envolées visuelles oniriques, les photographes présent·es sur nos pages sont...
06 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Bodyland : déluge de chairs
© Kristina Rozhkova
Bodyland : déluge de chairs
C’est l’Amérique contemporaine que Kristina Rozhkova photographie dans sa série Bodyland. Une Amérique de la peau orange comme le...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Hugo Mangin
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
© Robin Lopvet
Entre deux mondes : NYC en IA par Robin Lopvet
Du 17 février au 5 mai 2024, Robin Lopvet présente sept séries qui ont toutes en commun l’utilisation de la retouche numérique et/ou de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet