La sélection Instagram #445 : l’humain face au reste

La sélection Instagram #445 : l'humain face au reste
© Aletheia Casey / Instagram

En écho avec la parution de notre dernier numéro, qui donne à penser notre rapport à l’environnement au gré de ses changements, notre sélection Instagram de la semaine partage la peur et la colère face à la dévastation, autant qu’elle est une tentative de trouver la beauté et l’espoir au milieu de la tragédie.

@aletheiacasey

Aletheia Casey mène un travail photographique essentiellement expérimental, en réaction aux menaces considérables qui pèsent sur la nature – en particulier les incendies de forêt destructeurs qui ont récemment dévasté son pays d’origine, l’Australie. En manipulant ses propres images et en les peignant, elle les dépouille de leur qualité d’origine, tranquille et paisible, et les réimagine afin de représenter la puissance violente de ces phénomènes.

© Aletheia Casey / Instagram
© Aletheia Casey / Instagram

@jaume.llorens

Le travail de l’artiste catalan Jaume Llorens capture un paysage tourmenté et pourtant silencieux. Son approche intime et contemplative de la nature lui permet de célébrer toute sa beauté à travers des diptyques en noir et blanc fortement contrastés, qui lui confèrent parfois un aspect effrayant et menaçant.

© Jaume Llorens
© Jaume Llorens

@jacopictures

À tout juste 18 ans, Jacob Hehlke possède un œil plein d’acuité sur notre condition humaine et sur les enjeux à affronter à l’ère contemporaine. Son regard chérit la beauté sauvage d’espaces qui ne sont pas encore tout à fait affectés par le réchauffement climatique. Inversément, il alerte aussi face aux dangers à venir en capturant, ou en suggérant la catastrophe

© Jacob Hehlke / Instagram
© Jacob Hehlke / Instagram

@killthecity

Installé à Los Angeles, Nick Rufo capture le monde urbain ou rural avec un sentiment d’intemporalité qui contraste souvent avec un isolement intense. Ses images, inspirées par les peintres romantiques, montrent des individus, dos tournés à l’objectif, qui observent le chaos du monde : une nature déchainée, ou bien la pollution atmosphérique d’une ville qu’il parvient tout de même à sublimer.

© Nick Rufo / Instagram
© Nick Rufo / Instagram

@french_cowboy

Le duo d’artiste French Cowboy, composé de Mia Macfarlane et Julien Crouigneau, tente, à travers ses images, de réconcilier les humain·es avec la nature. Les expressions des modèles, recouverts de végétaux, convoquent une forme de tristesse et d’inquiétude – un moyen pour les photographes de témoigner leur sensibilité à la cause environnementale et leur engagement.

© Mia Macfarlane et Julien Crouigneau / Instagram
© Mia Macfarlane et Julien Crouigneau / Instagram
À lire aussi
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
© Sofia Sanchez et Mauro Mongiello / Instagram
La sélection Instagram #443 : visions futuristes
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram esquissent des narrations aux accents futuristes. Pour ce faire, toutes et…
27 février 2024   •  
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
© Pauline Suzor / Instagram
La sélection Instagram #442 : parades fantasmées
Cette semaine, notre sélection Instagram vous plonge au cœur d’un évènement folklorique, festif et coloré : le carnaval. Retrouvez, en ce…
20 février 2024   •  

Explorez
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui...
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
© Maxime Riché
Dans l’œil de Maxime Riché : après le drame, l’ironie des publicitaires
Cette semaine, plongée dans l’œil de Maxime Riché. Dans Paradise, projet que nous vous présentons sur les pages du Fisheye #64, le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
© Charles Thiefaine
Mesnographies 2024 : un voyage photographique conscient et engagé
Du 1er juin au 14 juillet, se tient l’édition 2024 des Mesnographies, le festival international de photographie se déroulant dans le...
03 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
04:54
© Fisheye Magazine
Focus #71 : Sophie Alyz et les oiseaux qui prennent le train
C’est l’heure du rendez-vous Focus ! Ce mois-ci, Sophie Alyz traite, avec Beak, de l’impact de l’homme sur son environnement au travers...
27 mars 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill