Cet article contient du contenu violent ou explicite

Lena Kunz : photographier pour apaiser les tourments

31 août 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Lena Kunz : photographier pour apaiser les tourments
© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz

Installée entre Berlin et Hambourg, Lena Kunz développe une œuvre intime inspirée par sa propre histoire. Corps, émotions et tabous s’y mélangent dans un ensemble à la fois brut et doux.

« Je me suis mise à la photographie alors que je cherchais une manière d’apaiser mon esprit », déclare Lena Kunz. Pour décrypter l’œuvre de l’artiste allemande de 30 ans, il faut plonger dans son passé, et celui de ses parents. Maltraîté·es durant leur enfance, ces dernièr·es perpétuent les mauvais traitements subis – devenus automatismes – et les reproduisent une fois adultes.
« C’était à la fois physique et psychologique. Je me suis enfuie de chez moi lorsque j’avais 14 ans », confie l’autrice. Seule, sans ami·es, ni relations au monde extérieur – elle n’avait pas accès à la télévision ni à la musique – elle se construit en marge de la norme, évoluant d’abord dans un foyer, puis dans son propre appartement, dès l’âge de 16 ans. « J’ai mis des années à me remettre de cette expérience. Cela m’a conduit à beaucoup m’interroger. J’ai dû trouver ma voie très rapidement, de manière autodidacte. Je crois que mon enfance m’a rendue intrépide : je ne souhaite me concentrer aujourd’hui que sur le positif », confie-t-elle.
C’est à 17 ans que Lena Kunz achète son premier boîtier. Cherchant un refuge, elle commence à expérimenter au cœur d’un jardin botanique, dont elle capture la végétation. Une action qui l’apaise, calme le bruit de ses pensées. De fil en aiguille, la paix intérieure se propage, et lui permet de tourner son objectif vers l’humain – des soirées slams aux pistes de danse des clubs. À 22 ans, elle entre à Lette Verein Berlin, une école qui lui apprend les fondations de la technique photographique. Depuis, l’artiste ne cesse de figer « ce qui apparaît à la surface de [s]on esprit ». Une approche intuitive qui entend illustrer plutôt que critiquer, pour mieux laisser la place à la réflexion de chacun·e. Une démarche altruiste, nous invitant au cœur de son univers pour mieux nous pousser à remettre en question les fondements établis par notre monde.

La force et l’impact d’un cri

« Les émotions des regardeur·ses changent le monde, je les invite à les confronter », poursuit Lena Kunz. Bercés par des tons doux, des lumières naturelles et une sensation d’immobilité, ses images révèlent néanmoins une vérité brute, sans artifice. Des sensations à fleur de peau, surgissant des clichés avec la force et l’impact d’un cri. « J’aime être directe, faire remuer les choses. Les spectateurices se connectent à la vulnérabilité que je donne à voir. Iels prennent part à mon travail en observant mes images », affirme-t-elle. Thérapeutique par essence, le 8e art agit selon elle comme un moyen d’interagir, avec les autres d’abord, puis à sa propre famille et enfin à elle-même. Une mise à nu – littérale – perçue comme un acte aussi engagé que nécessaire. « J’ai photographié beaucoup de gens avec respect, mais lorsque j’ai voulu qu’on me shoote à mon tour, il n’y avait personne, alors je m’en suis chargée. La nudité renvoie à l’authenticité, l’identité, la vulnérabilité. Elle est synonyme de paix intérieure, puisqu’elle est choisie », explique-t-elle.

À l’instar de Romy Alizée, qui, dans ses performances, défie du regard l’appareil et déconstruit le rapport observateurice/observé·e, Lena Kunz fixe l’objectif, la télécommande à la main, affirmant qu’elle est bien maîtresse de l’action. Sans vêtement, assise et fière, elle révèle, au cœur de plusieurs créations, sa vulve et son sang menstruel, comme un acte militant, appelant à une démocratisation d’un phénomène naturel et pourtant jugé « extrême ». « Je me donne une tribune et invite les autres à faire de même. Je fais en sorte que mon œuvre soit la plus authentique possible », affirme l’autrice. Parmi les branches d’un arbre, à la surface d’un lac, dans le rayon lumineux d’un soleil matinal, Lena Kunz se met en scène, fige son corps dans son intimité la plus totale. Un ensemble illustrant un besoin viscéral de souligner « la connexion, la gentillesse, la compassion – l’amour sous toutes ses formes ». Car malgré les épreuves, par-delà la force des sujets étudiés, c’est avant tout cette émotion qui anime la photographe. « Dans le bruit du monde, il faut se souvenir que votre travail n’est pas pour tout le monde, seulement pour celleux qui ont besoin de vos images et votre histoire. Alors, faites-le pour vous et ignorez le reste », conclut-elle.

© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz
© Lena Kunz
À lire aussi
Contenu sensible
Focus #27 : Romy Alizée et son regard féministe sur la sexualité
Focus #27 : Romy Alizée et son regard féministe sur la sexualité
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Romy Alizée. Avec Things I imagined, la photographe française…
23 novembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nature, magie et écoféminisme
Nature, magie et écoféminisme
Avec Je suis la terre, Caroline Ruffault réécrit les relations entre les hommes et la nature et imagine un monde harmonieux. Une œuvre…
15 juin 2020   •  
Écrit par Lou Tsatsas

Explorez
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
100% L'EXPO : immersion magnétique dans l'art émergent
© Daria Svertilova, Maisons éphémères, 2023, ENSAD / Courtesy of 100% L'EXPO
100% L’EXPO : immersion magnétique dans l’art émergent
En accès libre et gratuit, le festival 100% L’EXPO revient pour une 6e édition au sein de la Grande Halle ainsi qu’en plein air dans le...
08 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tarek Mawad et les mouvements des corps
© Tarek Mawad
Tarek Mawad et les mouvements des corps
À l’instar de ses muses, Tarek Mawad, photographe de mode germano-égyptien, est porté par un mouvement permanent.
05 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
© Matthew Smith
Ascension, Matthew Smith et les seuils du deuil
Avec Ascension, le photographe Matthew Smith crée une ville imaginaire où traquer l’ombre de sa première femme disparue. L’occasion de...
03 avril 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
Guinevere, Yohji Yamamoto, Paris, 2004 © Paolo Roversi
Paolo Roversi au Palais Galliera : la mode à la lisière des songes
En ce moment même, le Palais Galliera se fait le théâtre des silhouettes sibyllines de Paolo Roversi. La rétrospective, la première qu’un...
12 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d'Alexis Pazoumian
© Alexis Pazoumian
Paris, Texas, Diane Arbus et Arménie, dans la photothèque d’Alexis Pazoumian
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
12 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill