Résidence 1+2 : découvrez les lauréates de l’édition 2024 !

20 octobre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Résidence 1+2 : découvrez les lauréates de l’édition 2024 !
© Céline Clanet
© Céline Clanet

Le dimanche 15 octobre 2023, la Résidence 1+2 a désigné les lauréates de sa 9e édition. La photographe invitée Céline Clanet formera, durant deux mois, un trio avec Gaëlle Delort et Alžběta Wolfová. À Toulouse, toutes trois développeront leurs travaux respectifs inspirés par les connexions au sein du vivant.

« Il est vrai qu’à première vue, tout oppose photographie et science : elles n’ont ni le même objet, ni les mêmes méthodes et finalités. Si la première convoque le sensible et les imaginaires, la seconde s’inscrit dans la raison et la réalité. Et pourtant, à y regarder de plus près, elles ont en commun de questionner le monde en rendant visible l’invisible, repoussant les frontières de la connaissance, donnant à voir autrement », déclare Philippe Guionie, directeur de la Résidence 1+2. Depuis sa création en 2015, l’événement ne cesse de faire dialoguer les deux disciplines pour tisser des liens, explorer le monde, ou même aborder la question de l’urgence écologique. Pour ce faire, chaque édition réunit un·e photographe de renom et deux auteurices émergent·es durant deux mois, à Toulouse. Parrainée par l’historien de l’art Michel Poivert, la spécialiste de photographie contemporaine et commissaire d’exposition Emilia Genuardi et l’océanographe géochimiste et directrice de recherche au CNRS Catherine Jeandel, la 9e édition de la résidence se déroulera du 1er février au 31 mars 2023.

© Céline Clanet
© Céline Clanet

Passer la nature au microscope

C’est ce dimanche 15 octobre que les membres du jury se sont réuni·es en public pour désigner les lauréat·es 2024 : la photographe invitée Céline Clanet participera à la Résidence 1+2 aux côtés des artistes émergentes Gaëlle Delort et Alžběta Wolfová. Épaulées par les collectivités territoriales et institutions universitaires et scientifiques de la Ville rose, elles présenteront leurs travaux respectifs en octobre et novembre prochains.

Diplômée de l’ENSP d’Arles, Céline Clanet développe une œuvre personnelle inspirée par les lieux secrets ou inconnus et les êtres vivants qui l’habitent. Dans Ground Noise, un projet monochrome à la poésie sensible, elle joue par exemple avec les échelles pour explorer le monde foisonnant d’une faune composée d’insectes et d’arthropodes, et nous invite à observer, avec un nouvel œil, un univers aussi étrange que familier. Installée en Lozère, Gaëlle Delort – elle aussi ancienne étudiante à l’ENSP – s’intéresse quant à elle à l’architecture, la géologie et la littérature. Collectant divers indices qu’elles trouvent au cours de ses errances, elle s’attache à souligner, à travers ses images, les résonances entre les temporalités humaines et géologiques. Durant la résidence, elle envisage d’étudier les liens entre photographie et spéléologie. Enfin, venue de République tchèque, c’est aux Beaux-Arts de Paris et à l’Académie des Arts appliqués de Prague qu’Alžběta Wolfová s’est formée. Passionnée par les liens que l’on entretient avec les animaux, elle entend développer, durant deux mois, son projet Histoires d’insectes. Une série de mises en scène donnant à voir des parties d’insectes pour interroger les enjeux de la représentation du vivant. « Il s’agit d’une exploration de la morphologie animale à travers des photogrammes », explique-t-elle. Liées par les connexions qui existent au cœur du vivant, toutes trois s’approprient différentes écritures photographiques pour passer la nature au microscope.

© Téo Becher / lauréat 2023
© Almudena Romero / lauréate 2023
© Marion Ellena / lauréate 2023
À lire aussi
The Pigment Change : les recherches photographiques d’Almudena Romero 
© Almudena Romero
The Pigment Change : les recherches photographiques d’Almudena Romero 
The Pigment Change, fascinant livre d’Almudena Romero publié par Fisheye Éditions, dévoile les expériences engagées de l’artiste…
17 octobre 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Résidence 1+2 : Téo Becher, Emmêlement et autres histoires de forêts
© Téo Becher, Charbon de bois du XVIe observé au microscope, Laboratoire GEODE, Résidence 1+2, 2023
Partenaire
Terminé
Exposition
Résidence 1+2 : Téo Becher, Emmêlement et autres histoires de forêts
09.1009.12
Centre culturel Bonnefoy
Quelles conséquences concrètes cette perception induit-elle ? Téo Becher nous invite à repenser notre regard sur notre environnement et…
Explorez
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
© Maewenn Bourcelot
Les éternels éphémères : des abeilles et des hommes
C’est un monde sublime et violent, enchanté et tragique, énigmatique et d’une évidence terrible. Avec Les Éternels Éphémères, la...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
© Craig-Whitehead
Ces séries photographiques qui apprivoisent la ville
Dans la rue, au cœur du fourmillement de la foule ou au fil des bâtiments qui façonnent la réalité urbaine, les photographes n’ont de...
16 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
La sélection Instagram #451 : la vie simple
© Melissa Alcena / Instagram
La sélection Instagram #451 : la vie simple
De la photographie de paysage à la nature morte en passant par l'autoportrait, notre sélection Instagram de la semaine est une ode...
À l'instant   •  
Écrit par Milena Ill
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
© Lorenzo Castore
Fièvre : les remous intimes de Lorenzo Castore
Jusqu’au 11 mai, la galerie parisienne S. accueille le photographe Lorenzo Castore, l’un des pionniers de la nouvelle photographie...
22 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dans l’œil de Kin Coedel : l'effet de la mondialisation sur les regards
© Kin Coedel
Dans l’œil de Kin Coedel : l’effet de la mondialisation sur les regards
Aujourd’hui, plongée dans l’œil de Kin Coedel, à l’origine de la série Dyal Thak. Dans ce projet poétique, dont nous vous parlions déjà...
22 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
© Julie Legrand
Les coups de cœur #489 : Julie Legrand et Kathleen Missud
Nos coups de cœur de la semaine, Julie Legrand et Kathleen Missud, ont toutes deux, au cours de leur parcours dans le 8e art, fait le...
22 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill