Spyros Rennt célèbre les corps opprimés avec Corporeal

Spyros Rennt célèbre les corps opprimés avec Corporeal
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt

Dans Corporeal, Spyros Rennt croise ses explorations du monde de la nuit de son pays natal, la Grèce, et celles de son pays d’adoption, l’Allemagne. En contrepoint, l’ancien ingénieur aujourd’hui installé à Berlin sublime la communauté queer et affirme son engagement.

« Ma photographie existe comme une extension de mes compétences sociales. Si je me sens proche de vous, j’aurai probablement envie de vous photographier aussi », révèle Spyros Rennt. De ses expériences personnelles germe une pratique photographique engagée et singulière qui reflète une envie d’aller à la rencontre de l’autre, mais également une certaine proximité avec la communauté queer, qu’il ne cesse de célébrer dans ses images. Ses photographies abordent des thématiques qui lui sont chères : celles du corps et de la sexualité, de la liberté, du désir, de la sensualité ou encore la communauté. Elles s’attachent également, à retranscrire avec justesse l’ambiance des endroits dans lesquels il se rend. Ainsi, visages souriants, mains baladeuses, positions lascives ou tendres sont autant d’éléments que l’on retrouve dans ses images, souvent teintées d’un bleu et d’un rouge altérés par l’usage du flash. Une colorimétrie qui met en valeur les corps athlétiques et androgynes posant et — ou pris sur le vif, dansant avec fluidité et maitrise, ou s’enlaçant. Dans CorporeaI, l’artiste poursuit cette approche. Il se distingue cependant, par un travail « plus épuré », avec cette fois-ci « un plus grand accent sur le portrait », shooté en studio ou au cœur de paysages rocailleux bordés de la mer. Ce troisième opus couvre principalement la période de 2020 à 2023 et rassemble les visions lumineuses de son pays natal, la Grèce, et de son pays d’adoption, l’Allemagne. Une période durant laquelle l’auteur s’attache à capturer la communauté queer et son univers. « Pour certaines personnes, mes images peuvent être assimilées à la découverte d’un monde nouveau. Et pour celleux qui ont été exposé·es à ce milieu, j’espère qu’elles convoqueront quelque chose de familier, de chaleureux, de confortable », confie-t-il.

© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt

Provoquer la sensibilité

Depuis qu’il s’est établi en Allemagne, l’artiste participe régulièrement à la vie nocturne berlinoise queer. C’est donc naturellement qu’il décide d’enregistrer et de documenter l’effervescence de ces instants festifs auxquels il assiste, où les corps dénudés, en sueur, se meuvent dans les clubs, dansent, s’enlacent et s’embrassent dans une liberté fantasmée. Un moyen pour l’artiste d’aborder des questionnements inhérents à notre culture contemporaine : ceux des modèles dominants de l’identité (genrés, ethnique), et de la minorisation sociale de tout ce qui n’appartient pas aux normes culturelles, sociales et sexuelles. Sa photographie ne s’assimile pas à quelque chose de « timide », avertit l’artiste. Elle provoque, au contraire, la sensibilité des regardeur·euses par la présence d’éléments érotiques ou par la nudité quasi omniprésente. Une démarche en écho à l’invisibilisation des corps, qui s’effectue dans divers domaines, et tend à prouver l’inégalité du traitement de la diversité de ce dernier. Pourtant, ce dernier est un outil, un moyen de se représenter, de se distinguer. La photographe militante, Joan Biren, se battait, dans Lesbian Photography – Seeing Throught Our Own Eyes, un ouvrage datant du début des années 1980, pour davantage de visibilité des différentes communautés qui, a priori, dérangent les catégories de perceptions : « Sans identité visuelle, nous n’avons pas de communauté, pas de réseau de soutien, pas de mouvement. Nous rendre visibles est un processus continu », affirmait-elle. C’est dans cette lignée que le travail de Spyros Rennt s’inscrit. Vifs, viscéraux, les clichés présents dans Corporeal affirment sa volonté de déconstruire les normes, de célébrer les corps en leur offrant la possibilité de se libérer d’une société sélective et exclusive.

© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
© Spyros Rennt
À lire aussi
Dix ans de souvenirs photographiques : électro, pensée queer et curieux érotisme
© Anaïs Tohé-Commaret & Nicolas Jardin, Way Out (Maud Geffray)
Dix ans de souvenirs photographiques : électro, pensée queer et curieux érotisme
À l’occasion des dix ans de Fisheye, les membres de sa rédaction reviennent, à tour de rôle, sur trois éléments qui les ont…
04 août 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Quentin Fromont : mythologie, désir et littoral
Quentin Fromont : mythologie, désir et littoral
À la croisée de l’art plastique et visuel, Quentin Fromont imagine un récit engagé, nourri par la peinture, la mythologie et…
17 janvier 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Soliloquy : queerness et diaspora, William Zou recompose son identité fragmentée
© William Zou
Soliloquy : queerness et diaspora, William Zou recompose son identité fragmentée
Dans « Soliloquy », William Zou fragmente la narration, sème le chaos dans la temporalité pour recomposer un récit alternatif composé de…
21 novembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine