Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille

05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez

La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de populations indigènes se recomposent à travers une approche artistique où la photographie devient le support d’une association singulière entre l’artiste et ce qu’elle documente.

Tatiana Lopez pique et repique à travers le papier photo instantané. Le fils rouge dessine les histoires qu’elle raconte. Lorsque l’aiguille traverse, « c’est pour raviver la mémoire, reconstruire de nouvelles histoires à travers les émotions et les sens, c’est une façon de représenter visuellement l’invisible, comme les sentiments, les souvenirs, les rêves, les éléments de la vie qui ne sont pas tangibles », confit-elle. La broderie sur photographie s’est imposée à l’artiste équatorienne, dont le médium est au cœur des lieux et des personnes qu’elle documente. Son travail de tissage s’apparente à celui de l’anthropologue. L’expérience devient son terrain de recherche, l’appareil photo, son outil de rencontre et le fil, son moyen de dialoguer. Sa narration visuelle transporte autant dans la jungle amazonienne que dans la chambre à coucher. Ces lieux de l’intime où chacun·e essaye de survivre face à la grandeur du monde patriarcal et au reliquat colonial qui englobe tout sur son passage. Au cœur de la photographie de Tatiana Lopez dansent les femmes, et résistent les populations Indigènes et la nature face à l’extractivisme (l’accumulation des richesses par l’exploitation des ressources naturelles, ndlr). Une étroite collaboration se noue entre l’artiste et ses sujets. « Je pense qu’à travers la photographie et la broderie, je peux communiquer et me connecter aux autres plus profondément. Ensemble, nous tissons de nouvelles perspectives et de nouveaux contextes », affirme-t-elle.

Se sentir chez soi

La broderie appelle Tatiana Lopez. Sur un polaroid pris de sa grand-mère avant qu’elle ne décède, ligature après ligature, sans le savoir, elle renoue avec un passé et un lieu. « Je ne savais pas pourquoi j’étais tellement attirée par la broderie sur photographie. Tout a pris son sens lorsque mon père m’a avoué que ma grand-mère brodait sur des hamacs pour les vendre quand il était enfant », raconte-t-elle. Avant sa naissance, le père de l’autrice migre aux États-Unis. Au lendemain de ses 18 ans, elle part avec sa mère le rejoindre. La notion de « maison » est floue. À quelle terre appartient-elle ? L’aiguille lui permet de naviguer entre son identité propre et son parcours d’immigré qui cherche à se sentir « chez elle ». De la même manière, elle lui a permis de se reconnecter avec elle-même lorsque son mariage a pris fin il y a quelques années. Alors qu’elle cherche à comprendre en quoi le corps sert d’archive de nos expériences, en quoi les relations sont impermanentes, elle entame un projet particulièrement personnel, Mending the Memory of Us. « Je brodais sur des auto-portraits pris au Polaroid une carte des émotions qui se manifestent dans le corps lors d’une rupture amoureuse. » Une façon pour l’artiste de créer son chemin vers l’amour de soi, en passant par chaque phase d’un deuil : la tristesse, la colère, l’acceptation et la reconstruction. « Ce procédé artistique m’a permis de me réancrer dans mon travail et de me reconnecter avec ce que je voulais créer », confie-t-elle.

© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez

Femmes Sapara, à corps et à terre

Un travail de recherche ethnographique et artistique sur la nation Sapara conduit Tatiana Lopez au cœur de la Province de Pastaza, dans l’Amazonie Équatorienne. À l’intersection entre le droit des femmes, la nature et l’expérience coloniale, In Between the Forest Echos the Song of the Burning Anaconda explore, de manière pluridisciplinaire, les pratiques animistes de la population indigène Sapara et en particulier les relations symboliques entre les femmes Sapara, leur terre et les rêves. Une collaboration méticuleuse naît alors entre la photographe et les femmes Sapara. Dans une volonté de reconquérir son corps et sa terre, dépossédés face à l’oppression et la domination coloniale, chaque femme a brodé son portrait délicatement pris par la photographe avec son Polaroid. « La photographie est une façon puissante de représenter des sujets passés ou présents. En brodant, on montre que le lieu ne se dissocie pas du corps. Le corps détient la connaissance, les sensations et les expériences. La forêt, elle aussi, est un lieu vivant qui produit de la connaissance. Nous devons la respecter et la protéger », explique-t-elle. Les points de fils rouges ou verts ne sont pas des simples embellissements. Ils symbolisent une parole retrouvée, longtemps entravée par l’oppresseur. Une nouvelle histoire se dessine à partir de fragment de mémoire individuelle et collective, et reflète les expériences et les rêves d’autotomie de ces femmes. Tatiana Lopez termine, soulignant la beauté du processus : « Il nous permet de nous se réapproprier les histoires qui ont été tues, ou oubliées, de donner une nouvelle signification à nos identités. » Telle une profusion de libération.

© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
© Tatiana Lopez
À lire aussi
La colonisation vue par les photographes de Fisheye
La colonisation vue par les photographes de Fisheye
Chaque mois, retour sur l’une des thématiques fortes abordées par les photographes de Fisheye : cette fois, la colonisation. Sous des…
21 septembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Love Me Again : les lettres d’amour ouvertes de Michella Bredahl
© Michella Bredahl 2023 courtesy Loose Joints
Love Me Again : les lettres d’amour ouvertes de Michella Bredahl
Dans Love Me Again, un livre édité aux Éditions Loose Joints, Michella Bredahl réunit des portraits réalisés pendant plus d’une dizaine…
11 janvier 2024   •  
Écrit par Ana Corderot
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
© Bénédicte Kurzen
Prix Carmignac : le Ghana face aux ravages des déchetteries électroniques
Le journaliste Anas Aremeyaw Anas et les photojournalistes Muntaka Chasant et Bénédicte Kurzen remportent le Prix Carmignac 2024 avec…
15 mai 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Explorez
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
© Mikael Siirilä
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
Dans Here, In Absence, Mikael Siirilä donne une nouvelle vie à des photographies que nous vous avions déjà présentées il y a quelques...
31 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
© Roman Jehanno / Instagram
Courrier des photographes #1 : être ou ne pas être photographe, telle est la question
Vous êtes photographe ou vous souhaitez le devenir ? Vous avez des questions sur cette profession qui fait rêver, mais ne savez pas où...
29 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas