Always Here : les errances périphériques de Tom Lewis

18 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Always Here : les errances périphériques de Tom Lewis
© Tom Lewis
© Tom Lewis
© Tom Lewis
© Tom Lewis

Douces errances dans des quartiers périphériques, les photos de Tom Lewis traduisent une quête de sens générationnelle. Always Here, son exposition personnelle, à découvrir jusqu’au 24 mars à la Brunswick Gallery de Fitzroy, présente ses travaux, réalisés autour du monde.

Par ses images, l’artiste pluridisciplinaire australien Tom Nicholas Lewis explore les espaces liminaux, l’ambiance artificielle des quartiers périphériques et mène une réflexion sur le Soi. Mais il conte aussi l’histoire d’une jeunesse urbaine, qui se cherche, se trouve et s’exprime, à travers des langages et des codes qui lui sont propres. Les couleurs sont nostalgiques et vives, comme des rêves ni joyeux ni tristes, simplement étranges. Une sensation d’attente interminable se dégage de ces photos, prises dans des lieux transitoires. Le projet s’est étalé sur quatre mois dans des villes telles que Hong Kong, Tunis, la Cappadoce et Srebreno. Always Here est une histoire d’errances dans des non-lieux, une quête de sens perpétuelle au sein d’un univers absurde.

Génération Tumblr

Tom Nicholas Lewis fait partie de la génération Tumblr. Il est l’un de ces artistes qui ont trouvé sur cette plateforme visuelle avant-gardiste l’espace pour s’exprimer et trouver une légitimité. Véritable terrain de jeu pour les teens des années 1990, Tumblr a été pour Tom Lewis un « éveil sensoriel ». Ses images dévoilent la vie au sein des banlieues des grandes villes à travers plusieurs continents, abordée avec une touche d’absurdité et de chaos inattendu. Par les détails, le photographe amène la surprise au sein de scénarios qui paraissent étrangement figés. Il le fait par l’usage du glitch, de la saturation, par l’insertion d’objets dissonants – des boules disco, des flammes, des couleurs flashy. Tumblr et Instagram nourrissent son esthétique, qui explore les codes et les moyens d’expression typiques du post-internet. Envoutées d’une forme de magie, ces images statiques, où tout semble organisé et parfait, laissent entrevoir une volonté de briser ce monde régi par les règles d’un urbanisme oppressant. Dans Always Here, un malaise générationnel émerge, comme une rébellion visuelle aux normes préétablies, figeant l’espace urbain.

© Tom Nicholas Lewis
À lire aussi
La banlieue surréaliste de Tom Nicholas Lewis
La banlieue surréaliste de Tom Nicholas Lewis
« Tumblr a été mon “éveil sexuel” à la photographie, grâce à des artistes comme Kyle Thompson et Leif Podhajsky. Peu de temps après, j’ai…
19 août 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Basile Bertrand capture une banlieue festive
Basile Bertrand capture une banlieue festive
« J’ai toujours préféré les lieux où des choses, des erreurs, des surprises peuvent arriver n’importe quand : les villes, les…
05 mars 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •  
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •