Ame Blary : tendre au combat

08 mai 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Ame Blary : tendre au combat
© Ame Blary
© Ame Blary

Artiste, queer et militant·e, Ame Blary photographie les transitions et les retours à soi dans une prose visuelle où la douceur est engagée. Autant de clichés pour faire le portrait d’un présent où se devine un futur souhaitable. 

Sous l’œil orange, la chaire est chaude. Des cicatrices barrent les poitrines, marquant non les ailes arrachées, mais le lieu, intérieur, où elles se trouvaient déjà. De portraits en portraits, scénographie scrupuleuse des identités trans, queer, non binaire, Ame Blary restitue aux corps les personnes qui les habitent « Mon corps, débordant des standards, n’a, de ce fait, pas réussi à s’ancrer dans l’espace normé. La norme, mince avant tout, glorifiée par la société, m’a poussé à représenter un autre standard. Un travail artistique mêlant poésie de l’âme et poésie corporelle », déclare l’artiste. Iel est d’abord venu·e à la photographie par l’Urbex. Puis, des rencontres – la photographe Sandra Melh à l’université de Montpellier – et des chocs esthétiques et artistiques – Vivian Sassen, Alexandra Rakacha, Nanténé Traoré – formalisent son travail autour des corps et de leurs transitions. « Déconstruire, reconstruire des normes, des identités, des masculinités et des féminités alternatives, mon travail s’oriente vers l’engagement pour ma communauté. J’ai très vite compris que celui-ci serait politique et engagé » résume-t-iel. Entre projets personnels et portraits, Ame Blary appose sur les personnes qu’iel photographie la douceur d’un éclairage doux et d’une couleur. « Orange, c’est le point central de mes créations et de mon individualité. Orange, symbole de joie, d’expression des émotions, de contact humain. Il a toujours résonné en moi comme une évidence. Aujourd’hui, il apparaît dans mes photos comme marquage d’un nouvel espace-temps. Celui dans lequel l’expression de soi est maître ».

© Ame Blary
© Ame Blary
© Ame Blary

Une insouciance retrouvée

Ici le soi fait chair, reconquiert ou retrouve. « Je travaille avec les plis, les cicatrices, les poils, les scarifications, les tatouages, les bourrelets (…) c’est ça, pour moi qui fais du corps une matière unique et singulière. Le nu a toujours été une évidence sans pour autant le conscientiser. Je trouve particulièrement intéressant de travailler avec la matière-chair plutôt qu’avec du tissu ou des vêtements. » Si la violence de la norme s’y lit en négatif par les traces des combats menés contre ses assignations, la sensualité d’une sucette léchée à deux ou d’une fraise offerte à soi étendue sur une couverture herbeuse, y apparait comme une insouciance retrouvée. « Il m’est devenu impératif d’essayer de reconstruire, de réparer à travers la photographie », précise Ame Blary.

Loin de la figure de l’artiste tout·e puissant·e, iel propose et coconstruit avec ses sujets l’espace de représentation. Il s’agit d’abord de créer « une place réparatrice, comme un doux moment pour soi, pour s’aimer, s’apprécier et se réapproprier son corps, son genre ou son identité ». Les tons acidulés et la surexposition y dessinent une image hors du temps, empreinte d’une tendresse à venir.  Si rien n’est caché – photographie d’une seringue qui rappelle le Testo Junkie de Paul B. Préciado – si les corps parfois grimacent, l’image les recoud et les restitue à une normalité souhaitable, c’est-à-dire indéfinie. « Au-delà de la représentation des corps queers en évolution, je tends à exposer le quotidien de personnes qui vivent comme les autres, c’est-à-dire avec de l’amour, des relations sociales, un travail, un quotidien, une routine, etc. C’est en ça que je vois l’insouciance dans la forme finale de mon travail », conclut-iel.

© Ame Blary
© Ame Blary

© Ame Blary

© Ame Blary
© Ame Blary

© Ame Blary
© Ame Blary

© Ame Blary

À lire aussi
Kler : le récit tendre et radical d'une transition
© Joël Alain Dervaux
Kler : le récit tendre et radical d’une transition
Kler, états de présence est le solo show de Joël Alain Dervaux, qui suit depuis des années la transition d’un jeune homme, Kler. Avec une…
20 mars 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Dix ans de souvenirs photographiques : électro, pensée queer et curieux érotisme
© Anaïs Tohé-Commaret & Nicolas Jardin, Way Out (Maud Geffray)
Dix ans de souvenirs photographiques : électro, pensée queer et curieux érotisme
À l’occasion des dix ans de Fisheye, les membres de sa rédaction reviennent, à tour de rôle, sur trois éléments qui les ont…
04 août 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Dans l’œil de Nanténé Traoré : des limbes de l'idée à l'évanescence de l'image
© Nanténé Traoré
Dans l’œil de Nanténé Traoré : des limbes de l’idée à l’évanescence de l’image
Artiste visuel et auteur, Nanténé Traoré – qui était revenu pour nous sur sa série Tu vas pas muter, une histoire de tendresse et de…
29 janvier 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
© Wayan Barre
Behind the Plants : l’usine à cancer des États-Unis
La Louisiane, une région occupée par des dizaines d’usines pétrochimiques, possède l’un des taux les plus élevés de cancer et de maladies...
22 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
© River Claure
Warawar Wawa : River Claure recompose Le Petit Prince en Bolivie
Ne pas sombrer dans les clichés folkloriques d’une Bolivie peuplée de lamas et de cholitas, sans renier ses racines : voilà le leitmotiv...
21 mai 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
© Lee Miller Archives, Angleterre 2024
Lee Miller à Saint-Malo : une exposition présente de rares images de la Seconde Guerre mondiale
À l’occasion du 80e anniversaire de la libération de Saint-Malo, la chapelle de l’École nationale supérieure de la marine...
17 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
© Cendre
Minuit brûle : Cendre, de lune et de sang
Les cycles d’une lune rousse couronnant un paysage apocalyptique, un loup à l’allure surnaturelle, des brebis à la merci d’une meute…...
16 mai 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
©Lydia Goldblatt
Lydia Goldblatt : Fugue, un œil à soi
Lydia Goldblatt parle des mères, de la sienne qu’elle a perdue, de celle qu’elle est devenue. De ce deuil enduré alors qu’elle était déjà...
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Hugo Mangin
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
© Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
© Enzo Lefort
Enzo Lefort : un regard qui fait mouche
Enzo Lefort, le plus titré des escrimeurs français, est l’un des plus sûrs espoirs de médaille aux prochains Jeux olympiques. Dans...
23 mai 2024   •  
Écrit par Eric Karsenty
Contenu sensible
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
© Jonas Van der Haegen
Sunsets de Jonas Van der Haegen : sexe radical et douce mélancolie
Collection imposante de polaroïds intimes, l’ouvrage Sunsets de Jonas Van der Haegen propose une relecture poétique d’un langage sexuel...
23 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas