Sophie Calle, fierté queer et Martinique, dans la photothèque d’Adeline Rapon

28 mars 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Sophie Calle, fierté queer et Martinique, dans la photothèque d'Adeline Rapon
© Adeline Rapon, Lien·s, « Sterelle IV », 2023
Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?
© Adeline Rapon, « Audrey », 2020

Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur les œuvres et les sujets qui les inspirent particulièrement. Aujourd’hui, c’est Adeline Rapon qui nous prend par la main et nous guide à travers les multiples allées de sa création – du documentaire à une photographie plus onirique en passant par l’autoportrait.

Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?

J’hésite fortement entre le portrait d’Audrey, réalisé avec l’association Amazones Paris en 2020 et le Monument au conteur de 2022. Dans ces deux images, il y a tout ce pourquoi je suis photographe : le plaisir à la fois de créer du beau, mais aussi et surtout de raconter quelque chose qui me tient à cœur.

La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ?

Je n’ai pas le souvenir précis de la première qui m’ait particulièrement marquée, cependant mes parents prenaient énormément de photos familiales et plusieurs m’émeuvent particulièrement. C’est une leçon constante, que je continuerai à apprendre toute ma vie : une photographie marquante dépend énormément de ce qu’il s’y passe, et il faut parfois laisser faire le hasard et porter d’abord son attention sur l’émotion.

Un shooting rêvé ?

Il y a tellement de choses que je rêve de faire… Là tout de suite, peut-être réaliser une séance photo avec de nombreuses personnes queer et martiniquaises qui passent un moment doux, sur une plage ou à la rivière.

La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ?
© Adeline Rapon, « Cristina », 2022
Un shooting rêvé ?
© Adeline Rapon, Fanm Fô, « Matisse “la Martiniquaise” », 2020
Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
© Adeline Rapon, « Raphaëlle Red et Baldwin », 2023

Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?

J’essaie de ne pas idéaliser les artistes. Longtemps, j’ai été une fan inconditionnelle de Man Ray, mais en en apprenant davantage sur sa vie, sa démarche et ses relations vis-à-vis des femmes et personnes racisées, je ne peux plus voir son œuvre en peinture ! Aujourd’hui, je cite régulièrement Joshua Kissi pour ses couleurs, Kate Barry pour sa sensibilité, Omar Victor Diop pour sa faculté à raconter des histoires, Ana Mendieta pour sa liberté, ou Cindy Sherman pour le refus du sérieux.

Une émotion à illustrer ?

La plupart des gens qualifient à la fois mon travail et mon tempérament par le mot « douceur », et c’est par celle-ci que j’aime laisser s’exprimer les choses – la fierté, l’amour, mais aussi parfois la tristesse.

Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ?

Je m’intéresse de plus en plus à la photographie documentaire, à celle qui ne cherche pas nécessairement la beauté à tout prix pour raconter quelque chose. C’est en découvrant l’œuvre de Lee Miller et tout particulièrement ses reportages lors de la fin de la Seconde Guerre mondiale que j’ai compris l’importance de la diversification des regards. Aujourd’hui, c’est Motaz Azaiza et son travail à Gaza qui me semble avoir été extrêmement impactant dans le monde, d’autant plus qu’il s’agit là d’une auto-documentation, abolissant au passage le mythe du « héros » reporter.

Une émotion à illustrer ?
© Adeline Rapon, « Mariana et Stessy », 2023
Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ?
© Adeline Rapon, Vie et mort, « Monument au conteur (Alin Légarès) », 2022
Un territoire, imaginaire ou réel, à capturer ?
© Adeline Rapon, Saint-Pierre, « Pêcheur nocturne », 2023

Un territoire, imaginaire ou réel, à capturer ?

Bien que je ne souhaite pas la « capturer », c’est la Martinique que j’ai envie de documenter, d’archiver, de questionner. J’ai déjà commencé cela il y a plus d’un an, et je suis de retour afin d’avoir le temps de poser mes questions… et d’écouter pleinement les réponses.

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder ?

J’aime montrer et voir ce qui est mis de côté, les choses cachées, ce qu’il y a derrière les portes. Les récits des marges. Par exemple, le travail de Marvin Bonheur qui va à la rencontre de celleux qui ont, comme lui, grandi dans les cités. Ou celui de Cédrine Scheidig, qui est partie photographier les jeunes motards de Fort-de-France (capitale de la Martinique, ndlr). Mon travail sur la série Lien·s, c’était aussi ceci : recueillir des histoires de la communauté queer de Martinique pour constituer une archive de son imaginaire.

Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ?

J’en ai vécu plusieurs depuis plus d’un an. Ma série Lien·s m’a bouleversée ; photographier celle que j’aime et en faire mes plus belles images pour les perdre à jamais quelques jours plus tard ; le conteur sur l’ancienne statue qui se fait alpaguer par un passant (série Vie et mort, « Monument au conteur (Alin Légarès) », ndlr) ; l’artiste qui a fait preuve d’une bienveillance soulageante alors que je doutais de mes capacités… J’ai hâte d’accumuler d’autres de ces moments !

Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ?

Je n’arrive jamais à me limiter à une seule inspiration, généralement parce que j’ai tendance à oublier les noms ou les références lorsque l’on me les demande. La plupart vivent cependant dans mon imaginaire et réapparaissent lorsque j’en ai besoin. Dernièrement, c’est la rétrospective de Sophie Calle au musée Picasso qui m’a inspirée. Faire de l’intime un récit direct, mais aussi cette façon particulière d’associer les mots, les pensées, les blagues, chercher les points de vue des autres, forcer la·e spectateur·rice à lire et à se mettre dans les chaussures de l’autre…

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder ?© Adeline Rapon, « Morgan Noam », 2022
Un événement photographique que tu n’oublieras jamais ? © Adeline Rapon, Lien·s, « Sterelle IV », 2023
Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ? © Adeline Rapon, « ur traxx », 2022
À lire aussi
Adeline Rapon : à notre vie, à notre mort, à nos aïeux
© Adeline Rapon
Adeline Rapon : à notre vie, à notre mort, à nos aïeux
Artiste et influenceuse, pourtant bien loin de se limiter à des posts promotionnels, Adeline Rapon milite pour le décolonialisme, le…
03 novembre 2023   •  
Écrit par Milena Ill
« Fanm Fô » : l'ode aux femmes antillaises par Adeline Rapon
« Fanm Fô » : l’ode aux femmes antillaises par Adeline Rapon
Invitée des Rencontres photographiques du Xe, l’artiste et influenceuse aux multiples casquettes Adeline Rapon présente Fanm Fô – femmes…
20 novembre 2021   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
© Hugo Mapelli
Quand la photographie s’inspire de la mode pour expérimenter
Parmi les thématiques abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve la mode. Par l’intermédiaire de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
© J.A. Young
Dans l’œil de J.A. Young : l’hydre monstrueuse qui domine les États-Unis
Cette semaine, plongée dans l’œil de J.A. Young. Aussi fasciné·e que terrifié·e par les horreurs que le gouvernement américain dissimule...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
© Kin Coedel
Les images de la semaine du 08.04.24 au 14.04.24 : du bodybuilding au réalisme magique
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine s'immergent en profondeur dans diverses communautés, avec lesquelles iels...
14 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
© Nestor Benedini
PERFORMANCE : des esthétiques du mouvement
Du 6 avril au 22 septembre, l’exposition PERFORMANCE au MRAC Occitanie fait dialoguer art et sport. L’événement fait partie de...
13 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine