Décès d’Elliott Erwitt : hommage à la fantaisie d’un photographe sérieux

01 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Décès d’Elliott Erwitt : hommage à la fantaisie d’un photographe sérieux
© Elliott Erwitt / Magnum Photos
© Elliott Erwitt / Magnum Photos

La nouvelle est tombée jeudi soir, le photographe franco-américain Elliott Erwitt, âgé de 95 ans, s’est éteint mercredi 29 novembre, à son domicile à Manhattan. Artiste sensible, fasciné, capable de capturer le monde avec un regard tendre et amusé, il laisse derrière lui une œuvre riche, ponctuée de scènes emblématiques. Autant d’images qui ont marqué l’imaginaire d’auteurices contemporain·es. Pour lui rendre hommage, Fisheye revient sur les grandes thématiques qui ont balisé son travail, et sur celles et ceux qui porteront sa mémoire.

« C’est avec une grande tristesse que nous annonçons la mort du célèbre photographe de l’agence Magnum, Elliott Erwitt. Il s’est éteint paisiblement chez lui, entouré de sa famille », a annoncé, jeudi 30 novembre, Magnum Photos sur X. Reconnu pour ses portraits insolites de chiens, sa manière de capturer le comique de l’ordinaire, le charme des voyages, comme pour ses représentations iconiques de Marilyn Monroe, l’auteur a laissé une trace indélébile sur l’univers du 8e art. Une empreinte caractérisée par son aptitude à passer d’une émotion à l’autre, à trouver la justesse dans l’exécution, la légèreté comme la grâce dans la morosité. « Tour à tour photojournaliste, réalisateur, publicitaire, philosophe, contemplateur, voyageur, poète, Erwitt est aussi rêveur que pragmatique », écrit l’historienne de la photographie Pauline Vermare, dans l‘album 74 dédié à l’artiste de la collection 100 ans pour la liberté de la presse de Reporters sans Frontières. Une dichotomie qui inspire naturellement les auteurices présent·es sur nos pages.

© Sarah van Rij
© Elliott Erwitt / Magnum Photos
© Marine Etoubleau et Thibault Pailloux
© Marine Etoubleau et Thibault Pailloux

L’effervescence de l’urbain

France, URSS, Hongrie, Brésil, Amérique… De ses voyages, Elliott Herwitt a rapporté des scènes marquantes, des dépaysements visuels intemporels, qui disent son goût pour l’observation, son amour de l’humain. Et c’est aux États-Unis, dans l’effervescence de l’urbain et sur les longues routes qui sillonnent le pays que son œil brille davantage encore. Un goût pour l’exploration partagé par Marine Etoubleau et Thibault Pailloux. Dans Westside Drive, le duo dirige son boîtier vers « les choses qui ne sont pas les plus sexy de prime abord, celles qui, dans un tout, vont s’épanouir ». À la manière d’Elliott Erwitt, les personnages atypiques et les scènes incongrues viennent ainsi peupler leur road trip coloré.

C’est dans les métropoles, et notamment à New York, que Sarah van Rij et David van der Leeuw trouvent, elleux aussi, l’inspiration. Fasciné·es par le tumulte continuel, et la solitude qu’il engendre parfois – paradoxalement – iels dressent un portrait nuancé de la ville, jouant, tout comme le photographe de Magnum avec les échelles et les hauteurs pour souligner un détail, un ressenti, un moment de grâce. « Que se passe-t-il lorsque la réalité rompt les visions romantiques ? (…) De nouveaux fantasmes peuvent-ils se former sous l’influence de ce qui a déjà existé ou sommes-nous uniquement liés à un cycle de modèles familiers ? », s’interrogent-iels, dans une résonance – consciente ou non – à Erwitt.

Apprivoiser l’animal

Et dans ces métropoles qu’il appréciait tant, l’artiste donnait à son animal favori une place de choix. Comme un leitmotiv amusant, les chiens rythment ses déambulations, deviennent les protagonistes de son œuvre. Véritables modèles, ils semblent poser, révéler leur personnalité face à l’objectif que le photographe s’amusait à positionner à hauteur de leurs yeux, transformant presque les regardeur·ses en égal, face à ses sujets. Si William Wegman – qui signait, en 2018, l’affiche des Rencontres d’Arles – place lui aussi les canidés au centre de son œuvre, cette fascination marque l’imaginaire de nombreux·ses artistes émergent·es. Dans Best in show, Dolly Faibyshev s’immisce dans les concours canins pour réaliser des portraits loufoques des compétiteurs… et de leurs propriétaires. À coups de flashs, elle saisit les caresses affectueuses, les instants aussi doux que délirants et le kitsch propre à ses événements avec un regard amusé qui évoque celui d’Elliott Erwitt.

Si les chats ponctuent les pages du calendrier réalisé en 2017 par Daniel Gebhart de Koekkoek, l’amour de l’auteur autrichien pour les félins, comme sa capacité à apprivoiser l’animal « pour gagner leur confiance, qu’ils se sentent libres et se comportent naturellement » fait écho, de manière ingénieuse à l’obsession canine du défunt photographe. Une réminiscence d’autant plus amusante que les clichés qui composent Jump – figeant des chats en plein vol – rappellent l’empathie caractéristique d’Erwitt, tout comme sa capacité à réaliser « des images drôles qui ne se moquent pas », comme le souligne l’autrice Dorothée de Monfreid dans 100 ans pour la liberté de la presse. Un travail à l’argentique dont le grain intemporel complète à merveille les tirages monochromes des chiens de Manhattan.

© Dolly Faibyshev
© Elliott Erwitt / Magnum Photos
© Jonathan Higbee
© Elliott Erwitt / Magnum Photos

Allier drôlerie et simplicité

Un regard direct au milieu d’une foule, un échange muet entre une passante et un mannequin en vitrine, un dalmatien devenu chauffeur… Des rues de la Grosse Pomme, Elliott Erwitt aimait rapporter des fragments incongrus, des jeux de hasard qui donnait à la vie une aura ludique. Sans jamais imposer de jugement, le photographe brillait par sa capacité à allier drôlerie et simplicité. Un don partagé par Jonathan Higbee. Passionné par la street photography, l’auteur américain fait de l’insolite son terrain de jeu favori. Dans les rues de New York, il saisit les trompe-l’œil de l’ordinaire, les incohérences visuelles que l’on ne remarque pas avec une adresse étonnante.

Cette aisance naturelle pour figer les interactions de ses sujets à leur environnement, tout comme leurs échanges sont d’autant plus parlants dans les représentations de la nudité d’Erwitt. Loin de toute sexualisation outrancière, ce dernier révélait une tranquillité marquante, une désinvolture saisissante. Comme si celles et ceux qu’il photographiait oubliaient, tout simplement, l’appareil. « Que font ces gens immortalisés par le photographe ? Ils vivent. Et attendez, c’est encore plus beau, ils se laissent vivre », écrit, dans l’album de 100 ans pour la liberté de la presse, la journaliste Sophie Fontanel. Une étude de l’humain fascinante qui a sans nul doute nourri la série Naked Britain d’Amelia Allen. Tout comme le photographe de Magnum, l’autrice britannique encapsule une réalité sans artifice, une manière d’exister libérée, assumée – au cœur d’une communauté de naturistes. Dans un monochrome rappelant celui d’Erwitt, les postures des modèles, tout comme leurs interactions, leurs rires, leur concentration, sont capturées avec justesse.

Une justesse qui émane de l’œuvre entière d’Elliott Erwitt. Un fil rouge, perceptible malgré la variété des sujets explorés, qui témoigne de l’incroyable compassion de l’auteur. Car ce dernier savait lire, détecter l’invisible, pour toujours atteindre l’équilibre juste. Et si l’humour jalonne son œuvre, certaines excursions dans la gravité révèlent sa capacité à voir derrière les façades, à extraire l’émotion pure, parfois dure, toujours inoubliable. Un talent illustré dans son portrait emblématique de Jackie Kennedy aux funérailles de son mari. Véritable tableau criant la douleur dans un silence respectueux, le cliché perce le voile qu’elle porte, et nous plonge – malgré la distance à laquelle se tenait le photographe – dans une émotion vive, poignante. Un coup de maître qui hantera sans aucun doute la pratique des photojournalistes d’aujourd’hui et de demain.

© Amelia Allen
© David van der Leeuw
À lire aussi
Sarah van Rij et David van der Leeuw : éclat de mélancolie urbaine
© Sarah van Rij et David van der Leeuw
Sarah van Rij et David van der Leeuw : éclat de mélancolie urbaine
Ce mois-ci, Sarah van Rij et David van der Leeuw publient Metropolitan Melancholia, leur premier ouvrage, aux éditions Kominek. Fidèles à…
25 octobre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Westside Drive : en plein cœur des terres américaines
© Marine Etoubleau et Thibault Pailloux
Westside Drive : en plein cœur des terres américaines
Marine Etoubleau et Thibault Pailloux nous emmènent dans un road trip américain avec leur livre Westside Drive.
28 octobre 2023   •  
Chats perchés
Chats perchés
Lorsque une librairie autrichienne en ligne lui a demandé de créer un calendrier pour l’année 2017, Daniel Gebhart de Koekkoek a répondu…
12 décembre 2016   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Royaux canins
Terminé
Concours
Royaux canins
Pour réaliser Best in show, Dolly Faibyshev, photographe américaine, s’est immergée dans l’univers kitsch et surréaliste des concours…
Les dessous du naturisme
Les dessous du naturisme
Dans sa série Naked Britain, la photographe de mode Amelia Allen, documente la vie des naturistes britanniques. Publié dans un livre, le…
13 mars 2018   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Mohamed Bourouissa, Alyssia, 2022, Courtesy de l’artiste et Mennour Paris © Mohamed Bourouissa / ADAGP, Paris, 2023
Mohamed Bourouissa : le chaos de ce que nous sommes, au Palais de Tokyo
Jusqu’au 30 juin, le Palais de Tokyo accueille plusieurs expositions qui ouvrent les débats et les perspectives. En cette période...
22 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
© Orianne Ciantar Olive
Orianne Ciantar Olive : lumières de résistance
Dans After War Parallax, Orianne Ciantar Olive esquisse les contours de Sarajevo et de Beyrouth, deux villes distinctes dont la...
22 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
© Andrea Sena
Dans l’œil d’Andrea Sena : faire la fête, pas la guerre
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Andrea Sena, qui s’est attachée à capturer la fête comme acte de résistance en temps de guerre. Pour...
19 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill