La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain

La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram

Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches distinctes, conjuguées à d’autres esthétiques, toutes et tous dépeignent ainsi le monde qui les entoure.

@xperimentalphoto

Le photographe derrière le compte @xperimentalphoto capture ce qui est à portée de main : rues, concerts, ruines, commerces… À la limite de l’art expérimental, il emploie pellicules périmées, filtres photo et Lomography, créant des paysages invraisemblables et des compositions mémorables. 

© @xperimentalphoto / Instagram
© @xperimentalphoto / Instagram

@waxilaman

Laman, de son nom d’artiste, photographie les ombres et les lumières qui animent les rues de son pays, Taïwan. Il cultive son regard avec une sobriété et un minimalisme particulièrement élégants, en sachant accorder à chaque moment de la journée l’attention qu’il mérite et en expérimentant le temps présent de toutes les manières imaginables.

© Laman / Instagram
© Laman / Instagram

@imaginefilm

Au cours de ses voyages en Asie du Sud-Est ou dans les coins les plus reculés du monde, Veronique Van Hoorick vise à remettre en question nos rythmes de vie effrénés, en partageant une photographie plus paisible. Elle trouve dans la lomographie et un grain prononcé une manière unique de rendre compte des visions intenses et méditatives procurées par l’immensité de la nature sauvage. 

© Veronique Van Hoorick / Instagram
© Veronique Van Hoorick / Instagram

@dris.visuals

Dans sa galerie, Idris se plaît à conjuguer les paysages sauvages à l’urbanité délabrée. À l’image, des graffitis recouvrent ainsi les murs de cabines téléphoniques et de bâtiments aux fenêtres brisées tandis que les machines de chantiers se multiplient. Parfois, le photographe irlandais donne à voir, tel un chant du cygne, quelques fragments de beauté dans une nature qui se meurt.

@dris.visuals / Instagram
@dris.visuals / Instagram

@gr_images_la

« Il y a une certaine tranquillité à voir la ville à l’aube, avant le lever du soleil », assure Giovanni Rodriguez. Originaire du Pérou, l’artiste reprend les codes de ce courant de la photographie américaine qui consiste à immortaliser des enseignes lumineuses, des terrains de basket et des routes interminables. En résultent des monochromes profonds et grenus dans lesquels les rares silhouettes humaines s’apparentent à des ombres. 

© gr_images_la / Instagram
© gr_images_la / Instagram
À lire aussi
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand…
09 avril 2024   •  
La sélection Instagram #448 : à nos divertissements
© Maksim Petrov / Instagram
La sélection Instagram #448 : à nos divertissements
Notre sélection Instagram de la semaine est une ode à la joie simple de pouvoir fêter la nuit, jouir du soleil, de la fantaisie des…
02 avril 2024   •  
Explorez
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 8 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas