La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur

09 avril 2024   •  
La sélection Instagram #449 : émerger de la torpeur
© Federica Belli / Instagram

Les images de notre sélection Instagram de la semaine évoquent, par la lumière, le style pictural ou la présence des sujets, un grand réveil. Celui qui tire d’une longue et sombre nuit, comme celui des fleurs après un hiver sans fin.

@sarahburtonfielding

Portraits ou natures mortes jalonnent le compte Instagram de Sarah Burton Fielding. Les clichés de cette artiste installée en Nouvelle-Zélande attestent d’une attention toute particulière accordée à la lumière, aux ombres, aux formes, aux ambiances qu’elle vient doubler et projeter sur des surfaces. Une manière de créer des fictions pleines d’émotion.

© Sarah Burton Fielding / Instagram
© Sarah Burton Fielding / Instagram

@feebelli

Et si nous gardions toute notre vie la vulnérabilité et la détermination d’un·e adolescent·e ? L’artiste italienne Federica Belli, installée à Paris, emploie son objectif et sa plume au service de l’exploration de notre propre perception. Inspirée par les scènes pastorales de sa jeunesse à la campagne, elle joue habilement avec le médium à la frontière du portrait, de l’autoportrait et de l’architecture.

© Federica Belli / Instagram
© Federica Belli / Instagram

@yavinom

Triste et puissante, hypnotique et cathartique, l’esthétique monochrome que développe Mariya Olegovna Vinogradova – née à Moscou – n’est pas sans rappeler le spiritisme. Le charme mystique de ses œuvres, faites de présences et d’absences, viendrait presque réveiller les fantômes. 

© Mariya Olegovna / Instagram
© Mariya Olegovna / Instagram

@hannesmarianmeier

Réalisateur, photographe et chef opérateur très ancré dans la scène musicale, Hannes Marian Meier prend plaisir à développer une identité visuelle vibrante et énergisante. Résidant à Berlin, il collabore avec des marques de mode à travers le monde entier, en apportant à ses projets sa patte d’authenticité et de raffinement. 

@ Hannes Marian Meier / Instagram
@ Hannes Marian Meier / Instagram

@monalogfilm

Comme le suggère la contraction de son propre prénom avec le mot « analogue », Mona affectionne particulièrement la photo argentique, qu’elle croise avec un univers fait de paysages oniriques et de mises en scène d’histoires d’amour. Le tout sublimé par le grain caractéristique du médium qu’elle emploie, associé à la douce lumière de l’aube.

© Mona / Instagram
© Mona / Instagram
À lire aussi
La sélection Instagram #448 : à nos divertissements
© Maksim Petrov / Instagram
La sélection Instagram #448 : à nos divertissements
Notre sélection Instagram de la semaine est une ode à la joie simple de pouvoir fêter la nuit, jouir du soleil, de la fantaisie des…
02 avril 2024   •  
La sélection Instagram #447 : manipulation sur Polaroïds
© Lenny Gerard Behar / Instagram
La sélection Instagram #447 : manipulation sur Polaroïds
Cette semaine, notre sélection Instagram est dédiée à un format particulier : le Polaroïd, ainsi qu’aux nuances qu’il permet aux…
26 mars 2024   •  
Explorez
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
Les images de la semaine du 20.05.24 au 26.05.24 : là où nous nous mouvons
C’est l’heure du récap' ! Cette semaine, les photographes de la semaine immortalisent leurs propres visions de mondes qu’iels regrettent...
26 mai 2024   •  
Écrit par Milena Ill
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Malaga, 1966 © Joël Meyerowitz
À bord de la Volvo de Joël Meyerowitz au Museo Picasso Málaga
Il y a soixante ans, le photographe américain Joël Meyerowitz foulait le sol de la ville de Málaga, en Espagne. Cette année, du 15 juin...
24 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
© Irina Shkoda
Histoires de famille : la séance de rattrapage Focus !
Retour à ses racines, famille d’adoption, fantômes tenaces ou simples témoignages d’une connexion profonde, les photographes nous...
22 mai 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
© Chantal Elisabeth Ariëns
À Bildhalle, Chantal Elisabeth Ariëns explore notre langage émotionnel
Jusqu’au 20 juillet, le centre d’art Bildhalle à Amsterdam, accueille la photographe et artiste visuelle Chantal Elisabeth Ariëns, qui se...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
© Georgiana Feidi / Instagram
La sélection Instagram #456 : lumières extatiques
Notre sélection Instagram de la semaine brille de milles éclats naturels et fantasmés. Qu'elle fasse émerger une dimension fantastique à...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
Paysages monstrueux : l'impact de la main humaine
© Grégoire Eloy / Grande commande photojournalisme
Paysages monstrueux : l’impact de la main humaine
Le Centre Claude Cahun s’aventure à la frontière entre les notions de paysage et de territoire dans une double exposition collective de...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
© Rene Matić
Comment les photographes de Fisheye célèbrent la pride
Enjeux sociétaux, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le...
27 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas