La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires

09 juillet 2024   •  
Écrit par Milena Ill et Marie Baranger
La sélection Instagram #462 : la fabrique des imaginaires
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram

Notre sélection Instagram de la semaine explore l’irrésistible attrait des photographes pour l’expérimentation. Aux limites de l’abstraction, elle dote le 8ᵉ art d’un pouvoir particulier pour révéler de nouvelles perspectives : c’est pourquoi, bien souvent, elle est aux avant-gardes de la création.


@davidgarlandmakes

Artiste visuel, compositeur et musicien reconnu, David Garland s’attache à capturer les réflexions de la lumière du soleil, pour produire une esthétique mystérieuse et familière. Sa photographie, abstraite, rejoint les formes organiques, que ce soit celles des arbres, des reflets de l’eau ou des squelettes, tout en élargissant notre propre compréhension de la lumière – capable d’un mouvement infini.

© David Garland / Instagram
© David Garland / Instagram

@negativemeditation

L’artiste derrière le compte @negativemeditation, Katja de son prénom, s’inspire de l’esthétique baroque pour développer des collages expérimentaux mêlant le glauque – voire le gore – à l’ordinaire, et l’étrange à l’érotique. Explorant la xérographie, c’est-à-dire la surimpression des images, elle créé un ensemble de peintures fascinantes aux textures granuleuses.

© @negativemeditation / Instagram
© @negativemeditation / Instagram

@theaffablegraindealer

En baignant ses pellicules photographiques dans des soupes chimiques ou naturelles, Carlos Del Rio-Bermudez un univers aux couleurs psychédéliques. Ses paysages violet et bleu prennent des allures mystiques et plongent les spectateurices dans des délires pop, voire parfois lugubres.

© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram
© Carlos Del Rio-Bermudez / Instagram

@burntzhou

Burnt Zhou appréhende la mode à sa façon. Son appareil photo devient un laboratoire d’expérimentation et d’analyse. Les couleurs embrassent les silhouettes de ses modèles, les fards à paupières coulent pour devenir de l’art abstrait et les visages se transforment en insectes de la nuit.

© Burnt Zhou / Instagram
© Burnt Zhou / Instagram

@jeannineswallow

Jeannine Swallow est polyglotte. Elles explorent différents langages photographiques à partir d’autoportraits et de paysages sublimés. Solarisation, procédé au collodion ou encore cyanotypes, l’artiste applique à ses négatifs des tests scientifiques qui se transforment en danses imagées thérapeutiques.

© Jeannine Swallow / Instagram
© Jeannine Swallow / Instagram
À lire aussi
UnRepresented by Approche : expérimentations du temps présent
© Frédérique Daubal
UnRepresented by Approche : expérimentations du temps présent
Pour la seconde année consécutive, le salon UnRepresented by Approche investit l’espace Le Molière, au cœur du 1er arrondissement…
04 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
La sélection Instagram #447 : manipulation sur Polaroïds
© Lenny Gerard Behar / Instagram
La sélection Instagram #447 : manipulation sur Polaroïds
Cette semaine, notre sélection Instagram est dédiée à un format particulier : le Polaroïd, ainsi qu’aux nuances qu’il permet aux…
26 mars 2024   •  
Explorez
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
© Bruce Eesly. Les variétés de pommes de terre sélectionnées sont classées en seize catégories selon les normes de LURCH, 1952, série Le fermier du futur, 2023. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.
New Farmer : les cultures artificielles de Bruce Eesly
Jusqu’au 29 septembre 2024, à l’occasion des Rencontres d’Arles, la Croisière accueille les étonnantes archives de Bruce Eesly. Dans New...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
© Pierre & Florent
Mémoire habillée : les récits textiles de Pierre & Florent
Dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles, la galerie Porte B. présente Mémoire habillée, la dernière série du duo Pierre...
05 juillet 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas
El grupo de Cali : des vampires en Colombie
Karen Lamassonne. Sueño húmedo I, photographie, crayon, 1987. Avec l’aimable autorisation de l’artiste
El grupo de Cali : des vampires en Colombie
Sous le commissariat d’Andrés Matute Echeverri et María Wills Londoño – lauréat·es de la bourse de recherches curatoriale des Rencontres...
03 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet