La sélection Instagram #460 : sortir du réel

25 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger et Milena Ill
La sélection Instagram #460 : sortir du réel
© Jared Cobb / Instagram

Si la photographie permet de se rapprocher le plus possible du vrai, elle est aussi un moyen de capturer des mondes fictifs, des pensées illusoires et des fantasmes absurdes. Notre sélection Instagram de la semaine descend tout droit du vaisseau de l’irréel en provenance d’univers imaginaires où la magie opère.

@vincentglielmi

Vincent Glielmi ne s’intéresse pas au réel, mais aux états intermédiaires entre les identités et les personnalités, aux interstices entre les villes et les paysages, entre les mondes et le monde. Installé dans l’ouest des États-Unis, il fait de son œuvre une invitation à un voyage en terre inconnue, où un simple objet ou un lieu peut prendre un aspect étrangement inquiétant.

© Vincent Glielmi / Instagram
© Vincent Glielmi / Instagram

@yhanson_photography

Vie urbaine, architecture, interactions entre personnes et lieux… autant d’éléments qui peuvent être remodelés sans fin pour peindre des scènes invraisemblables. Les portraits de la Canadienne Yvonne Hanson en sont la preuve : son travail avec les ombres, l’éclairage, la réflexion de la lumière et la géométrie lui permet de créer des mises en scène où le cauchemardesque et le fantasme viennent s’enlacer. 

© Yvonne Hanson / Instagram
© Yvonne Hanson / Instagram

@nightmarecreatives

Jared Cobb aime s’inspirer des grands récits fondateurs pour flirter avec la science-fiction dans sa pratique. Photographe amateur reconnu à l’international, il imagine des compositions sobres et picturales, où le miraculeux et le surnaturel, tantôt salvateurs, tantôt glaçants, viennent tout à coup surprendre le quotidien.

© Jared Cobb / Instagram
© Jared Cobb / Instagram

@briangophoto

Brian Goldfarb dit de lui-même qu’il est « légèrement surréaliste ». Le photographe, installé à Brooklyn, expérimente l’improbable. Il transforme le terrain en mondes post-apocalyptiques, imagine les corps dans des positions peu conventionnelles et questionne les perspectives. Ses compositions, teintées d’humour, invitent à lâcher prise et à laisser déborder son imagination au-delà du cadre. 

© Brian Goldfarb / Instagram
© Brian Goldfarb / Instagram

@leopvez

Les mouvements de la danseuse Elenore saisissent, sur la pellicule, des rêves violacés, des feuillages bleutés et des personnages fantômatiques. Sa pratique photographique explore une utopie aérienne de fête et de liberté où chacun·e peut s’extraire de la réalité trop brutale.

© leopvez / Instagram
© leopvez / Instagram
À lire aussi
Focus #60 : Antone Dolezal et les religions dérivées de la science-fiction
07:00
© Fisheye Magazine
Focus #60 : Antone Dolezal et les religions dérivées de la science-fiction
C’est l’heure du rendez-vous Focus de la semaine ! Cette semaine, Antone Dolezal enquête sur les religions contemporaines, qui…
11 octobre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Les visions fantastiques d’Al Mefer
Les visions fantastiques d’Al Mefer
Photographe et neuroscientifique. C’est ainsi que se présente Al Mefer, 26 ans, installé à Alicante, en…
18 octobre 2018   •  
Écrit par Anaïs Viand
Explorez
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
© Adèle Delbet
Le Prix étudiant de la Photographie Industrielle révèle les noms de ses six lauréates
Le jury du Prix étudiant de la Photographie Industrielle 2024 a désigné ses lauréates. Au nombre de six, les gagnantes portent un regard...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
© Sveta Kaverina
Les coups de cœur #501 : Cal Douglas et Sveta Kaverina
Cal Douglas et Sveta Kaverina, nos coups de cœur de la semaine, ont commencé leurs projets grâce à des livres anciens. En les parcourant...
15 juillet 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
À l'instant   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
Il y a 5 heures   •  
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
20 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger