Le handicap vu par les photographes de Fisheye

Le handicap vu par les photographes de Fisheye
© Lucie Hodiesne Darras
Corolle radicantes © Sarah Seené

Enjeux sociétaux, troubles politiques, crise environnementale, représentation du genre… Les photographes publié·es sur nos pages ne cessent de raconter, à travers l’image, les troubles de notre monde. À travers des prismes différents, des angles, des regards, des pratiques variées ils et elles se font les témoins d’une contemporanéité en constante évolution. Ce mois-ci, nous avons souhaité revenir sur des travaux explorant la notion de handicap, et ses conséquences sur celleux qui le vivent au quotidien. Une manière pour les artistes publié·es sur fisheyemagazine.fr de faire intervenir les notions d’acceptation de soi, de regards des autres et l’envie de lever le tabou. Lumière sur quatre d’entre elleux : Sarah Seené, Mari Katayama, Mathieu Farcy et Lucie Hodiesne Darras.

Sujet qui gêne, souvent laisser dans un coin, le handicap prend bien des formes et redéfini l’intimité de celleux qui le vivent. Il est difficile dans les sociétés actuelles de s’émanciper des préjugés et des idées préconçues qui vivent en chacun·e de nous à l’heure d’évoquer le handicap. Encore très peu reconnu et pris en compte, il se confronte à toute sorte de discrimination, un manque d’accessibilité dans nos villes, une adaptabilité sociale intellectuelle très peu promue… Les personnes en situation de handicap qu’il soit physique ou mental, peinent à être totalement intégrés par les systèmes sociétaux. Il faut prendre en considération tous ces paramètres pour apprécier d’autant plus le travail des artistes qui mettent en lumière les premier·ères conserné·es tout en respectant leur ressenti.

Dans son livre Lilou, publié aux Éditions Fisheye, Lucie Hodiesne Darras sublime le quotidien de son grand frère autiste Antoine. Un ouvrage criant de vérité qui prône l’espoir et l’optimisme sous le regard bienveillant que porte la photographe à son aîné. Elle le suit au rythme de sa vie et de ses rituels, en l’écoutant, sans jamais le brusquer donnant lieu à des clichés d’une honnêteté stupéfiante. Un conte monochrome moderne qui remet le handicap mental dans les discussions sociales.

Mais au-delà du handicap mental, les artistes publiés dans Fisheye ont aussi abordé la question du handicap physique. Dans notre épisode Focus #20, Mathieu Farcy permet à des hommes et femmes de se reconnecter avec leur histoire et leur visage. Dans son projet Je n’habitais pas mon visage, il rend la parole à celleux dont il tire le portrait. Atteints d’un cancer du visage qui les a laissé défigurer, iels reprennent le contrôle de leur apparence et décident de ce qu’iels veulent montrer d’eux. L’artiste met un point d’honneur à « permettre aux gens de choisir pour eux-mêmes, et non de subir la manière dont on pourrait les représenter ».

Il en va de même pour le travail de Mari Katayama : un corps polymorphe. L’artiste propose un autoportrait intimiste. Dans ses images, le corps se redécouvre et s’expérimente. Née avec une maladie rare, la photographe s’est vue, à l’âge de neuf, prendre la décision d’amputer ses jambes. Depuis, c’est à travers son art qu’elle parvient à reprendre un total contrôle sur son corps en le mettant en scène dans différents paysages. Son œuvre semble nous dire que l’acceptation passe avant tout par la réconciliation avec soi-même.

Un point que soulève Sarah Seené dans sa série photographique Corolles radicantes où elle interroge le rapport au handicap à travers des clichés de corps féminins amputés. Son projet envoûtant vient remettre en cause de manière poétique la vision et les préjugés en mettant « en lumière les corps que la société s’affaire à mettre sous le tapis. Qu’elle montre de manières pathétique et misérabiliste. Les handicaps font partie des angles morts du regard social ». Tout comme ses confrères et consœurs, elle fait de son art un territoire sans jugement, où chacun·e est libre de choisir la manière dont iel est représenté·e aux yeux du monde.

© Lucie Hodiesne Darras
Corolle radicantes © Sarah Seené

À lire aussi
« Lilou », un livre pour un frère et pour l'autisme
© Lucie Hodiesne Darras
« Lilou », un livre pour un frère et pour l’autisme
À l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, découvrez l’ouvrage Lilou de Lucie Hodiesne Darras, publié aux…
02 avril 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Mari Katayama : un corps polymorphe
Mari Katayama : un corps polymorphe
Du 3 septembre au 24 octobre, le Studio de la MEP accueille Home Again, de Mari Katayama. Une exposition présentant l’œuvre atypique de…
03 septembre 2021   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Corolles radicantes : Sarah Seené pose un regard sensible sur l’amputation
© Sarah Seené
Corolles radicantes : Sarah Seené pose un regard sensible sur l’amputation
Avec Corolles radicantes, un projet expérimental alliant explorations chimiques et portraits, Sarah Seené met en lumière les corps…
23 juin 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Focus #20 : Mathieu Farcy et  la poésie des visages déconstruits
Focus #20 : Mathieu Farcy et la poésie des visages déconstruits
Comme tous les mercredis, voici le rendez-vous Focus de la semaine ! Lumière aujourd’hui sur Mathieu Farcy et sa série Je n’habitais pas…
14 septembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas

Explorez
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l'oppression
© Campbell Addy
Les images de la semaine du 10.06.24 au 16.06.24 : la photo contre la violence de l’oppression
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine tentent de faire entendre les voix des marges et des personnes opprimé·es de la...
16 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
© Michael Ackerman
Markowicz & Ackerman : à Arles, deux dialogues avec le temps
Du 27 juin au 29 septembre 2024, la galerie Anne Clergue Galerie à Arles présente Le monde flottant, de Michael Ackerman et Maciej...
15 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les expositions photo à découvrir cet été !
Paris, 1967 © Joël Meyerowitz
Les expositions photo à découvrir cet été !
Chaque saison fait fleurir de nouvelles expositions. À cet effet, la rédaction de Fisheye a répertorié toute une déclinaison...
14 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
© Margaux Roy
Calques, la poésie plastique de Margaux Roy
Avec Calques, Margaux Roy explore le quotidien intimiste des maîtres de la retouche. En dispersant ou en superposant les couches, elle...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
© doongood_666 / Instagram
La sélection Instagram #459 : berceuses imagées
Un petit somme à l’ombre d’un pommier ou un rêve érotique dans un love hotel, les artistes de notre sélection Instagram de la semaine...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
© Laura Lafon Cadilhac
Dans l’œil de Laura Lafon Cadilhac : queerness, oracle et véganisme
Cette semaine, plongée dans l'œil de Laura Lafon Cadilhac. La cofondatrice du collectif Lusted Men nous parle d’une orgie végane et de sa...
17 juin 2024   •  
Écrit par Agathe Kalfas