Les coups de cœur #447 : Julien Lescuyer et Yves Lacroix

26 juin 2023   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Les coups de cœur #447 : Julien Lescuyer et Yves Lacroix
© Yves Lacroix

Julien Lescuyer et Yves Lacroix, nos coups de cœur #447, se sont passionnés par le médium à l’adolescence. Tandis que l’un raconte des histoires à l’aide de son environnement et de ses voyages, l’autre réalise des mises en scène cinématographiques où la solitude s’impose. 

Julien Lescuyer

Julien Lescuyer se passionne par le 8e art dès l’âge de 16 ans après avoir découvert le travail d’Antoine d’Agata. Après ses cours de photographie au lycée professionnel Brassaï à Paris, il parcourait la capitale pour exercer sa pratique. « Je passais mes soirées et mes weekends à déambuler à la recherche de moments de vie ou d’atmosphères à capturer avec mon appareil argentique hérité de mon père », se ressasse-t-il. Au fil des pellicules, son approche se définit et son œil s’aiguise. En 2010, à la suite d’expériences professionnelles en laboratoire et studio photo, Julien Lescuyer se lance comme graphiste et photographe indépendant. « Mon univers photographique se déploie avec une diversité de sujets. Parfois axé sur l’esthétique, parfois capturant une réalité brute en noir et blanc, j’ai pour objectif de créer un monde visuel et surtout de raconter des histoires, que ce soit à travers une seule image ou une série », précise l’auteur. Parmi de nombreuses autres réalisations, ses visuels bleutés capturés à l’argentique résultent d’un désir de recréer l’ambiance des cartes postales des années 70. « Lors de ces vacances en Grèce, j’ai pris la décision d’abandonner le numérique qui incite à la surmultiplication d’images inutiles. Mon objectif était de transporter les spectateur·ices dans le passé et leur offrir une expérience visuelle unique », explique-t-il. Des approches diversifiées qui constituent une palette d’images plurielles où il fait bon se promener. 

© Julien Lescuyer
© Julien Lescuyer
© Julien Lescuyer
© Julien Lescuyer
© Julien Lescuyer
© Julien Lescuyer

Yves Lacroix 

« Mon monde est très marqué par le cinéma, que ce soit pour la lumière, mais aussi pour une certaine approche de la mise en scène. Petit je regardais beaucoup la télévision, des films et des séries américaines principalement, cela m’a fortement influencé, mes images en sont aujourd’hui la preuve », déclare Yves Lacroix, photographe installé entre Nice et Paris. Alors qu’il était étudiant en droit, il se passionne pour le 8e art et en fait sa profession. De la photo de mode, à la presse en passant par des natures mortes, l’artiste a expérimenté diverses approches du médium avant de trouver celle qui lui correspondait. Fortement influencé par le cinéma, sa pratique se constitue aujourd’hui principalement de mises en scène hollywoodiennes, comme on peut le voir dans sa série The Villains qui explore l’univers du mal. L’Amérique s’impose dans son travail pour l’aspect visuel de ses espaces, son architecture et son design. La solitude, quant à elle, se distingue dans ses paysages dénués de présence humaine. « Je traite toujours mes thèmes avec une certaine esthétique, car je n’oublie pas que la photographie est avant tout visuelle. Il faut que ce soit beau, même quand le sujet ne l’est pas. J’aime travailler la lumière, imaginer une ambiance qu’il faudra ensuite retranscrire en éclairage. J’aurais sûrement aimé être directeur de la photographie sur des tournages », conclut Yves Lacroix. 

© Yves Lacroix
© Yves Lacroix
© Yves Lacroix
© Yves Lacroix
© Yves Lacroix
© Yves Lacroix
Explorez
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
©Théo Saffroy / Courtesy of Point Éphémère
Voyage aux quatre coins du monde : la séance de rattrapage Focus !
De la Corée du Nord au fin fond des États-Unis en passant par des espaces imaginaires, des glitchs qui révèlent les tensions au sein d’un...
18 avril 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
© Veronique Van Hoorick / Instagram
La sélection Instagram #450 : les déclinaisons du grain
Cette semaine, les photographes de notre sélection Instagram partagent un attrait pour les images au grain saillant. Dans des approches...
16 avril 2024   •  
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
© Marine Combes
30 ans après ? : à Niort, tous les futurs se déclinent
Les Rencontres de la jeune photographie internationale célèbrent leurs 30 ans à Niort. Pour l’occasion, le festival propose aux neuf...
09 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d'un Tibet onirique
© Kin Coedel
Dyal Thak : Kin Coedel, tisserand d’un Tibet onirique
Pour réaliser Dyal Thak, Kin Coedel s’est rendu à de multiples reprises sur le plateau tibétain. Là-bas, le photographe chinois a...
09 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
© Maewenn Bourcelot
Les images de la semaine du 15.04.24 au 21.04.24 : pleins feux sur le potentiel du médium
C’est l’heure du récap‘ ! Les photographes de la semaine creusent l'énigme derrière les images, puisent dans les possibilités du 8e art...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
© Chloé Milos Azzopardi
Ces corps qui nous traversent : réparer notre relation au vivant
Du 6 au 28 avril, Maison Sœur accueille Ces corps qui nous traversent, une exposition qui nous inivite à repenser notre rapport au vivant.
19 avril 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Photon Tide, le glitch à l'âme
© Photon Tide
Photon Tide, le glitch à l’âme
« Je voudrais que vous n'ayez pas peur de ce qui se trouve dans votre esprit, mais que vous l'embrassiez », déclare Photon Tide, ou « Pho...
19 avril 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
© Nicolas Jenot
Nicolas Jenot : le corps des machines et ses imperfections
Expérimentant avec la photo, la 3D ou même le glitch art, l’artiste Nicolas Jenot imagine la machine – et donc l’appareil photo – comme...
18 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas