Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor

Les coups de cœur #494 : Salome Jishkariani et Luthor
© Salome Jishkariani
© Salome Jishkariani

Salome Jishkariani et Luthor, nos coups de cœur de cette semaine, emploient le 8e art pour sonder le monde qui les environne. Si la première s’accroche à des thèmes tels que la fertilité et le vieillissement féminin, le second s’attache davantage à proposer des formes nouvelles et à repenser les contextes d’exposition de l’œuvre photographique.

Salome Jishkariani

Enfant, Salome Jishkariani a été marquée par la répétition propre aux albums de famille. Au fil des pages, les poses se rejouent, les mêmes arrière-plans reviennent. La dimension culturelle et sociale de cette récurrence l’intrigue et infuse aujourd’hui sa pratique artistique. « Au départ, mon intention était simple : étudier l’essence de mon être sous une forme tangible. Cependant, au fur et à mesure que j’avançais dans cette exploration, j’ai découvert des thèmes qui méritaient d’être approfondis. Le projet étant envisagé comme un livre de photos, j’ai commencé à expérimenter la création de diptyques, en associant intuitivement deux tirages qui se complètent l’un l’autre », explique-t-elle. S’attardant tout d’abord sur sa féminité, la photographe géorgienne s’est livrée à une réflexion sur la fertilité, le vieillissement et la sensualité par le biais de « fragments prélevés de manière chirurgicale ». Cet autoportrait se présente alors sous la forme d’une mosaïque qui peut sembler paradoxale en certains aspects. « Cette approche peut être considérée comme une appropriation des regards, remettant en cause l’objectivation traditionnelle du corps des femmes. Mais se concentrer uniquement sur des parties isolées peut également être perçu comme une perpétuation de ces mêmes regards. Ici, il s’agit en quelque sorte de tisser un dialogue au sein de cette dichotomie », affirme-t-elle.

© Salome Jishkariani
© Salome Jishkariani
© Salome Jishkariani
© Salome Jishkariani
© Salome Jishkariani
© Luthor / Fisheye

Luthor

Photographe suisse, Luthor, de son vrai nom Romain Farine, se définit comme « atypique ». Plus jeune, il pratiquait le beatbox avec un groupe de musique ; lorsque celui-ci s’est séparé, la photographie s’est imposée à lui comme un nouvel outil d’exploration, qu’il apprend alors en autodidacte. Désormais, Luthor tente de « faire avancer les choses », en proposant de nouvelles approches de la photographie de rue, du portrait, du paysage et de concert. Sa grande liberté l’amène, parfois, à accrocher ses images dans les rues de certaines villes en Suisse, permettant à chacun et chacune d’avoir accès à son œuvre et questionnant de cette manière la place de l’art dans les institutions. Sans s’attacher à un thème en particulier, il se laisse guider par ses intuitions, et joue avec les formes et les couleurs au gré de celles-ci.

© Luthor / Fisheye
© Luthor / Fisheye
© Luthor / Fisheye
© Luthor / Fisheye
© Luthor / Fisheye
À lire aussi
Señoras in Places : ode à la vieillesse 
© Cruz Caruso
Señoras in Places : ode à la vieillesse 
Les dames du monde entier se dévoilent sous leur meilleur angle sur le site internet de Señoras in Places. Réalisé par Cruz Caruso, ce…
06 février 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
La Street tient le haut du pavé
La Street tient le haut du pavé
Jean-Christophe Béchet est un infatigable photographe marcheur qui arpente les grandes villes du monde depuis plusieurs décennies pour y…
14 juin 2022   •  
Écrit par Eric Karsenty
Explorez
The Unmovable Mover : l'usine imaginaire d'Alessandra Leta
© Alessandra Leta
The Unmovable Mover : l’usine imaginaire d’Alessandra Leta
L’artiste italienne Alessandra Leta construit une fiction en fragments, qui prend pour contexte une usine imaginaire de pièces détachées...
12 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Tatiana Lopez : s'approprier son histoire à coups d'aiguille
© Tatiana Lopez
Tatiana Lopez : s’approprier son histoire à coups d’aiguille
La délicate broderie qui s’esquisse sur les polaroids de Tatiana Lopez narre l’histoire de minorités. Les récits de femmes et de...
05 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
© Michael Oliver Love
Participez à nos lectures de portfolio sur le thème des fiertés !
Dans le prolongement de notre dernier numéro – dédié aux fiertés – Fisheye organise des lectures de portfolio le 13 juin 2024....
04 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
© Mikael Siirilä
Here, In Absence : les contemplations en musique de Mikael Siirilä
Dans Here, In Absence, Mikael Siirilä donne une nouvelle vie à des photographies que nous vous avions déjà présentées il y a quelques...
31 mai 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas