Les photographes de Fisheye voient flou pour réussir à percevoir

07 juin 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les photographes de Fisheye voient flou pour réussir à percevoir
© Étienne Francey
© Chiron Duong

Les photographes publié·es sur Fisheye ne cessent de raconter, par le biais des images, les préoccupations de notre époque. Parmi les approches abordées sur les pages de notre site comme dans celles de notre magazine se trouve le flou. Lumière aujourd’hui sur Aleksandr Babarikin, Étienne Francey, Chiron Duong et Sergey Neamoscou, quatre artistes qui ont fait de cette imprécision leur esthétique de prédilection.

Alors que les appareils photos sont de plus en plus perfectionnés, composer avec le flou peut sembler étonnant. Pourtant, ces dernières années ont vu émerger de nombreuses séries et ouvrages portés par cette approche aux esthétiques multiples. Par essence, le terme renvoie à une indétermination que tout un chacun est libre de caractériser à sa manière. Appliqué au 8e art, il s’agit d’un travail de recherche plastique qui, s’il joue parfois avec le hasard, témoigne d’une maîtrise du médium. Aleksandr Babarikin, Étienne Francey, Chiron Duong et Sergey Neamoscou, quatre photographes dont nous vous avons déjà parlé sur les pages de Fisheye, se sont illustrés dans ce genre. Ayant les métropoles, la nature, la mode ou encore la banalité des jours pour muses, tous nous livrent leurs visions de l’imprécision et de ses mouvements. 

© Aleksandr Babarikin
© Sergey Neamoscou
© Aleksandr Babarikin

Impression picturale et éloge de la lenteur

« Bien que je n’aie pas obtenu le résultat que je souhaitais, il n’était pas mauvais et j’étais plutôt optimiste à l’idée d’essayer encore et encore », nous confiait récemment Aleksandr Babarikin au sujet d’un de ses portraits. Maîtrisant déjà l’art de l’image floue, il cherchait alors à donner une autre dimension à sa pratique. « Il y a plusieurs années, très influencé par les séries Danseuses de Degas et Femme à l’ombrelle de Claude Monet, j’ai décidé d’explorer la photographie picturale et d’y intégrer [l’impressionnisme français] », expliquait-il. Après maints essais, l’auteur a atteint son objectif. Semblables à des toiles, ses tirages brouillent les frontières entre les arts. Ils captent notre attention et nous invitent à la contemplation pour mieux déterminer ce à quoi nous faisons face.

Étienne Francey partage cette inclination pour la porosité entre les disciplines artistiques. « Adolescent, je faisais beaucoup d’aquarelles en parallèle de la photo. Un jour, je me rappelle avoir fait un choix entre les deux médiums : j’ai gardé la photo et rangé les pinceaux. Je m’étais promis de m’amuser autant qu’avec l’aquarelle, qui me donnait une liberté du geste, des couleurs, des formes », nous précisait-il. Dans ce sillage, à la manière d’un peintre, il dépeint désormais la nature en en sublimant les détails. À l’image, dans un flou vaporeux, le réel se distille dans l’évocation de parfums et de nuances. Les contours des fleurs s’étirent jusqu’à créer de nouveaux motifs faisant l’éloge de la lenteur et du végétal. Là encore, à l’instar de la technique qu’il a fallu développer, celui ou celle qui regarde doit prendre le temps d’apprécier ces tableaux pour les éprouver. 

© Étienne Francey
© Sergey Neamoscou
© Chiron Duong

Une réaction au flux d’images permanent

En privilégiant les impressions aux formes nettes, les artistes misent sur la projection de leur public. « Bien que les tirages traduisent ma vision des choses, je ne pense pas qu’il ne s’agisse que de moi, quand je crée une image. Je m’efforce de partager les émotions que les autres peuvent ressentir. […] C’est également l’une des raisons qui justifie mon utilisation de l’abstraction », déclarait justement Aleksandr Babarikin. Au-delà de sa dimension esthétique, le flou participe à renouveler des imageries codifiées comme celle de la mode. Chiron Duong compose ainsi ses clichés autour des sensations brutes. En convoquant les sentiments plutôt que des repères spécifiques, ancrés dans une temporalité, il propose une autre vision de l’industrie dans laquelle il officie, qui va de pair avec les nouvelles logiques de consommation, sollicitées par le public et mises en avant par les marques.

Variation sur le même thème, Sergey Neamoscou se plaît à transcrire ses « émotions colorées » à l’aide de tirages surexposées à la surface grenue. L’environnement quotidien se redécouvre dans un pêle-mêle de nuances qui bavent, qui laissent la trace de leur mouvement. Une silhouette noire, à l’air spectral, se devine sur une plage. Le large sourire d’une femme en terrasse se démultiplie. Un cycliste fend le paysage jusqu’à l’inconnu. « On peut prouver par la photo que la vie est belle, qu’elle vaut la peine d’être vécue, qu’elle est magnifique en fait. On peut combattre la dépression avec la couleur ! », assurait l’artiste. À travers son prisme, l’existence fait fi de la banalité pour prendre une allure poétique qui éveille les imaginaires. En creux, le flou s’impose comme une réaction au flux d’images permanent qui règne depuis l’avènement d’Internet. Leur surabondance les rendant illisibles, les valeurs semblent s’inverser et l’imperfection devient alors d’autant plus attrayante.

À lire aussi
Dans l’œil d’Aleksandr Babarikin : photographie effet peinture
© Aleksandr Babarikin
Dans l’œil d’Aleksandr Babarikin : photographie effet peinture
Cette semaine, plongée dans l’œil d’Aleksandr Babarikin. Le photographe biélorusse, dont nous vous avions déjà parlé il y a maintenant…
11 mars 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Solitude floue : les paradoxes nébuleux d'Aleksandr Babarikin
Solitude floue : les paradoxes nébuleux d’Aleksandr Babarikin
Visages déformés, silhouettes sibyllines, contrées oniriques ou villes nébuleuses… Le photographe biélorusse Alexander Babarikin compose…
02 février 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Vache rose, Jérôme Bosch et nœud papillon : le portrait chinois d’Étienne Francey
© Étienne Francey
Vache rose, Jérôme Bosch et nœud papillon : le portrait chinois d’Étienne Francey
Aujourd’hui, Étienne Francey, photographe qui signe la couverture du Fisheye #62, se prête à l’exercice du portrait chinois.
18 novembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Guerrier, espoir et Murakami Haruki : le portrait chinois de Chiron Duong
Guerrier, espoir et Murakami Haruki : le portrait chinois de Chiron Duong
Corps fluides, horde de voilages, pyramides de couleurs et avalanches de lumières… Dans les images de Chiron Duong, l’univers se meut…
25 avril 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Sergey Neamoscou : « Surface sensible »
© Sergey Neamoscou
Sergey Neamoscou : « Surface sensible »
Depuis plus de dix ans, Sergey Neamoscou (qui est vraiment né dans la capitale russe il y a trente-six ans) pratique la photo de manière…
01 mars 2018   •  
Écrit par Eric Karsenty
Explorez
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Ludivine : Figures imposées, figures libres : l’au-delà de la violence sexuelle
© Nathalie Champagne
Ludivine : Figures imposées, figures libres : l’au-delà de la violence sexuelle
Croisant images documentaires, mises en scène et divers documents, Ludivine : Figures imposées, figures libres, série au long cours...
11 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas