Mayssa Khoury : l’érotisme comme puissance créative

09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mayssa Khoury : l'érotisme comme puissance créative
© Mayssa Khoury

© Mayssa Khoury

« Des chiens errant dans la rue, une personne qui vient poser une chaise devant une fenêtre, les grandes étendues d’espaces, les non-lieux, les captures d’écrans de porno vintage des années 80… » voici les détails qui composent l’univers à la fois contemplatif et habité de Mayssa Khoury. Installée à Beyrouth, cette photographe et peintre de 26 ans puise dans le personnel pour accéder à une dimension métaphysique. Partant du réel, des gens qui l’entourent, elle donne à voir un monde plus profond et discret, mêlant les thématiques de l’érotisme, de la mort et de la solitude. « À la source de ma recherche, il y a un rapport très précoce à l’érotisme, confie-t-elle. Depuis la jeune adolescence, cette conscience de soi et de mon corps, la limite entre le moi et les autres ont été des notions qui m’ont travaillée et inspirée. » Elle vient ainsi rejoindre la notion d’érotisme telle qu’elle est développée par Audrey Lorde, poétesse américaine, qui la conçoit comme un pouvoir libérateur tant sur le plan social que personnel. Cette puissance unique, et non seulement explicite, Mayssa Khoury la met en images, dans une ambiance sombre et contrastée. Dans une tension permanente entre un noir et blanc cru, brut, et l’éclat chaleureux de la présence humaine. « Je recherche quelque chose entre l’intensité, la dynamique et la douleur, presque. Avec une part mélancolique et silencieuse. Là où se trouve l’espace dans lequel les opposés se retrouvent et coexistent », décrit-elle. Si sa série Eros donne à voir un univers sensuel et mystérieux, figeant ses amies dans des espaces nocturnes sauvages, son projet Home is where teta was parle quant à lui des dernières années de vie de sa grand-mère. Ce dernier analyse les dynamiques familiales sous-jacentes qu’entraîne la confrontation à la mort imminente d’un être aimé, tandis qu’il quitte lentement le territoire des vivant·es. Par ailleurs membre du collectif Yalla Bala Manyake (un collectif de femmes artistes qui organisent des expos indépendantes dans des lieux abandonnés de la capitale libanaise, ndlr), Mayssa Khoury n’a de cesse d’explorer les espaces de l’intime, et le trouble des sensations.

© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
À lire aussi
« Glassy Eyes » : érotisme et musicalité
« Glassy Eyes » : érotisme et musicalité
Pour réaliser Glassy Eyes, Guendalina Flamini, 32 ans, a écumé les petites salles de concert parisiennes, photographiant de jeunes…
12 décembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
© Letizia Le Fur
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
Troisième et dernier chapitre de son projet au long cours, Mythologies III : Les métamorphoses, dévoile une nature foisonnante et…
21 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot

Explorez
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
© Samuel Lebon
Le Bruit que font les animaux pour mourir : Samuel Lebon s’isole du désir pour mieux créer
Croisant photographie et littérature, Samuel Lebon compose Le Bruit que font les animaux pour mourir. Un ouvrage hybride convoquant le...
21 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
© Deborah Turbeville
Deborah Turbeville : réinventer le féminin en photographie
Photocollages est la première grande rétrospective consacrée à l’icone Deborah Turbeville. Artiste révolutionnaire, Turbeville a...
21 février 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
The Necklace, 1999 © 2021, Alessandra Sanguinetti / Magnum Photos
Les Aventures de Guille et Belinda : Alessandra Sanguinetti documente les étapes de la vie
Pendant plus de deux décennies, Alessandra Sanguinetti a documenté, au travers de mises en scène, le quotidien de deux petites filles de...
20 février 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
© Lara Lussheimer
Les coups de cœur #481 : Lara Lussheimer et Sara Tontorova
Lara Lussheimer et Sara Tontorova, nos coups de cœur de la semaine, sont toutes deux en quête de métaphores. La première les fait émerger...
19 février 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
L'anniversaire de Focus par Fisheye Magazine à la Gaîté Lyrique
Focus fête ses deux ans à la Gaîté Lyrique !
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans nos...
24 février 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Au Jeu de Paume, l'activisme florissant de Tina Modotti
© Tina Modotti / Courtesy of Jeu de Paume
Au Jeu de Paume, l’activisme florissant de Tina Modotti
Jusqu’au 12 mai prochain, le Jeu de Paume accueille deux expositions qui, bien que distincts par les époques et les médiums employés...
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Homme et chien avec un masque à gaz, source : Ullstein bild / Getty Images
Du passé au présent : comment les photographes de Fisheye se réapproprient les images d’archives
Enquête familiale, exploration d’un événement historique, temporalités confondues… Les artistes ne cessent de se plonger dans les images...
23 février 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Constantin Schlachter et la matière de l'existence
© Constantin Schlachter
Constantin Schlachter et la matière de l’existence
Constantin Schlachter interroge les liens entre l’image et la psyché, à travers ses expérimentations sur la matière.
23 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill