Mayssa Khoury : l’érotisme comme puissance créative

09 février 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Mayssa Khoury : l'érotisme comme puissance créative
© Mayssa Khoury

© Mayssa Khoury

« Des chiens errant dans la rue, une personne qui vient poser une chaise devant une fenêtre, les grandes étendues d’espaces, les non-lieux, les captures d’écrans de porno vintage des années 80… » voici les détails qui composent l’univers à la fois contemplatif et habité de Mayssa Khoury. Installée à Beyrouth, cette photographe et peintre de 26 ans puise dans le personnel pour accéder à une dimension métaphysique. Partant du réel, des gens qui l’entourent, elle donne à voir un monde plus profond et discret, mêlant les thématiques de l’érotisme, de la mort et de la solitude. « À la source de ma recherche, il y a un rapport très précoce à l’érotisme, confie-t-elle. Depuis la jeune adolescence, cette conscience de soi et de mon corps, la limite entre le moi et les autres ont été des notions qui m’ont travaillée et inspirée. » Elle vient ainsi rejoindre la notion d’érotisme telle qu’elle est développée par Audrey Lorde, poétesse américaine, qui la conçoit comme un pouvoir libérateur tant sur le plan social que personnel. Cette puissance unique, et non seulement explicite, Mayssa Khoury la met en images, dans une ambiance sombre et contrastée. Dans une tension permanente entre un noir et blanc cru, brut, et l’éclat chaleureux de la présence humaine. « Je recherche quelque chose entre l’intensité, la dynamique et la douleur, presque. Avec une part mélancolique et silencieuse. Là où se trouve l’espace dans lequel les opposés se retrouvent et coexistent », décrit-elle. Si sa série Eros donne à voir un univers sensuel et mystérieux, figeant ses amies dans des espaces nocturnes sauvages, son projet Home is where teta was parle quant à lui des dernières années de vie de sa grand-mère. Ce dernier analyse les dynamiques familiales sous-jacentes qu’entraîne la confrontation à la mort imminente d’un être aimé, tandis qu’il quitte lentement le territoire des vivant·es. Par ailleurs membre du collectif Yalla Bala Manyake (un collectif de femmes artistes qui organisent des expos indépendantes dans des lieux abandonnés de la capitale libanaise, ndlr), Mayssa Khoury n’a de cesse d’explorer les espaces de l’intime, et le trouble des sensations.

© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
© Mayssa Khoury
À lire aussi
« Glassy Eyes » : érotisme et musicalité
« Glassy Eyes » : érotisme et musicalité
Pour réaliser Glassy Eyes, Guendalina Flamini, 32 ans, a écumé les petites salles de concert parisiennes, photographiant de jeunes…
12 décembre 2019   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
© Letizia Le Fur
Letizia Le Fur, Mythologies III : Les métamorphoses : à l’aune d’un renouveau
Troisième et dernier chapitre de son projet au long cours, Mythologies III : Les métamorphoses, dévoile une nature foisonnante et…
21 août 2023   •  
Écrit par Ana Corderot

Explorez
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
© Tommy Keith
Les coups de cœur #498 : Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno
Tommy Keith et Patrick Gilliéron Lopreno, nos coups de cœur de la semaine, dépeignent le paysage alentour chacun à leur manière. Le...
24 juin 2024   •  
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
© Damien Krisl
Les visions futuristes en mode Space Age de Damien Krisl
Photographe de commande spécialisé dans la mode, la beauté et les éditoriaux, Damien Krisl se distingue par son approche. Inspiré de...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet