The Things Not Seen Are Eternal : Herman Ellis Dyal et la survivance de la foi

14 décembre 2023   •  
Écrit par Apolline Coëffet
The Things Not Seen Are Eternal : Herman Ellis Dyal et la survivance de la foi
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal

Entre les pages de The Things Not Seen Are Eternal se découvre l’intérieur de l’église de San Antonio, au Texas. Depuis les années 1940, l’édifice religieux a été au cœur de la vie familiale d’Herman Ellis Dyal, photographe à l’origine de ces images qui interrogent les liens que nous tissons avec le divin, nos proches et les souvenirs

« Je m’appelle Herman Ellis Dyal. J’ai 73 ans. Je suis un architecte et graphiste à la retraite. Je vis avec ma femme à Austin, au Texas », commence notre interlocuteur. Ce n’est qu’à la fin de sa carrière, en 2020, que celui-ci a développé un certain intérêt pour l’art de la photographie. En parallèle, le temps libre qui s’offrait à lui se présentait comme l’occasion de retourner, tel un pèlerinage, sur les lieux qui ont marqué son enfance. L’un d’eux est l’église de San Antonio. L’édifice religieux détient une place particulière dans le cœur de l’artiste. Depuis les années 1940, il s’est imposé comme le centre de la vie de sa famille. « Après un parcours professionnel bien rempli, j’ai appris la valeur d’avoir la possibilité de ralentir, de prendre le temps de vraiment regarder le monde et de réfléchir à la place que l’on y occupe. La bâtisse m’a permis d’explorer un environnement qui avait, en quelque sorte, été figé dans le temps », explique-t-il.

Pendant deux ans, Herman Ellis Dyal s’est régulièrement rendu sur place pour immortaliser des fragments de cette église, dépeuplée de ses fidèles, dont les rayons du soleil nimbent toujours les riches couleurs d’un éclat singulier. Entre les murs, la chaleur humaine semble subsister et la présence des êtres est encore palpable. De cette collection de clichés naîtra The Things Not Seen Are Eternal, sa première monographie publiée aux éditions GOST. Le titre fait référence à un passage de la Bible, et plus précisément de la Deuxième épître aux Corinthiens (4:18). « Il souligne que les photographies elles-mêmes ne sont pas véritablement importantes. C’est ce qu’elles suggèrent sur la notion du divin, la mémoire, le temps qui passe et la famille qui est digne d’intérêt », indique-t-il.

Morning Worship Service, 1957 © Zintgraff
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal

Un refuge contre la désolation du monde

Au gré de ses déambulations dans ces lieux devenus sombres et silencieux, des bribes du passé lui reviennent. « Des souvenirs de mes parents et de ma famille, principalement, mais aussi de ma jeunesse, du quartier et de la ville où je suis né ont peu à peu émergé », précise-t-il. Puis, la découverte fortuite d’une boîte achève de le plonger dans ces réminiscences : « En explorant le bâtiment, je suis tombé sur de vieux tiragesParmi eux se trouvaient des portraits de mes oncles et mes tantes, de mes cousins et cousines et de moi-même à l’âge de 3 ans. » Consignés à la fin de l’ouvrage, les monochromes agissent ainsi comme un contrepoint témoignant d’une existence passée, survivant dans les mémoires individuelles, mais surtout d’une réalité plus globale, d’une époque désormais révolue.

« Je pense que ces images illustrent un monde brisé, tout en montrant, peut-être plus subtilement, qu’il y a de l’espoir. Elles suggèrent peut-être aussi que les expressions et les institutions religieuses, construites par l’humanité, ne sont que temporaires, alors que le divin est immuable et éternel », observe Herman Ellis Dyal. Si l’abandon de cette église et la vue de ces vestiges de foi peuvent susciter une certaine mélancolie, le photographe assure qu’elle restera pourtant à jamais un « lieu de transcendance et de beauté, un refuge contre l’amertume, le cynisme, la corruption, le bruit et la désolation du monde extérieur », à l’instar des souvenirs qui nous habitent.

The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal
Vacation Bible School, 1953
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal
The Things Not Seen Are Eternal © Herman Ellis Dyal
Baptism, 1954 © Joe Boyd
À lire aussi
Souvenirs brodés au fil du temps
Souvenirs brodés au fil du temps
Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité de la semaine. Dans sa série Time Spent That Might Otherwise Be…
21 janvier 2022   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les religions du futur
Les religions du futur
Dans Part of Fortune and Part of Spirit, le photographe américain Antone Dolezal s’intéresse à de curieuses croyances qui émergent à…
02 mai 2018   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Dans l'œil d'Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d'Ardèche
© Anne-Laure Étienne, Cindy
Dans l’œil d’Anne-Laure Étienne : portrait flambant sous le soleil d’Ardèche
Cette semaine, plongée dans l’œil d'Anne-Laure Étienne, qui met son regard aiguisé et ses mises en scène colorées au service des arts...
10 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
© Kimbra Audrey
Kimbra Audrey met à nu le cancer du sein
Kimbra Audrey est une artiste américaine qui vit à Paris. Dans son regard, faire le portrait d'elle-même devient une manière de redéfinir...
07 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
© Laura Lafon & Kacim Sonofawitch
Lusted Men : un livre de photos érotiques d’hommes à paraître prochainement !
Lancé en 2019, le collectif Lusted Men a récolté, en cinq ans, les images de plus de 800 photographes différent·es. Une collection...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
La première photographie qui t’a marquée et pourquoi ? © Michael Oliver Love
Coming out, nu masculin et désert de Namibie : dans la photothèque de Michael Oliver Love
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
04 juin 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
Il y a 11 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas