Aux Rencontres d’Arles, la Fondation Manuel Rivera-Ortiz nous invite à croire

03 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Aux Rencontres d’Arles, la Fondation Manuel Rivera-Ortiz nous invite à croire
© Philippine Schaefer, Grounded, tirage argentique couleur, 2017
© Verdiana Albano, Institute Contemporary

Jusqu’au 29 septembre 2024, dans le cadre des Rencontres d’Arles, la Fondation Manuel Rivera-Ortiz présente Croyances et existence, une exposition collective regroupant plusieurs photographes et collectifs autour des convictions qui animent les êtres, des fois qui les nourrissent – et parfois les divisent.

Au cœur de la Fondation Manuel Rivera-Ortiz, au deuxième et troisième étages, seize artistes déploient leurs œuvres dans un parcours mêlant expositions personnelles et collectives. Un projet d’envergure croisant les écritures, les nationalités, les engagements. Pourtant, une thématique, comme un fil d’Ariane, guide les créations des auteurices : Croyances et existence. « Tous et toutes proposent des réponses visuelles à la question existentielle fondamentale : comment vivre une vie humaine ? », explique Pascale Giffard, qui signe le texte d’introduction de l’évènement. Séquelles d’une éducation religieuse oppressante, passion exaltée, recherche de l’immanence, quête de soi… Transcendant les générations et les territoires, les photographes exposé·es explorent nos rapports au monde dans toutes leurs différences et résonances. Un parcours où communiquent corps et nature, revendications intimes et idéaux universels. « L’éventail de ces propositions souligne la richesse et la diversité des engagements des artistes dans des directions aussi variées et complémentaires qu’il y a de manières d’appréhender l’existence humaine », poursuit Pascale Giffard.

© Diego Moreno, ABISMOS, from the series Malign Influences, 2020
© Michael Parpet, Cisjordanie Samaritain, Naplouse Promised Land

Ceux que l’on juge secrets

Comment révéler l’intangible, l’invisible ? La photographie peut-elle convoquer ce que l’œil ne voit pas ? Inspirés par la foi, les membres du Collectif LesAssociés dirigent leurs récits vers les croyances qui élèvent, et celles qui se nourrissent de nos désirs. Dans Sanctuaire, Elie Monférier érige un monde brumeux, mystérieux, où se dissimulent les éclats d’une exaltation, celle du pèlerinage de Lourdes. Michaël Parpet documente quant à lui le centre médical Hadassa de Jérusalem, « l’hôpital de la paix », et Joël Peyrou s’immisce au sein du clergé pour composer Les Invisibles, un travail s’attachant à faire remarquer les silences de ceux que l’on juge « secrets ».

Lui aussi influencé par le poids des croyances, Diego Moreno transforme des photos issues de ses archives familiales en allégories monstrueuses, témoignages de la pression et la peur ressenties alors qu’il réalise qu’il est homosexuel. Enfin, Delali Ayivi, Monika Ribeiro, Verdiana Albano, Ange-Frédéric Koffi et Maryam Touzani, de l’Institute Contemporary, partagent, à travers On the vastness of our identitites, un accrochage collectif réalisé avec le soutien de Whitewall, leurs réflexions sur le sens et la liberté de leurs choix personnels alors qu’iels interrogent l’importance de leur identité, en tant qu’Afro-Européen·nes. Croisant les esthétiques comme les sensibilités, le groupe propose de mettre en avant une autre manière de croire, centrée sur un besoin de renouer avec nos propres racines pour parvenir à exister.

Diego Moreno, une empathie pour les monstres
Diego Moreno, une empathie pour les monstres
Sujets insolites ou tendances, faites un break avec notre curiosité. En retravaillant des images d’archives, Diego Moreno fait apparaître…
10 août 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
© MAryam Touzani, Collage I From the series : Maktub I Morocco / the Netherlands, 2023
© Elias Holzknecht, Micheldorf Micheldorf Micheldorf Micheldorf, 2021

© Andreas Trogisch: Is-Real, Tel Aviv 2014

Conscience de la chair

Plaçant, elleux aussi l’humain au cœur de leurs travaux, Chiara Dazi, Joachim Haslinger, Soli Kiani et Philippine Schaefer dirigent leurs objectifs vers les corps. Ceux qui s’unissent, se donnent de la force, se soutiennent. Au travers de leurs images, les notions de performance, d’actions, mais aussi de conscience sociale et individuelle se croisent, comme autant de balises ancrant nos propres « êtres » dans le réel. Corps emballés, emprisonnés dans des accessoires, corps unis dans un entremêlement indissociable, corps en interaction, face aux désirs, conscience de la chair, tous et toutes signent une affirmation de l’existence par le biais de leur sujet.

Une pulsion de vie également illustrée par Salomé, exposition collective du ParisBerlin>Fotogroup. Des tensions au désir, en passant par le dépaysement et la lutte, les photographes capturent les manières dont se révèle la force vitale. Renko Recke-Morlon capture des moments de séduction en pleine rue, comme une quête effrénée de notre attention. Lui aussi inspiré par l’urbain, Torsten Schumann partage des paires d’images réalisées en Chine entre 2020 et 2022. Tout en dichotomie, Andreas Trogisch montre, avec Is-Real, les tensions en Israël à coups de monochromes contrastés. En noir et blanc également, Barbara Wolff révèle un New York fait d’absurdités, où le rêve américain croise la réalité d’une mégalopole post-Covid, en lutte continuelle.

Enfin, loin des carcans religieux, les membres du Collectif Advantage Austria semblent s’interroger : que représente la croyance ? N’est-elle pas avant tout une quête de sens ? Tournant leurs compositions visuelles vers l’ordinaire – comme une manière de donner une valeur singulière à notre quotidien – Petra Rainer, Horst Stasny et Elias Holzknecht présentent, chacun·e à leur manière, l’éloge de la lenteur et de l’ennui. Nimbés d’une poésie lascive, leurs clichés marient beauté et simplicité, comme une ode à ce qui est souvent « ignoré ».

Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
© Nancy Jesse
Fotohaus Bordeaux 2024 : appréhender le littoral et ses territoires autrement
En ce mois d’avril, la ville de Bordeaux célèbre le 8e art. Parmi les nombreuses expositions à découvrir figure Fotohaus Bordeaux, qui…
11 avril 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
© Delali Ayivi, Time is Going I From the series: My Chest has its Reasons I Lomé, Togo, 2023

© Soli Kiani, From the series trauma 2020, courtesy www.atelierjungwirth.com

© Joachim Haslinger, Tribute to Egon Schiele, 2022 courtesy www.atelierjungwirth.com

© Renko Recke-Morlon: Vaporised, Paris 2023

© Ange-Frédéric Koffi, Yiri yéléenman, Abidjan I Ivory Coast, 2020

© ChiaraDazi, Again&Again_05. Human Chess #B4323, 11-2022

© Elie Monferier, Sanctuaire, 2023

À lire aussi
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
© Gioia Cheung
Archevêché by Fisheye : une programmation à ne manquer sous aucun prétexte !
Du 1er au 6 juillet, Fisheye investit la cour de l’Archevêché, ce lieu emblématique des Rencontres, en plein centre d’Arles. Au programme…
18 juin 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Ces photographes qui explorent les mythes et croyances
© Eliott et Erick Jiménez
Ces photographes qui explorent les mythes et croyances
Qu’elles éveillent votre curiosité ou vous inquiètent par leur caractère sectaire, de nombreuses croyances imprègnent notre société….
23 novembre 2023   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Explorez
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
© Cristina De Middel. Revenir à nouveau [Volver Volver], série Voyage au centre, 2021. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Magnum Photos
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
En parallèle de ses articles sur la 55e édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra jusqu’au 29 septembre 2024, la rédaction...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin