Dans l’œil de PLY : la petite femme aux allumettes

01 avril 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dans l’œil de PLY : la petite femme aux allumettes
© Mathieu Farcy / Grande commande photojournalisme
MathieuFarcy
 » Elle s’est rendu compte que les fonds d’archives iconographiques étaient très pauvres en ce qui concerne la violence produite par les femmes – ou les femmes violentes. (…) Un déficit du patriarcat, enfermant les femmes dans le care et l’attention, mais pas dans une forme de puissance. »

Cette semaine, plongée dans l’œil de Mathieu Farcy et Perrine Le Querrec. Avec l’aide de la poétesse , celui-ci s’intéresse à la représentation des femmes violentes. Un sujet trop souvent invisibilisé par une société patriarcale. Pour Fisheye, iels reviennent sur une mystérieuse image, qu’iel présentent au sein de l’exposition La France sous leurs yeux, jusqu’au 23 juin à la BnF.

« C’est une image venue d’un projet intitulé Les Amazones n’existent pas, que l’on travaille depuis deux ans avec la poétesse Perrine Le Querrec. On forme un duo qui s’appelle Ply. Il s’agit d’un travail qui s’intéresse à l’iconographie de la violence produite par les femmes. Le point de départ ? Perrine a voulu écrire un roman dont les personnages principaux étaient des femmes violentes. À côté de son travail de poétesse, elle est recherchiste documentaire. Elle s’est rendu compte que les fonds d’archives iconographiques étaient très pauvres en ce qui concerne la violence produite par les femmes – ou les femmes violentes. Un déficit de représentation qui s’impose en fait comme un déficit du patriarcat, enfermant les femmes dans le care et l’attention, mais pas dans une forme de puissance.

Cette image a été réalisée à la prison de Riom, au nord de Clermont-Ferrand, avec une détenue qui s’appelle Maëva. Celle-ci est incarcérée pour incendie volontaire parce qu’elle a mis le feu à son appartement. Cela avait causé des dégâts matériels. S’il n’y avait pas eu de blessures physiques, elle avait occasionné une peur aux voisin·es. L’image représente un poing serré, avec des allumettes placées entre les doigts. Un symbole qui évoque à la fois l’idée du coup, celle de récupérer la puissance du feu chez les femmes, et une certaine intranquillité. Il y a un côté sorcière chez Maëva. Elle est petite, brune et musulmane, et nous disait qu’en Algérie, ces caractéristiques physiques étaient associées aux sorcières, qu’on lui avait beaucoup renvoyé cette idée. »

À lire aussi
Focus #20 : Mathieu Farcy et  la poésie des visages déconstruits
Focus #20 : Mathieu Farcy et la poésie des visages déconstruits
Comme tous les mercredis, voici le rendez-vous Focus de la semaine ! Lumière aujourd’hui sur Mathieu Farcy et sa série Je n’habitais pas…
14 septembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Dans l'œil de Lara Sanchez : percutante douceur
© Lara Sanchez
Dans l’œil de Lara Sanchez : percutante douceur
Cette semaine, plongée dans l’œil de Lara Sanchez, jeune artiste profondément investie dans les questions sociales. Son œuvre graphique…
17 juillet 2023   •  
Écrit par Milena Ill
Explorez
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Odette England : armes de proies
© Odette England
Odette England : armes de proies
Dans Woman Wearing Ring Shields Face From Flash, Odette England met en lumière le parallèle existant entre photographie et armes à feu....
18 juillet 2024   •  
Écrit par Gwénaëlle Fliti
Focus : la voie des femmes
© Paola Paredes
Focus : la voie des femmes
Depuis plus de deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·e·s dans...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l'histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Yevonde Middleton Vivex, *John Gielgud as Richard II in 'Richard of Bordeaux'*, 1933 by colour print NPG x11658. © National Portrait Gallery, London
Voir le temps en couleurs : le laboratoire de l’histoire photographique imaginé par Sam Stourdzé
Jusqu’au 18 novembre, les 1 200 mètres carrés du deuxième étage du Centre Pompidou-Metz se transforment en une promenade temporelle pour...
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
© Ludivoca De Santis
Onironautica : les rêves lucides, l’IA des êtres humains
Collections d’images venues de rêves lucides, Onironautica de Ludovica De Santis interroge, au travers de mises en scène intrigantes...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
© Pascal Sgro
Le Jardin du Lunch : les boulettes de Proust
Entre nostalgie et humour, le photographe belge Pascal Sgro saisit, dans sa série en cours Le Jardin du Lunch, la bienveillante laideur...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
Les Cowboys Créoles dans l'objectif de Chloé Kerleroux
© Chloé Kerleroux
Les Cowboys Créoles dans l’objectif de Chloé Kerleroux
Avec la série Cowboys Créoles, Chloé Kerleroux rend hommage à la figure du vacher noir, personnage emblématique de l’histoire...
18 juillet 2024   •  
Écrit par Costanza Spina