L’éclat des nuits de Nicolas Hermann

10 mai 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
L’éclat des nuits de Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann

C’est en pleine nuit que Nicolas Hermann trouve l’inspiration. Dans la pénombre, le photographe français compose des récits mystiques s’affranchissant du concret pour sonder l’obscurité de notre imaginaire.

Le soleil se couche, les rêves s’emparent du réel. Les sculptures prennent vie, les lueurs des étoiles traçant des courbes sur la pierre. Les troncs se font serpents, et les fruits se teintent de nuances vénéneuses. Les silhouettes – anonymes, toujours – émergent de l’obscurité, figures spectrales, éclats d’un réel que l’on se plaît à oublier. C’est au cœur de cet univers, nourri par la littérature gothique de Bram Stocker et d’Edgar Allan Poe, l’expressionnisme de Fritz Lang ou encore le mysticisme de David Lynch qu’évolue Nicolas Hermann. Ancien agent immobilier, l’artiste visuel a naturellement transité vers le médium photographique lorsqu’il a réalisé son « besoin d’exprimer quelque chose de plus profond, de plus radical ». Un virage loin de l’ordinaire où ses sens et ses intuitions se répondent, ne pouvant plus s’appuyer sur des repères engloutis par la nuit noire.

« J’invite le public à plonger dans une sphère où les êtres et les objets sont transfigurés, où les repères familiers sont réinterprétés. Cette démarche donne naissance à des œuvres qui provoquent la réflexion personnelle et éveille les émotions, créant des ponts avec des mémoires ancestrales. J’entends immerger le·a specteurice dans une expérience captivante, le·a guidant vers une réflexion approfondie sur notre connexion au monde et à autrui », confie-t-il. Une réflexion qu’il développe à travers des œuvres hybrides où se conjuguent images fixes et en mouvement et installations sonores. Là, immergé·es dans cette sphère créative d’où s’échappent des fragments d’imaginaires, des bribes d’émotions, les regardeur·ses ne peuvent que questionner leur propre perception.

© Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann

S’arracher de ses repères

Un arbre millénaire aux branches nues, un sanctuaire déserté, un éclairage cramoisi s’échappant d’une fenêtre… Dans les photographies de Nicolas Hermann, on ne trouve que des suppositions, des ébauches de narration nous invitant à entamer notre propre errance. Inspiré par le concept de « l’instant nuital », imaginé par la philosophe Baldine Saint Girons – qui évoque l’éclat de la nuit et entend éveiller l’idée du destin – l’artiste « [s]’immisce dans les mythes, le nocturne et le cosmos pour en manifester l’essence transcendantale, au-delà du tangible ». Du crépuscule, il retient les nuances subtiles, aux frontières d’un monochrome venant trancher l’enveloppe du réalisme pour convoquer l’introspection. Puis, il déchire l’obscurité totale à coup d’éclairages artificiels et révèle « la vibrance des couleurs cachées, créant des images qui naviguent entre le rêve, le fantastique et le fantasmagorique ».

Au détour de ses voyages – qu’il perçoit comme « des catalyseurs de découvertes et de surprises » – l’auteur s’arrache de ses repères et laisse l’état d’éveil propre à la découverte d’un espace prendre le pas sur la raison. Là, dans ces territoires inconnus, il déambule, se perd, laisse le hasard guider ses pas – vers les autres, vers le mystère. Des rencontres de minuit aux errances guidées par les astres, Nicolas Hermann ne cesse de capter les résonances de chimères qui ne se révèlent qu’à la nuit tombée. Celles qui murmurent leurs histoires sur son passage et hantent ses pas comme son esprit. Ses « médiateurices, muses ou conteur·ses qui affinent [s]a vision et [s]on expression des scènes capturées ». Ce n’est que nourri par ces interactions qu’il compose ensuite des récits nébuleux d’où s’échappent quelques lueurs – le reflet d’un flash sur une boule à facette, les écailles d’une carpe ou l’œil orangé d’un perroquet. Et ce sont ces miroitements qui saisissent notre inconscient pour mieux l’ancrer dans ces terres paradoxales. Captant notre regard, ils éclairent un chemin dans les méandres d’une pénombre pleine de promesses, comme un avant-goût du plaisir que l’on prendra à s’y perdre.

Nicolas Hermann présentera Les rêves ont-ils des titres ?, fruit d’un travail artistique réalisé dans le cadre de la résidence Ardelim, le 17 mai 2024 à l’église Saint-Étienne de Beaugency (45).

© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann
© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann

© Nicolas Hermann
À lire aussi
Daido Moriyama, ivresse et mystère, dans la photothèque d’Elie Monférier
© Elie Monferier
Daido Moriyama, ivresse et mystère, dans la photothèque d’Elie Monférier
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur…
21 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Joakim Kocjancic : une nuit à Bucarest
© Joakim Kocjancic
Joakim Kocjancic : une nuit à Bucarest
Dans The City of dreams, Joakim Kocjancic dépeint Bucarest en monochromes comme dans un rêve éveillé. La ville prend vie sous des flashs…
16 novembre 2023   •  
Écrit par Ana Corderot
Explorez
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Arielle Bobb-Willis - Production en résidence dans le cadre des Jeux Olympiques Paris 2024 - Corps à corps > Louis Prades, Académie de natation Philippe Croizon de Vichy © Arielle Bobb-Willis. Courtesy Galerie Les filles du calvaire, Paris
Portrait(s) : une errance photographique au cœur de Vichy
Vichy se transforme en une galerie d'art à ciel ouvert pour la 12ᵉ édition du festival Portrait(s), du 7 juin au 29 septembre. Cette...
12 juin 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
© Marina Núñez
PHotoESPAÑA : la jeune création célèbre le mouvement permanent
PHotoESPAÑA 2024 investit plusieurs lieux et villes en Espagne et se penche sur le thème du mouvement permanent. L’exposition collective...
07 juin 2024   •  
Écrit par Costanza Spina
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
© Quentin Fromont
Pour Quentin Fromont, le diable est un Apollon
Dans Croupir dans la chaleur des autres, Quentin Fromont entreprend un voyage halluciné au cœur d'un littoral sensuel, où les corps...
06 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
How I Met Jiro : les marges d'Osaka révélées par Chloé Jafé
© Chloé Jafé
How I Met Jiro : les marges d’Osaka révélées par Chloé Jafé
Avec How I Met Jiro, livre édité conjointement par The(M) Editions et IBASHO, Chloé Jafé clôt une trilogie en trois chapitres qui conte...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Milena Ill
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
© Eudora Welty
Au début de la photographie : des femmes pionnières au Pavillon Populaire
Du 26 juin au 29 septembre le Pavillon Populaire de Montpellier exposera Eudora Welty et Gabriele Münter, deux femmes artistes majeures...
Il y a 9 heures   •  
Écrit par Costanza Spina
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
© Campbell Addy
Campbell Addy : quand la nuance reprend ses droits
Jeune photographe à l'ascension fulgurante, Campbell Addy s'engage corps et âme pour offrir une visibilité aux personnes noires et queer...
13 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
© Michael Young
Focus : la communauté LGBTQIA+ donne de la voix
Depuis deux ans, Focus s’attache à raconter des histoires : celles qui enrichissent les séries des photographes publié·es dans nos pages....
12 juin 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas