Daido Moriyama, ivresse et mystère, dans la photothèque d’Elie Monférier

21 décembre 2023   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Daido Moriyama, ivresse et mystère, dans la photothèque d’Elie Monférier
© Elie Monferier

Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur les œuvres et les sujets qui les inspirent particulièrement. Aujourd’hui, c’est Elie Monférier qui nous invite à découvrir son imaginaire. Un univers brut, où les étreintes fugaces côtoient la recherche de l’absolution et la quête de l’invisible. Un territoire complexe habité par des sensations intenses dont il nous ouvre aujourd’hui les portes.

Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?
La première photographie qui t’a marqué et pourquoi ?

Si tu devais ne choisir qu’une seule de tes images, laquelle serait-ce ?

Les images qu’on garde sont souvent celles auxquelles on associe une couleur affective particulière. Cette image, je me souviens très précisément du moment où je l’ai réalisée, et elle est pour moi associée au deuil. À chaque fois que je la vois, je retourne à un endroit qui n’existe plus que dans ma mémoire.

La première photographie qui t’a marqué et pourquoi ?

Je dirais Daido Moriyama. Non pas l’une de ses photos en particulier, mais sa manière d’associer les photographies et de créer du vertige. C’est radical. Ça fait sans cesse vaciller la perception.

Un shooting rêvé ?

L’Himalaya comme lieu sacrificiel de nos sociétés consuméristes, déchetterie et tombeau à ciel ouvert.

Un·e artiste que tu admires par-dessus tout ?

Le Greco et ses lumières de fin du monde, sa vision hallucinée de l’humanité, cette couleur crue qui saccage le sujet pour n’être plus que pure peinture et qui me reste longtemps dans les yeux.

Une émotion à illustrer ?

L’ivresse sous toutes ses formes : l’enthousiasme élégiaque, la tristesse fraternelle, la colère et la grâce.

Un shooting rêvé ?

Un·e artiste qui tu admires par-dessus tout ?

Une émotion à illustrer ?
Un genre photographique, et celui qui le porte selon toi ?
Un territoire à capturer ?

Un genre photographique, et celui ou celle qui le porte selon toi ?

La photographie de rue et Mark Cohen. J’aime son personnage, sa manière d’approcher les gens au plus près. On sent une grande bataille qui fait rage en lui avant de faire l’image. C’est sans doute de cette lutte intérieure que vient sa façon de cadrer, de jouer avec l’hors-champ.

Un territoire à capturer ?

L’Europe de l’Est et ses plaines céréalières en hiver balayées par les fantômes du 20e siècle. Un territoire intangible et mental où se mêlent le passé et le présent, les vestiges de l’histoire et les enjeux de la construction européenne.

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder en photo ?

Le mystère. Encore et toujours, trouver comment regarder ce que je ne peux pas voir.

Un événement photo que tu n’oublieras jamais ?

Dernièrement, l’installation vidéo d’Angelika Markul, Deadly Charm of Snakes, qu’on peut voir au MAC VAL m’a particulièrement frappé. C’est un film de 18 minutes sur un concours de beauté dans une petite ville du Texas où est élue la reine des serpents. Entre glamour et effroi, c’est une œuvre hypnotique sur la violence de nos sociétés humaines.

Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ?

Le travail de Soulages. Ça met en présence quelque chose dont j’ignore tout. Une sensation particulière de la lumière – qui se diffuserait à partir de sa propre absence.

Une thématique que tu aimes particulièrement aborder et voir aborder en photo ?

Un événement photo que tu n’oublieras jamais ?

Une œuvre d’art qui t’inspire particulièrement ?
À lire aussi
Focus #22 : Elie Monférier, des bêtes et des hommes
Focus #22 : Elie Monférier, des bêtes et des hommes
Comme tous les mercredis, voici le rendez-vous Focus de la semaine ! Aujourd’hui, lumière sur Elie Monférier qui livre, avec Sang Noir…
28 septembre 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Elie Monférier sacralise la finitude de l’Homme
Elie Monférier sacralise la finitude de l’Homme
Après Sang Noir, Elie Monférier a composé Sacre, un récit tout aussi viscéral. Second volet d’une trilogie en cours, l’ouvrage…
19 avril 2022   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Explorez
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
© Pascal Sgro
Les images de la semaine du 15.07.24 au 21.07.24 : le feu des souvenirs
Cette semaine, les photographes de Fisheye s’intéressent aux différents aspects du feu, et ce, de manière littérale comme figurée.
21 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
© Julian Slagman
Looking at my brother : mes frères, l’appareil et moi
Projet au long cours, Looking at My Brother déroule un récit intime faisant éclater la chronologie. Une lettre d’amour visuelle de Julian...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Lou Tsatsas
Rafael Medina : corps libres et désirés 
© Rafael Medina
Rafael Medina : corps libres et désirés 
En double exposition, sous les néons des soirées underground, Rafael Medina développe un corpus d'images grisantes, inspirées par les...
27 juin 2024   •  
Écrit par Anaïs Viand
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
© Nanténé Traoré, Late Night Tales, 2024 / Un ou une artiste que tu admires par-dessus tout ?
Pierre et Gilles, in-quiétude et Cyclope : dans la photothèque de Nanténé Traoré
Des premiers émois photographiques aux coups de cœur les plus récents, les auteurices publié·es sur les pages de Fisheye reviennent sur...
26 juin 2024   •  
Écrit par Milena Ill
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
© Chloé Lamidey
Gangs de chats, pigeons dérobés ou espions : ces séries de photos sur les animaux
Chiens, chats, ours, éléphants ou encore pigeons, apprivoisés, sauvages ou même espions, parmi les séries présentées sur les pages de...
À l'instant   •  
Écrit par Fisheye Magazine
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
© Scott Boldt Lotz / Instagram
La sélection Instagram #464 : à vos marques, prêt·e, partez !
Le compte à rebours est lancé. Dans trois jours, les Jeux olympiques de Paris 2024 s’ouvriront sur la Seine. Pour marquer cet événement...
Il y a 5 heures   •  
Écrit par Marie Baranger
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
© Juliette-Andréa Élie, œuvre réalisée dans le cadre d'une résidence au musée Nicéphore Niépce
Dans l’œil de Juliette-Andréa Élie : éprouver le paysage qui se transforme
Cette semaine, plongée dans l’œil de Juliette-Andréa Élie. Au moyen de diverses techniques, la photographe et plasticienne compose des...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
© Rafael Fabrés
Les coups de cœur #502 : Dominik Scharf et Rafael Fabrés
Dominik Scharf et Rafael Fabrés, nos coups de cœur de la semaine, enregistrent le monde grâce à leur boîtier. Le premier se considère...
22 juillet 2024   •