Les coups de cœur #500 : Romain Ruiz et Julián Cárdenas

Les coups de cœur #500 : Romain Ruiz et Julián Cárdenas
© Julián Cárdenas
© Romain Ruiz

Romain Ruiz et Julián Cárdenas, nos coups de cœur de la semaine, explorent le monde extérieur pour trouver l’inspiration. Le premier sillonne la France quand le second se perd dans les rues de New York.

Romain Ruiz

Inspiré par des choses aussi éclectiques que la littérature fantastique, le réalisme magique, la sociologie ou les enquêtes immersives sur la France et le monde rural, Romain Ruiz poursuit depuis quelques temps déjà l’objectif de porter un regard sur une France rarement vue. France Parallaxe, série au long cours, naît d’un désir de documenter les évènement culturels, religieux et folkloriques qui rythment la vie de campagnes hexagonales. « Ces moments jouent ainsi un rôle essentiel dans la construction des identités locales », affirme-t-il. « Je tends à capturer l’évolution de ces rites, m’immerge dans les cérémonies et les cortèges, capture des moments d’intimité, de légèreté et d’humour et à la recherche de compositions brutes, chargées et baroques », raconte-t-il. L’emploi du flash, de même que la dimension ésotérique des célébrations, lui permettent d’explorer les frontières entre le réel et le surnaturel. « Ces contrastes créent une véritable “cassure” de la réalité, dans laquelle des personnages fantastiques de contes viennent s’immiscer », explique-t-il. Situé entre le réaliste et l’onirique, le travail photographique de Romain Ruiz étonne, et offre une visibilité à une diversité souvent méconnue.

© Romain Ruiz
© Romain Ruiz
© Romain Ruiz
© Romain Ruiz
© Romain Ruiz
© Julián Cárdenas

Julián Cárdenas

Dans des monochromes jouant avec les lumières et les ombres se révèle l’intensité de New York. Les silhouettes qui s’affairent dans les rues comme les gratte-ciel peuplés d’une multitude d’individus cristallisent une solitude moderne. Les rares visages qui nous font face sont rendus flous par le mouvement incessant, comme pour signifier le trouble. Pour cette série, Julián Cárdenas, à l’origine de ces images, s’est intéressé aux caractéristiques extérieures du silence, à « ces moments de tensions internes » qui nous habitent. « Ma nécessité de prendre des photos vient de la vie elle-même, des émotions et des sentiments que je trouve dans les paysages ou les personnes qui me touchent. Et, bien sûr, la mort m’inspire. Tout meurt, sauf l’art », explique-t-il. Établi en Colombie et plus précisément à Bogota, ville qui l’a vu naître et grandir, le photographe perçoit ainsi son médium comme une autre manière d’écrire de la poésie.

© Julián Cárdenas
© Julián Cárdenas
© Julián Cárdenas
© Julián Cárdenas
À lire aussi
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
© Leila Calvaruso
Les coups de cœur #497 : Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi
Leila Calvaruso et Danae Panagiotidi, nos coups de cœur de la semaine, documentent la vie quotidienne à l’aide de leur boîtier. La…
17 juin 2024   •  
Les coups de cœur #496 : Frédéric Murarotto et Benjamin Achour
© Benjamin Achour
Les coups de cœur #496 : Frédéric Murarotto et Benjamin Achour
Frédéric Murarotto et Benjamin Achour, nos coups de cœur de la semaine, offrent d’autres perspectives aux sujets qu’ils immortalisent. Le…
10 juin 2024   •  
Explorez
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
© Cristina De Middel. Revenir à nouveau [Volver Volver], série Voyage au centre, 2021. Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Magnum Photos
À Arles : les femmes photographes dans le viseur de la rédaction
En parallèle de ses articles sur la 55e édition des Rencontres d’Arles, qui se tiendra jusqu’au 29 septembre 2024, la rédaction...
11 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
© Damien Krisl
Les images de la semaine du 08.07.24 au 14.07.24 : visions du futur
C’est l’heure du récap ! Cette semaine, les photographes de Fisheye sondent le futur en interrogeant le temps présent.
Il y a 1 heure   •  
Écrit par Apolline Coëffet
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Lorine © Hélène Mastrandréas
Corps hybride, le regard sensible d’Hélène Mastrandréas sur le handicap invisible
Après avoir perdu une partie de son autonomie, la photographe de réalisatrice Hélène Mastrandréas réalise que sa vie a changé à jamais....
13 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
© Claire Jaillard
Archevêché by Fisheye : un bilan réjouissant
Le 6 juillet s’est clôturé la première semaine des Rencontres d’Arles 2024. À la cour de l’Archevêché, lieu historique du...
13 juillet 2024   •  
Écrit par Fisheye Magazine
Géographie de la domination : l'horreur vue du ciel
© Paul Mesnager
Géographie de la domination : l’horreur vue du ciel
Projet multiforme à la croisée du livre et de l’exposition virtuelle, Géographie de la domination nous fait prendre de la hauteur pour...
12 juillet 2024   •  
Écrit par Hugo Mangin